Coronavirus, l’ennemi invisible qui a vaincu les systèmes de santé les plus puissants

0
319
coronavirus
Coronavirus, l’ennemi invisible

Il y a trois mois, personne ne savait que le coronavirus existait. Aujourd’hui, le virus s’est propagé dans presque tous les pays, infectant au moins 770 165 personnes que nous connaissons et beaucoup plus que nous ne connaissons pas.

Il a détruit les économies et brisé les systèmes de santé, rempli les hôpitaux et vidé les espaces publics. Il a séparé les gens de leur lieu de travail et de leurs amis. Il a bouleversé la société moderne à une échelle que la plupart des gens vivants n’ont jamais connue. Bientôt, presque tout le monde en Algérie connaîtra quelqu’un qui a été infecté. Cette pandémie s’est déjà imprimée dans notre mémoire.

Quoi qu’il en soit, le coronavirus allait tester la résilience des systèmes de santé même les mieux équipés. Plus transmissible et mortel que la grippe saisonnière, le nouveau coronavirus est également plus furtif, se propageant d’un hôte à l’autre pendant plusieurs jours avant de déclencher des symptômes évidents. Pour contenir un tel agent pathogène, les nations doivent développer un test et l’utiliser pour identifier les personnes infectées, les isoler et retrouver celles avec lesquelles elles ont été en contact.

Au lieu de cela, un système de soins de santé qui fonctionne déjà presque à pleine capacité et qui était déjà mis à l’épreuve par une saison grippale sévère, a été soudainement confronté à un virus qui avait été laissé se propager, sans suivi, à travers les communautés à travers le pays. L’équipement de protection de base, comme les masques, les blouses et les gants, a commencé à s’épuiser. Les lits suivront bientôt, tout comme les ventilateurs qui fournissent de l’oxygène aux patients dont les poumons sont assiégés par le virus.

Ayant pris du retard, il sera difficile, mais pas impossible, à l’Algérie de rattraper son retard. Dans une certaine mesure, l’avenir à court terme est défini parce que COVID-19 est une maladie lente et longue. Les personnes infectées il y a plusieurs jours ne commenceront à montrer des symptômes que maintenant, même si elles se sont isolées entre-temps. Certaines de ces personnes entreront dans les unités de soins intensifs début avril. Le week-end dernier, le pays avait 409 cas confirmés, mais les chiffres commencent maintenant à augmenter de façon exponentielle : aujourd’hui, le nombre officiel de cas est de 584 et le nombre réel de cas est inconnu. Les agents de santé voient déjà des signes inquiétants : équipement en baisse, nombre croissant de patients, médecins et infirmières eux-mêmes infectés.

Il est urgent de comprendre pourquoi le coronavirus (COVID-19) affecte différents groupes d’individus avec une gravité variable pendant la pandémie mondiale en cours. Une meilleure connaissance de l’insuffisance respiratoire aigue causée par le coronavirus ,nous aidera à prioriser nos ressources de santé limitées. Parce que le virus est nouveau et qu’aucun vaccin n’est encore disponible, tout le monde est susceptible d’être infecté par le coronavirus. Le virus continuera de se propager jusqu’à ce qu’il existe un vaccin efficace ou que suffisamment de membres de notre population mondiale aient été infectés pour établir l’immunité collective. À l’heure actuelle, la meilleure façon de minimiser les pertes de vie et les cas graves nécessitant des soins intensifs, d’essayer de mettre à l’abri des groupes de personnes vulnérables et de ralentir la propagation du virus.

 

 

 

 

 

SourceFZ_ZITOUNI
PARTAGER