La guerre néocoloniale atteint la vitesse supérieure

0
366
La censure en France, et la manipulation au nom de la liberté d'expression en Algérie

La France officielle et néocoloniale passe à la vitesse supérieure pour protéger ses intérêts en Algérie, et jette toutes ses forces dans la bataille. Aujourd’hui, la France ne compte pas uniquement sur ses réseaux et larbins, au niveau de certains partis politiques connus, des représentants de certaines associations socioprofessionnelles, et une poignée d’intellectuels et journalistes, bien servis et pris en charge par la chancellerie française.

On oublie la loi Avia, et on focalise sur l’Algérie

Peu de médias et journalistes algériens et français évoquent la loi Avia, adoptée cette semaine en France, qu’une majorité de français considère qu’elle constitue assurément une menace mortelle pour une liberté d’expression chaque jour un peu plus restreinte en France. La loi Avia  prévoit de censurer les contenus supposés être  haineux » envers une personne ou groupe de personnes en raison de leur origine ou leur appartenance à telle ou telle race, religion, ethnie, nation, ou orientation sexuelle.

La loi Avia, vient de révéler sa dangerosité, et le très hostile journal à l’Algérie,Le Monde, vient d’en faire les frais pour une simple histoire de statistiques concernant le nombre de morts dans la bande de Ghaza et dans les territoires palestiniens occupés par l’entité sioniste.

Suite à un article publié le 18 du mois en cours par Le Monde, faisant une comparaison des statistiques sanitaires, il fera l’objet d’acerbes critiques et attaques sur les réseaux sociaux par des comptes inféodés aux lobbys sionistes. L’analyse et la présentation des données a fait réagir les internautes pro-sionistes , plusieurs accusant le média de prendre position contre l’Etat Hébreu.

Amellal, Chouf Chouf épousent Avia

Kamel Amellal, fondateur du site hostile à l’Algérie, en l’occurrence Chouf Chouf, est l’un des journalistes macroniens, ayant travaillé pour la loi Avia, portant le nom de la néocolonisée, sous la coupe de Gil Taieb, du CRIF, promoteur du sionisme en France. Selon Gil Taieb du CRIF,Kamel Amellal frère aussi de cette controversée journaliste de France24, Meriem Amellal, Laetitia Avia et lui-même avaient remis le mois de septembre dernier au  premier ministre Édouard Philippe notre rapport sur la haine contre le racisme et l’antisémitisme sur Internet.
Cette même loi d’Avia, avait été brandie contre l’humoriste Dieudonné, avant même son adoption, et l’interdiction de son spectacle de samedi dernier destiné à la collecte de fonds pour l’achat de masques au profit du syndicat de la police, sont une parfaite illustration de la main basse du CRIF, et des lobbys sionistes sur la vie publique en France. Dieudonné n’est pas le seul à faire l’objet d’un lynchage médiatique, policier et judiciaire, puisqu’on enregistre d’autres noms comme l’auteur du printemps des sayanims Jacob Cohen et Alain Soral.
C’est ce même CRIF qui tient à déstabiliser l’Algérie voire sa répartition, via le MAK du séparatiste Ferhat M’henni, ou certains pseudo-intellectuels, présentant des profils parfaits de néocolonisés.

D’El Manchar à la Radio Corona

Beaucoup d’algériens n’ont pas fait le lien de la disparition du journal satirique El Manchar et le lancement de la radio web, Radio Corona.

Cette dernière se voit largement médiatisée, à travers le Journal Le Monde et la chaîne Canal+, et là, on s’interroge sur ce tapis rouge offert pour une petite radio sur le web.

Dans le même cadre, il faut noter que la suspension du journal satirique El Manchar , par son fondateur Nazim Baya, est liée à son Mercato médiatique en vue de rejoindre Radio Corona lancée par Abdallah Benadouda, dont les liens avec des officines étrangères ne sont plus à présenter.
En conclusion, il faut bien souligner que la France n’a jamais un bastion des révolutionnaires, mais fief du colonialisme et l’impérialisme à l’opposé de l’Algérie terre et Mecque des révolutionnaires.