“ En marche” vers un Nuremberg judiciaire du Covid-19?

0
287
Gilets Jaunes,Liban, Mali, Biélorussie :Les déboires de Macron

Par Djamal Yalaoui

En pleine tempête sanitaire consécutive à la pandémie mondiale du coronavirus, et précédant le tsunami économique et sociale qui gronde déjà, des centaines de plaintes au pénal ont été enregistrées auprès des procureurs de la république (parquet) contre les responsables et dirigeants Ehpad (maison de retraite médicalisée), d’une part, et devant la Cour de Justice de la République contre des ministres du  gouvernement d’Edouard Philippe et plus précisément le 1er ministre (dit aussi le 1er Sinistre) Agnès Buzyn (ancienne ministre de la santé et dont l’époux est Yves LEVY président de l’INSERM, qui a inauguré le laboratoire de Wuhan ou a été fabriqué le Covid-19) Olivier Veran(ministre de la santé) Jérôme Salomon (président du conseil scientifique chargé de conseiller MACRON), notamment, d’autre part.

Il convient de relever que certaines plaintes émanent, même, de certains élus tels que Eric Ciotti : député des Alpes-Maritimes, ancien président du conseil départemental et questeur de l’Assemblée Nationale.

Ces plaintes sont déposées par des personnes physiques ou des personnes morales (association ou entreprise) comme par exemple l’association C19 qui est un collectif, de 600 médecins, qui accuse E.Philippe et Agnès Buzyn de « mensonge d’état » !

En effet, selon l’article 2 du code de procédure pénal français  «L’action civile en réparation du dommage causé par un crime, un délit ou une contravention appartient à tous ceux qui ont personnellement souffert du dommage causé par l’infraction »

Cette procédure a vocation à permettre au juge d’apprécier si un fait (saisine « in rem ») est susceptible de constituer une infraction pénale.

Alors que, le contrôle parlementaire à travers les commissions d’enquête a pour objectif de vérifier si un ministre a fait correctement son travail.

Or, le contrôle parlementaire n’existe plus en France depuis l’alignement du quinquennat présidentiel (merci Jacques  Chirac !) sur le mandat parlementaire (merci Lionel Jospin !). On le constate tous les jours que les députés de « la république en marche »LREM sont des députés godillots qui ont une seule mission : protéger Macron!

L’affaire Benalla a été une véritable mascarade, digne d’une république bananière !

Pourtant l’article 16 de la déclaration des droits de l’homme intégré au corps de la Constitution de 1958 précise que les pouvoirs exécutif et législatif doivent être séparés.

Il n’y a, donc,  plus de souveraineté législative !

De surcroît, Macron a été élu en violant de manière manifeste, les règles de financement de la campagne présidentielle et celles en matière médiatique…Et a obtenue, au 1er tour, seulement 16% des électeurs inscrits !

Conscient que la France est devenue une dictature 2.0, les français se tournent massivement vers leur dernier recours et gardien des libertés, à savoir le juge judiciaire.

Les plaintes se déclinent en 3 catégories :

  • Pour le personnel médical, c’est une action pour « mise en danger de la vie d’autrui » compte tenu du défaut de matériel (défaut de masque, blouse…) ;
  • Pour les personnes atteintes du covid-19, c’est une action pour « violences involontaires » ;
  • Pour les familles ayant perdu un proche, c’est une action pour « homicide involontaire » ;
  • Pour tous citoyen, il y a la possibilité d’une action pour « abstention volontaire de prendre les mesures visant à combattre un sinistre ».

Cette situation est unique dans l’histoire judiciaire de la France

La tromperie, que dis-je la trahison, est tellement flagrante que même les personnes les plus modérées sont en colère !

En effet, Macron et son gouvernement ont un comportement dolosif c’est à dire qu’ils ont parfaitement conscience de leurs actes et de leurs conséquences !

Qu’on cesse de brandir leur, prétendu, incompétence…

Dans le délire actuel d’un exécutif traversé par des stratégies divergentes, et incohérentes pour le bon sens commun, ce qui explique à la fois le chaos social et la ruine économique…Et les misérables résultats obtenus contre ce virus, il reste la résistance individuelle sur le mode non-violent ou tout simplement le Droit.

Mais la justice suivra t-elle ?

Aura t-elle le courage de prendre ses responsabilités, en sa qualité de gardienne des institutions et des libertés ?

Une fois de plus, nous formulons le vœux pieux qu’elle sera bien présente au rendez vous de l’Histoire.