Gérer les médicaments des patients à risques ( COVID19 ou SRAS-CoV…)

Coronavirus:les recommandations utiles pour les patients
Gérer les médicaments des patients à risques ( COVID19 ou SRAS-CoV-2) atteints de maladie chroniques
  1. Hypertension Artérielle
  2. Les patients recevant des médicaments dits inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine :(ACE)
  • Benazepril
  • Captopril
  • Enalapril
  • Perindopril
  • Quinapril
  • Ramipril
  • Transdolapril
  • Zofenopril
  • Cilazapril
  • Imidapril
  • Moexipril

Ou des médicaments bloqueurs des récepteurs de l’angiotensine (ARA) :

  • Candesartan
  • Eprosartan
  • Irbesartan
  • Losartan
  • Olmesartan
  • Telmisartan
  • Valsartan
doivent poursuivre normalement leur traitement . Cette recommandation est validée par plusieurs panels internationaux .
Il y a eu des doutes selon lesquels les patients atteints de COVID-19 ou SRAS-CoV-2 qui reçoivent ces médicaments pourraient présenter un risque accru d’effets indésirables.
L’enzyme de conversion de l’angiotensine 2 (ACE2) est un récepteur du COVID19 ou SRAS-CoV-2 et les inhibiteurs du système rénine-angiotensine-aldostérone peuvent augmenter les niveaux d’ACE2.
Bien que les patients atteints de maladies cardiovasculaires, d’hypertension et de diabète puissent avoir une évolution clinique plus sévère dans le contexte d’une infection par le COVID 19 ou le SRAS-CoV-2, il n’y a aucune preuve scientifique pour le confirmer à l‘heure actuelle .
De plus, l’arrêt de ces médicaments chez certains patients peut aggraver les maladies cardiovasculaires ou rénales associées et entraîner une mortalité accrue .

Patients recevant des agents immunomodulateurs ( Immunosuppresseurs)

– Les patients immunodéprimés atteints de COVID-19 courent un risque accru de développer une maladie grave, et la décision d’arrêter la prednisone ou d’autres médicaments immunosuppresseurs en cas d’infection doit être déterminée au cas par cas. Se conformer à l‘avis de votre médecin ou spécialiste en charge de votre cas.
Pour les personnes atteintes d’affections sous-jacentes qui ont besoin d’un traitement avec ces médicaments et qui ne présentent aucune preuve d’infection par COVID-19, il n’y a aucune preuve que l’arrêt systématique du traitement présente un quelconque avantage.
De plus, l’arrêt de ces médicaments peut entraîner une perte de réponse lors de la réintroduction du traitement par des médicaments immunodépresseurs .
Cette recommandation est confortée par les publications des sociétés américaines et autres de dermatologie, de rhumatologie et de gastro-enterologie internationalement reconnues.