Sonatrach: Hakkar face à l’héritage des lobbies

0
326
Sonatrach
Sonatrach devient actionnaire majoritaire du gazoduc Medgaz

Au moment où l’Algérie est versée dans la bataille de lutte contre le Coronavirus, des plumes prêtées s’acharnent contre le nouveau PDG de la Sonatrach, Toufik Hakkar et un degré moindre le ministre de l’Energie, Mohamed Arkab, coupables d’avoir entamé une opération d’assainissement au sein de la plus grande entreprise publique du pays.

Considérée comme le cœur palpitant de l’économie algérienne, Sonatrach est sujette à toutes les convoitises et trafic d’influence atteignant le stade de l’OPA, par certaines personnes intouchables, bien protégées par l’Etat profond. Selon les informations, en notre possession, plusieurs dossiers liés à la gestion de la Sonatrach, sont à l’origine de la campagne de lynchage médiatique, orchestrée par des anciens responsables, relayés par des sulfureux médias, dont celui du propagandiste Abdou Semmar, à savoir AlgériePart.com.
Parmi les dossiers en question, la décision du PDG de la Sonatrach d’opérer un toilettage au niveau de la commission des Marchés, appelée « commission des milliards » . Selon la réglementation en vigueur, la composante de cette commission doit être changée chaque six mois, transparence oblige. Il s’est avéré que ses membres n’ont pas été changés depuis deux ans, en violation de la réglementation en vigueur. Toufik Hakkar a procédé à la reconfiguration de la commission, tout en activant la clause de changement des membres tous les six mois, ce qui a conduit ses détracteurs et anciens bénéficiaires de largesses et dividendes « douteuses » à mener une guerre à son encontre, dont le début était rappelons-le, le projet de loi sur les hydrocarbures. Le limogeage de l’inamovible directeur des hydrocarbures au sein du ministère de l’Energie, en poste durant deux décennies, annonçait le début de la fin d’un lobby du secteur stratégique des hydrocarbures.

La campagne de dénigrement que mène Abdou Semmar, à l’encontre du PDG de Sonatrach, est liée à la non reconduction du contrat de la SAP, du neveu de l’ancien PDG, Abdelmoumen Ould Kaddour, défendu bec et ongle par le propagandiste d’AlgériePart.com dans l’achat de la raffinerie d’Augusta en Italie, ainsi que sur le système d’informatisation, qui n’a pas encore livré tous ses secrets.

PARTAGER