Algérie-France : Paris file du mauvais coton

0
253
Monsieur Macron » restituez l’argent volé d’El Isaba »

Les relations algéro-françaises sont de nouveau dans la tourmente, et les derniers développements augurent une nouvelle ère, liée à la détermination de l’Algérie de revenir à la place qui lui sied dans le concert des Nations.
Le Président Tebboune a déjà affiché sa vision d’avenir à ce sujet, lors de sa campagne électorale pour la présidentielle du 12 décembre 2019 . Sur ce plan, il faut bien rappeler, que le président Tebboune avait annoncé le jour du scrutin, que rien ne sera comme avant, suite à une question sur les relations algéro-française.

Ce mardi 31 mars, et à l’occasion de sa rencontre avec les patrons de certains médias alériens, le président Tebboune, se moquera de l’ancien colon, en disant que la cinquième puissance mondiale, manque de masques médicaux, une manière de répondre à France 24, qui mène une guerre haineuse contre l’Algérie, à travers le mensonge, le Fakenews, et les néocolonisés, au service des officines hostiles à l’Algérie.
Pour le Président Tebboune, la France officielle continue de considérer l’Algérie comme « un département outre-mer » en se donnant le droit de critiquer le rapprochement algéro-chinois.
Le président algérien est convaincu que la France veut mener l’Algérie au temps morts ; dans le sillage de l’expiration du prolongement des accords d’Evian, de l’expiration cette année de l’accord d’association avec l’Union Européenne qui a causé un important préjudice à l’économie algérienne, et à la prochaine fin des tentacules de l’Etat profond et El Isaba avec l’avènement de la révision de la Constitution et de  e que s’en suit comme la révision de la Loi Electorale et la tenue d’élections législatives et locales, débarrassées de l’argent sale, et qui s’ajoute à la réforme structurelle de l’économie pour se débarrasser de la dépendance des revenus des hydrocarbures et des effets nuisibles de la rente et son allié la corruption au profit du labeur , l’effort et l’économie de connaissance. ¨

L’Algérie, Etat-pivot dans la route de la Soie

Comme ç’est le cas pour la lutte contre le terrorisme transnational, où l’Algérie et sa force de frappe l’ANP, sont devenus un partenaire incontournable en matière de lutte contre le fléau transfrontalier dans la région, l’implication effective de l’Algérie dans le méga-projet, “la ceinture économique de la route de la soie et la route de la soie maritime du 21ème siècle” dans un nouvel ordre mondial qui se dessine, lui ouvrira la voie de la prospérité , du développement et la consolidation de sa solidarité avec les pays du continent africain, du monde arabe et au niveau du bassin méditérranéen.

Pour rappel, un décret présidentiel portant ratification du mémorandum d’entente entre l’Algérie et la Chine sur la coopération dans le cadre de l’initiative “la ceinture économique de la route de la soie et la route de la soie maritime du 21ème siècle“, a été publié dans le dernier journal officiel.

Signé à Beijing en septembre 2018, entre les gouvernements algérien et chinois, ce mémorandum d’entente sur la coopération dans le cadre de l’initiative “la ceinture économique de la route de la soie et la route de la soie maritime du 21ème siècle” définit les différents aspects de la coopération bilatérale dans le cadre de cette initiative.

A travers cet accord, les deux pays “œuvrent à consolider les relations politiques, renforcer les liens économiques et intensifier l’échange interpersonnel et l’échange culturel, contribuant à la réalisation des objectifs communs du développement”.

L’Algérie et la Chine œuvrent également à “instaurer une coopération fructueuse et un développement durable grâce aux potentiels, opportunités et avantages intégrés offerts par les économies des deux pays”.

Les deux pays œuvrent aussi à “renforcer la coopération avec les Etats participant à l’initiative et consolider leur développement économique réalisant leur progrès”, ainsi qu’à “renforcer l’échange et le soutien mutuels, conformément au concept de l’initiative “la ceinture et la route” fondé sur la coopération, le développement et le gain mutuel, à travers le plein emploi des mécanismes bilatéraux de coopération existants et des mécanismes multilatéraux qui lient les parties”.