Hirak: Les agitateurs inféodés aux agendas étrangers,rattrapés, par la vérité

0
607

🔴إعتراف خطير ⁦👁️⁩⁦👁️⁩👇👇

Publiée par ‎جلول بركاني‎ sur Vendredi 29 mai 2020

Le tollé soulevé par les deux documentaires diffusés mardi dernier
par les chaînes publiques françaises, destinés à salir l’image de la
société algérienne, ne s’est pas encore estompé que voici une autre
vidéo qui crée le buzz sur les médias sociaux.

En effet, cette vidéo vient de lever le voile sur les pratiques de certaines associations et agitateurs inféodés aux agendas étrangers, lors des manifestations du Hirak, dans le but de semer le chaos et la provocation d’un affrontement entre les manifestants et les services de l’ordre. L’auteur de cette vidéo, un étudiant en journalisme électronique et d’investigation, revient sur les faits mensongers datés du 13 avril 2019, concernant ces manifestantes qui affirmaient avoir été victimes de harcèlement sexuel dans les locaux de la police à Alger. 

Le jeune étudiant affirme qu’il avait été arrêté en même temps que le groupe dont faisaient partie les filles et que ces dernières n’ont jamais été déshabillées. 

Selon l’auteur de la vidéo, ce scénario mensonger est l’œuvre de Hakim Addad, président du RAJ, actuellement incarcéré et Hania Chaabane, une des cinq protagonistes du documentaire tant décrié, récemment diffusé sur Fr5. 

L’auteur souligne qu’il avait été contacté par ces agitateurs en vue de participer à un dépôt de plainte, contre les services de sécurité algériens, en dehors de l’Algérie. Selon lui, les avocats Salah Debbouz, et Abdelghani Badi, des membres du MDS, un député du RCD d’Alger et un journaliste, qui travaillait à un des journaux Liberté ou El Watan, étaient présents. 

Les faits, rapportés par ce jeune qui n’a pas supporté garder plus longtemps le silence sur un aussi grave mensonge, auraient pu mener à une situation délétère et dangereuse pour notre pays.

Ces mêmes faits confirment les nombreuses analyses du Docteur Ahmed Bensaada qui, depuis le début du Hirak, n’a de cesse d’attirer l’attention sur la manipulation des ONG financées et commanditées de l’étranger.

Il est clair que d’autres témoignages feront surface dans le futur, ce qui permettra de juger de l’ampleur de l’infiltration au sein du Hirak de ces activistes qui travaillent pour des agendas autres que ceux de l’Algérie.

 

PARTAGER