Comment expliquer le taux de mortalité élevé en Algérie

0
609
Espérance de vie: L'Algérie caracole en tête sur le plan africain

Au 12 avril 2020, sur les 1914 cas confirmés, 293 étaient morts du coronavirus.

À l’échelle mondiale, cela révèle un taux de mortalité élevé, ce qui place l’Algérie parmi les pays à forte mortalité.

Conséquences : l’ouverture à de nombreuses spéculations et donc aux « Fakes News » :

1. Le taux de mortalité est-il sous-estimé? Réponse : « Fake News » relayées par les médias ainsi que les réseaux sociaux car le taux de mortalité reste comparable à celui des 5 dernières années (4,5 décès pour 1 000 habitants) (Source ONS : Office National de Statistique )

2. Le système de santé algérien est-il inférieur aux autres pays? Réponse: “Fake News”, l’Algérie possède l’un des meilleurs systèmes de santé en Afrique.

L’Algérie occupe le premier rang en Afrique avec une espérance de vie moyenne de 76,6 ans. Qui, pour rappel, l’espérance de vie en 1962 était de 46 ans passé de nos jours à 76,6 ans ( Source : OMS ).

Dans une contexte de crise sanitaire très difficile, l’Algérie a donc pu accomplir l’une des réalisations les plus remarquables par rapport à tous les pays de la planète !

Alors, comment expliquez-vous ce taux de mortalité élevé? Il faut savoir que le taux de mortalité dépend du nombre de tests effectués et dépend indirectement de la stratégie attendue pour faire face à l’épidémie.

La mortalité est un indicateur du stade de progression de l’infection, et tous les pays qui soutiennent le dépistage précoce et le dépistage à grande échelle ont des taux de mortalité plus faibles (voir nos précédents articles sur les thèmes du dépistage).

Les pays qui ont réussi à isoler les premiers cas grâce à un dépistage à grande échelle (comme l’Allemagne, la Corée du Sud et Taïwan) ont pu établir des réponses sanitaires efficaces et minimiser la mortalité.

Les pays qui ont retardé le dépistage à grande échelle (par exemple l’Italie, l’Espagne et la France) ont constaté que, comme tous les soins aux patients devenaient insurmontables, leurs systèmes de santé étaient rapidement saturés et les taux de mortalité augmentaient fortement