Le président Tebboune tire sur Robert Menard et son RSF

Le président Tebboune tire sur RSF et Robert Menard

Lors de son entrevue accordée à certains médias algériens, diffusée ce vendredi soir, le président Tebboune n’a pas manqué l’opportunité de tirer sur Robert Menard et son organisation de Reporters Sans Frontières RSF, qui n’a de mission que de s’en prendre à l’Algérie.
Sans le citer le président Tebboune évoquait Robert Menard, maire de Béziers inféodé à l’extrême droite française dont le père est impliqué dans le massacre des algériens dans la région de la Mitidja.

Sur ce registre, le président Tebboune évoque la proximité de certains journalistes avec les chancelleries étrangères, devenus par voie de conséquence leurs rapporteurs par excellence et qui reçoivent des financements en vue de porter atteinte à la stabilité et la souveraineté du pays.

Dans le cadre de la garantie de la liberté d’expression, le Président Tebboune a assuré que la liberté d’expression était garantie en Algérie mais dans les limites du respect de la loi et loin de tout alarmisme, affirmant qu’il s’appuie dans son rapport avec la presse nationale sur « le dialogue continu et l’effort de persuasion ».

Tebboune a relevé que depuis son accession à la présidence de la République, le siège de la Présidence est ouvert à tous les médias publics ou privés.

Néanmoins, a-t-il tenu à préciser « il existe des choses inadmissibles tant pour nous que pour les journalistes qui dénoncent, eux aussi, cette confusion entre la notion de liberté et l’anarchie ».