Programmes de Ramadhan: Les navets de la médiocrité ,rébarbatifs pour l’audimat algérien

0
210
Médiocrité sans frontières

Les grilles des programmes des chaînes de télévision privées se ressemblent et ont un point commun la médiocrité.

Certaines émissions présentées comme émissions  d’humour et de divertissement, révèlent au grand jour le fossé entre ce qui est artistique et créatif, et la clochardisation de l’art, à travers des personnages manquant cruellement de talents. L’exemple le mieux indiqué, est « la caméra cachée » diffusée par les chaînes privées, sur fond d’insultes, de violence et de mépris, au grand dam de la « caméra cachée » du regretté El Hadj Rahim où les sketchs attractifs des « Bila Houdoud » et « Aasaboua Aoutar »

A défaut d’imagination, de créativité  et d’innovation, les caméras cachées sont devenues rébarbatives pour l’audimat algérien qui  refuse de les voir.

Ainsi, les téléspectateurs algériens ne pourront plus voir ces programmes dans la convivialité et en familles, sans parler du contenu vide et médiocre de ces programmes.

Les navets d’aujourd’hui font la promotion de la violence et de la médiocrité et sont réalisés ailleurs par des réalisateurs étrangers, dans le but de porter atteinte aux valeurs de la société algérienne dans sa diversité. Sur ce registre, comment expliquer le dérapage le premier jour du mois sacré de Ramadhan de la chaîne Numidia avec « Ana Oua Rajli », ou Echorouk TV avec « Makyous et Mahyous » dont le réalisateur ciblait l’atteinte aux  valeurs algériennes et la nouvelle ère du changement que connaît le pays, après les élections présidentielles du 12 décembre 2019, et la détermination à édifier la nouvelle république. Même constat, pour d’autres chaînes et programmes diffusés lors des pics d’audience, et qui offrent aux téléspectateurs algériens des produits médiocres et sans attrait.

La question qui reste posée, comment arrivent ces médias à financer la production de telles émissions, au moment, où ils pleurnichent quotidiennement sur la pub de l’ANEP.

Les enquêtes sur les financements étrangers mettront certainement à nu, les desseins des uns et des autres