Une série égyptienne fait trembler l’entité sioniste

0
335
Une série égyptienne fait trembler l'entité sioniste

 Une série télévisée égyptienne intitulée « The End » consacrée à la libération de la ville sainte d’El Qods occupée, fait trembler l’entité sioniste.
Le ministère de l’entité sioniste réagira ce dimanche à cette série la qualifiant d’inacceptable et d’atteinte aux accords de paix signés avec l’Egypte. Le premier épisode de cette série, diffusé dans le cadre de la grille des programmes du mois sacré de Ramadhan, par la chaîne privée égyptienne ON E, montre une scène dans une salle de classe en 2120 et des élèves qui étudient “la guerre pour libérer El Qods”.

“L’Amérique était le principal partisan de l’État sioniste”, explique un enseignant, tandis qu’une carte holographique des États-Unis apparaît devant la salle de classe. “Lorsque le moment est venu pour les États arabes de se débarrasser de leur ennemi juré, une guerre a éclaté qui a été nommée la guerre pour libérer El Qods”, ajoute-t-il.

L’enseignant précise que “la guerre s’est terminée rapidement et a provoqué la destruction de l’État sioniste d’Israël moins de 100 ans après sa création” de même que “la plupart des Juifs en Israël se sont enfuis et sont retournés dans leur pays d’origine en Europe”.

L’épisode en question a été publié sur YouTube, mais a ensuite été supprimé.

Le régime d’Apartheid enseigne à ses enfants, comment tuer les palestiniens

Face au mutisme international et la complaisance de l’UNICEF, le régime d’Apartheid de l’entité sioniste enseigne aux enfants de l’Etat hébreu, comme massacrer les palestiniens

Ainsi, et pour rappel, la police de l’entité sioniste avait consacré en 2018, des exercices aux enfants, pour les enseigner comment tirer sur des Palestiniens, dans le cadre d’un exercice d’entraînement scolaire.

Le  Conseil régional de Ménaché, près de Haïfa au nord  de la Palestine occupée, a été le théâtre de tels exercices , comme le témoignent  des citoyens palestiniens d’Israël ayant pris des photos liées à ces scènes .

Jamal Zahalka, un membre du Knesset appartenant à la Liste arabe unie, avait réclamé une enquête, sans suite sur cet entraînement financé par la police israélienne et par le ministère de l’éducation, dont il dit qu’il « prépare psychologiquement les élèves à tuer des Arabes ».