Les aventuriers dégommés par le vent et le virus

L’histoire par des événements souvent imprévisibles nous donne des signes sur la capacité à des hommes ou à des institutions étatiques à surmonter les obstacles avec brio.

 

L’Algérie s’est retrouvée en 2019, au croisé de chemins incertains et dangereux sur son existence et devenir. Qui aurait dit que le Feu Ahmed Gaid Salah, sous-estimé par certains deviendra l‘homme providentiel qui montra avec succès la solution, celle de la sagesse, et évitera à l’Algérie un avenir d’incertitudes planifié par des officines au pays et leurs larbins, qui ne juraient que par les périodes de transition et de Constituante pour s’accaparer des rênes du pouvoir, menacé par le vent du changement appelé Hirak.

 

Le Feu Gaid Salah plaçait l‘Algérie de nouveau sur les rails de l’espoir à travers l’organisation d’élections présidentielles libres et indépendante.

 

Qui aurait dit qu‘un tout petit organisme vivant, de son vrai nom COVID 19, détectable uniquement par microscope électronique puisse à lui tout seul déstabiliser le Monde avec une pandémie inégalée qui touche tous les pays.

 

Cette situation a révélé un État algérien solide et capable de lutter avec le concours d‘un peuple qui sait toujours être présent dans les moments difficiles de son histoire. Seuls quelques aventuriers du Hirak, égarés par les sirènes des ennemis de l’Algérie, veulent nuire à l’unité du peuple algérien mais leur voix sont inaudibles par le bruit assourdissant que laisse le vent du Coronavirus sur les peuples européens occupés à se battre pour leur survie. En conclusion, on voit aujourd’hui les premières lueurs d’espoir, portées par le début du printemps qui nous apporte le renouveau et la confiance.

 

Tous ensemble nous vaincrons pour que le sang écoulé de nos martyrs ne soit pas vain.