LE SARS-CoV-2 est- il un virus génétiquement modifié?

0
320
LE SARS-CoV-2 est- il un virus génétiquement modifié?

En plein milieu de l’urgence mondiale de santé publique COVID-19, certains médias ,en particulier français, mettent en doute les origines naturelles du virus de la pandémie .

Une étude détaillée sur la façon dont un virus animal a franchi les frontières des espèces pour infecter les humains de manière aussi productive aidera à prévenir les futurs événements zoonotiques.

Par exemple, si le SARS -CoV-2 est pré-adapté à une autre espèce animale, il y a un risque de réémergence dans un futur proche. En revanche, si le processus adaptatif s’est produit chez l’homme, même si des transferts zoonotiques répétés se produisent, il est peu probable qu’ils puissent se propager sans la même série de mutations.

De plus, l’identification des plus proches parents viraux du SARS-CoV-2 circulant chez les animaux facilitera les études sur la fonction virale. En effet, la disponibilité de la séquence de chauve-souris RaTG13 a permis de révéler des mutations clés de RBD et du site de clivage polybasique . Ces mutations sont souvent observées dans la famille des Coronavirus.

Afin de couper court aux Fake News d’un certain prix Nobel de médecine, apparu en „tonton flingueur“ sur des chaînes TV françaises, connu pour ses déclarations sulfureuses malheureusement colportées dans les réseaux sociaux en Algérie, l’obtention de séquences virales apparentées à partir de sources animales serait le moyen le plus définitif de révéler les origines naturelles du virus .

Par exemple, une observation d’un site de clivage polybasique intermédiaire ou entièrement formé dans un virus de type SARS-CoV-2 d’animaux appuierait encore davantage les hypothèses de sélection naturelle.
Il serait également utile d’obtenir davantage de données génétiques et fonctionnelles sur le SRAS-CoV-2, y compris des études sur les animaux. L’identification d’un hôte intermédiaire potentiel du SRAS-CoV-2, ainsi que le séquençage du virus à partir de cas très précoces, seraient également très instructifs.

Dans la revue „Nature Medicine „de Mars 2020, les chercheurs ont récemment entrepris des analyses génétiques détaillées qui montrent que le virus n‘a pas subi de modification en laboratoire et qu‘il est similaire aux Coronavirus connus .
L’étude soutient l’hypothèse selon laquelle le nouveau coronavirus s‘est développé chez les chauves-souris puis -éventuellement via un hôte intermédiaire-a infecté l‘homme.