Chitour et Rezik, face aux lobbies

0
280
Chitour : 10 à 15 % de la production nationale d’énergie sont gaspillés

La résistance face au changement et l’amélioration du mode de gouvernance, se font de plus en plus pressante ces derniers jours. 
Deux ministres du gouvernement dirigés par Abdelaziz Djerrad, à savoir Chemseddine Chitour, ministre de l’Enseignement Supérieur et de la recherche scientifique et Kamel Rezzik, ministre du Commerce.

Chemseddine Chitour, un universitaire connu pour son intégrité et compétence avérée vient de faire l’objet d’une campagne menée par un lobby, à l’origine d’une mauvaise lecture et intéprétation de déclarations charcutées pour des desseins avoués, à savoir empêcher la mise en place de mécanismes, permettant la réhabilitation de l’université algérienne et son éloignement des idéologies rétrogrades et destructrices au profit du savoir.
Il s’avère que ceux qui ont charcuté les déclarations du ministre, ont été touchés dans leurs intérêts restreints. Le limogeage de 89 directeurs de cités universitaires, l’appel de l’éloignement de l’étudiant des conflits idéologiques et le recadrement de la recherche scientifique, en se débarrassant des trabendistes, ne sont pas étrangers à cette campagne menée contre un ministre universitaire connu pour son objectivité et intégrité.
Pour sa part, le ministre du Commerce Kamel Rezzik, fait l’objet de campagne de déstabilisation liée à sa guerre contre les lobbies de l’agroalimentaire dont la filière du lait. D’ailleurs, il est inconcevable de voir des fonctionnaires du ministère du Commerce observer un Sit In de protestation pour exprimer leur opposition à une note appelant les travailleurs à respecter les horaires du travail.Il s’avère que cette action est liée à la mesure prise par le département ministériel du commerce à l’égard de deux laiteries implantées à Bejaia et Blida et qui sont soupçonnées de commercialiser des produits laitiers périmés.