Les partis politiques et syndicats, en respect total du confinement

0
217
Les parlementaires ont respecté à la lettre le confinement politique

Le président Tebboune ,les cadres de la présidence de la république et les membres du gouvernement ont décidé de faire don d’un mois de salaire, en marque de solidarité avec les familles algériennes démunies, et victimes des conséquences néfastes du Coronavirus. L’annonce des deux institutions de l’Exécutif, de s’inscrire dans l’effort national visant à réduire les conséquences, sur les citoyens, de la crise sanitaire induite par la propagation de la pandémie du Coronavirus, coïncide avec l’annonce des modalités relatives à l’affectation et à la valeur des présents reçus et offerts traditionnellement, dans le cadre protocolaire, aux membres des délégations en mission à l’étranger et aux membres des délégations en mission en Algérie , fixées par décret présidentiel n 78-20 du 29 mars 2020, paru au journal officiel n 18.

Si peu de réactions n’ont été enregistrées sur les deux faits, il n’en demeure, que le président Tebboune compte marquer de son empreinte le passage à de nouvelles mœurs politiques, résumant parfaitement le besoin urgent à la restauration de la confiance entre gouvernant-gouverné, susceptible de mettre les premiers jalons à l’édification d’une nouvelle république, et de relancer la machine du développement économique, en faisant appel à l’implication de toutes les franges actives et vives de la société.

Cela se tient, au moment où les partis politiques nationaux,toutes tendances confondues, syndicats, parlementaires, élus locaux et hommes d’affaires, brillent par leur absence, en matière d’implication dans des actions de solidarité et de sensibilisation sur les effets dévastateurs du Coronavirus, ou sur la défense de la souveraineté nationale face à la féroce campagne de dénigrement et d’hostilité, menée par les médias et politique du néocolonialisme et leurs larbins, contre l’Algérie et ses institutions.

On est loin des actions d’exhibition de certains parlementaires, qui défilaient sur les plateaux de télévision pour critiquer les décisions de l’Exécutif, des menaces de grèves de représentants de syndicats, des artistes pleurnichards non retenus dans des projets culturels, où des sportifs non invités à tel ou tel évènement sportif.
Tout ce beau monde est enregistré dans la grille des abonnés absents à l’occasion, excepté ces associations et personnalités bien ancrées socialement et proches des préoccupations des citoyens, loin des publicités et des louanges des autorités.
Le Coronavirus , malgré ses dégâts humains et matériels, a révélé, la vraie de l’ivraie graine  de la société algérienne, c’est-à-dire à cette frange qui s’active pleinement et sans calcul politique pour la prise en charge des doléances de ses concitoyens, et autre qui ne soucie que de son parcours politique et ses dividendes restreintes