Bravo, Docteur Ahmed Bensaada

0
573
L’affaire Bensaada ou la pensée unique du Hirak

Par  Tarek Benaldjia

« Honoré de Balzac, écrivait dans son roman Les illusions perdues : il y a deux histoires : l’histoire officielle, mensongère, qui nous est enseignée, l’histoire « ad usum delphini » et l’histoire secrète, où se trouvent les causes véritables des événements, une histoire honteuse ».

Le contenu de ce livre enquête est terriblement inquiétant mais sa lecture est indispensable pour prendre connaissance de diverses manipulations qui empoisonnent notre existence, et plus encore celle nos enfants, sans que nous y prêtions attention. En s’appuyant sur des dizaines d’œuvres et de documents rares, dont « Arabesques – Enquête sur le rôle des Etats-Unis dans les révoltes Arabes”» Dans lequel Ahmed Bensaada dénonce le complot américain et les projets sur lesquels il a travaillé dans l’ombre pour que le changement politique soit à l’échelle des États-Unis. .  Mais, Mr Ahmed Bensaada ne compte pas s’arrêter là au contraire, il nous livre dans son nouveau livre intitulé « Qui sont ces ténors autoproclamés du Hirak Algérien», une nouvelle lecture des évènements en présentant des résultats concrets que  nous considérons tout à fait légitimement, s’accentuant principalement sur les moyens financiers des organismes américains sur , comment sont répartis et de quelle façons sont attribués l’argent en dollars américains US à des personnages politiques algériens formés et engagés au profit des ces agences non gouvernementaux à des fins politique inconnus du grand public. 

C’est une indication significative du grand complot et de la façon dont les criminels qui veulent le pouvoir sont prêts à abandonner les intérêts, religieux et nationaux de leur pays au profit de ceux qui l’aident à y resté. Ceci est loin de plaire à certaines personnes, qui agissent selon la logique de la bande, laquelle consiste à appliquer le principe de désinformation et à se cacher derrière des slogans, aujourd’hui mises à nues devant l’opinion publique nationale.

 Leurs identités politiques ne sont qu’une couverture! Au-dessus de tout soupçon ces identités sont dans un bloc combiné sous un même toit et autour d’un concept commun pour un grand projet! Aucun plan politique n’est au-dessus de notre pays, de notre patrie l’Algérie. En effet, les aspects négatifs de l’organisation gouvernementale, ni les objections qui s’y opposent, donnent à tout le monde le droit ou la légitimité de nous obliger à faire face aux scénarios «multinationaux».

Il est évident que cela avait été découvert par le stratège Ahmed Bensaada , Bien que ce soit le cas; c’est normal pour certains d’entre nous qui ont vendu leurs âmes au diable veulent se libérer du fardeau de l’histoire, de la responsabilité de la géographie et de cette génétique politique. C’est normal pour ceux qui en ont marre de la lutte, qui sont forcés de nous quitter, qui ne veulent pas en payer le prix fort. Mais il n’est pas normal qu’ils cachent tout cela sous une autre couverture, soient jetés dans d’autres agendas, concluent d’autres arrangements !! C’est un aveuglement politique terrifiant, d’échapper à la lutte pendant des siècles est laisser le pays seul à ses ennemis d’hier et d’aujourd’hui.

L’enquête d’Ahmed Bensaada est une contribution majeure pour la compréhension des jeux et enjeux qui se cachent derrière les postures nihilistes des puissances étrangères vis-à-vis de l’Algérie par le biais de pantins locaux. Des puissances qui prêchent aux autres ce qu’elles ne font pas chez elles. C’est aussi un appel à un sursaut national pour sauver le Hirak de ses démons et de ses fossoyeurs. Sa conclusion ne supporte aucune ambiguïté sur ce point : « Le Hirak, conclut-il, qui a été un évènement unique et grandiose dans l’histoire de l’Algérie, se doit d’être intrinsèquement « algéro-algérien » et de ne permettre aucune collusion avec des intérêts étrangers. Ce sont ces conditions qui garantissent l’épanouissement de l’Algérie de demain, démocratique, prospère et juste… »

Donc L’évolution du mouvement n’est pas le fruit d’un développement libre des opinions, des idées et des décisions individuelles naissant au sein du peuple. Bien au contraire, l’orientation générale de cette évolution a été façonnée de toutes pièces, puis encouragée, par une poignée de Hirakistes au bénéfice des ONG politisées.

On ne peut soupçonner Ahmed Bensaada, l’auteur de ce livre-enquête, d’être hostile au Hirak, qu’il avait appelé de tous ses vœux. Mais l’adhésion à un mouvement historique refondateur et salutaire ne peut se faire, pour un esprit critique et vigilant comme Ahmed Bensaada, en fermant les yeux devant les tentatives de certains agitateurs professionnels pour récupérer ce soulèvement populaire et patriotique en vue de le dévier de sa trajectoire et de le mettre au service d’un plan étranger inavoué car inavouable.

Voilà quelques-unes des nombreuses révélations auxquelles l’auteur Ahmed Bensaada tente de nous répondre dans son livre “Qui sont ces ténors autoproclamés du Hirak algérien” ? Sur leurs partenariat étroit avec (l’alliance d’intervention internationale) les États-Unis, la France et l’Europe, avec leurs extensions aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur du pays. Tout comme il y a deux siècles, dans le “Partenariat” de 1830! 

Néanmoins cette fois -ci, l’auteur n’a pas manqué de noter dans son livre  des noms des personnages algériens connus sur la scène médiatique et politique dans le Hirak, celui-ci doit avoir sa place à la table où se prennent les décisions et l’entente complémentaire doit être renforcée.  Des noms tels que : Maitre Mostefa Bouchachi , Zoubeida Assoul ,Karim tabbou , Lahouari Addi ! Pour ne citer qu’eux.

Cette symbolique est plus révélatrice que les discours officiels. L’humanisme, la tolérance ou le laïcisme sont des alibis. Quel est cet humanisme qui ne sert en rien son peuple mais lui prépare des lendemains de ruine et de sang ? Que vaut la tolérance laïque quand elle n’est qu’une arme de guerre antimusulmane ? Lorsque cette fraction d’individu louche s’obstine, au mépris de l’intérêt général et du simple amour de servir son pays, son peuple à perpétuer le chaos, c’est parce qu’elle sert sa stratégie, antialgérianité.

Sans peur de briser les tabous, Ahmed Bensaada a dévoilé certains des aspects les plus noirs du mouvement “Hirak”  avec beaucoup de courage, en apportant comme il fallait s’y attendre de lui, une parcelle de vérité dans un océan de mensonges et de désinformation. Il nous a fait découvrir qu’une poignée de Hirakistes ont tous été liés, d’une façon ou d’une autre, à des organismes américains d’exportation de la démocratie ! En plus de ces liaisons coupables avec des puissances étrangères, relève-t-il.

Une entité plus profonde et plus dangereuse, car elle n’est pas facilement vue et observée par ceux qui suivent les événements avec une extrême prudence. Ce qui n’a rien d’étonnant lorsqu’on connaît la connivence de cette association et les règles de « la guerre de l’information menée par Paris à destination d’Alger !». 

Cette alliance avec le diable est parfaitement consciente que la nouvelle ère  que traverse l’Algérie aujourd’hui, signifie le début d’ouverture sur la démocratie réelle. Ceci est loin de plaire à cette horde de chiens, qui agit selon la logique de la bande, laquelle consiste à appliquer le principe de désinformation et à se cacher derrière des slogans, aujourd’hui mise à nu devant l’opinion publique nationale. Ces slogans qui réclament la démocratie d’une part, œuvrent inlassablement pour ne pas l’atteindre d’autre part.

En situation de crise réelle, cette organisation se retrouve face à deux options, soit accepter le résultat des urnes ou se mettre à l’écart du choix populaire, ce qu’ille n’acceptera jamais. Raison pour laquelle, elle cherche une troisième alternative avec des lobbyistes puissants aux conséquences inconnues et aux répercussions imprévisibles, car totalement loin de l’intérêt du peuple algérien.

Que le peuple algérien soit entièrement confiant que son gouvernement et ses intellectuels probes et honnêtes  tiendront parole quelles que soient les circonstances et continueront à l’accompagner à travers tout le territoire national, et tout au long de cette phase sensible jusqu’à permettre à notre glorieux peuple la sécurité, la paix et la sérénité, n’en déplaise à cette petite horde nuisible, qui a surestimé sa dimension réelle et exagéré son ampleur fictive, tentant avec vanité et obstination de nager contre le courant de l’Algérie, terre et peuple, histoire et valeurs nationales ancestrales, omettant que quiconque nage contre ce courant sera inévitablement emporté par les flots.

« Il faut être claire, il n’y a aucun organisme, qu’il soit Américain ou autres, qui vous donne de l’argent et qui ne demande pas un retour. Les gens doivent comprendre que ces financements rentrent dans le cadre d’une stratégie politique ». Pour déstabiliser le pays, l’universitaire et chercheur, Ahmed Ben Saada, fait savoir que ces puissances étrangères ont balancé des ONG dans presque tous ces pays. Ce que je dis n’est pas de la conspiration, précise-t-il, « regardez ce qui s’est passé dans les pays arabes et aussi en Ukraine et en Serbie. Ce sont les mêmes organismes d’exportation de la démocratie qui sont derrière tous ces mouvements de foule ».

Cependant cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas des gens qui sont de bons foies dans le Hirak, indique-t-il. « Je n’attaque que ceux qui mènent le Hirak dans un sens qui est voulu par un agenda étranger », conclut l’invité de la radio.

Le complot contre le peuple Algérien dévoilé, faits et substances à l’appui, cette conjuration dirigée contre le pays, doit nous amener à réfléchir et à nous poser la question suivante : Pourquoi ne pas laisser le peuple décider de son destin par lui-même ? Pourquoi ce branle-bas de combat contre l’Institution militaire et le président de la république ? C’est une guerre qui ne dit pas son nom, sous couvert de la révolution de sourire. En réalité, il ne s’agit pas d’une révolution de sourire, mais d’une guerre néolibérale impérialiste qui dépasse de loin la lutte contre le terrorisme. Et ce, pour changer les caractéristiques de la carte de la région, après l’avoir fait dans les étapes Ukrainienne, géorgienne l’Amérique du sud et moyen orient…. .

L’existence et la structure de ce type de guerre menée par “ le front de l’intervention international” ne peuvent pas être perçues au niveau de la conscience des masses. Aujourd’hui, l’on comprend Pourquoi certains paraissiez si « irrationnelle » vis-à-vis du travail remarquable d’Ahmed Bensaada qui a bien voulu partager avec ses lecteurs son expérience et ses connaissances en tant chercheur universitaire des preuves indiscutables sur ces ténors autoproclamés du Hirak . C’est pourquoi,  Il est important de ne pas se tromper de combat et de discerner l’important du futile en ces temps manipulés. Céder aujourd’hui à la mode de la division entretenue, une fois de plus, par la société du spectacle et débattre futilement des mauvaises intentions.

À mon humble avis, toutes ces objections cachent en réalité une certaine résistance et le désir d’entretenir le statu quo, de ne pas changer les lois de la république à l’égard « des faussaires tireurs de ficelles », qui sont exactement à l’opposé de ce que nous demandent nos concitoyens honnêtes et dévoués. IL est possible que ce soit cette œuvre de longue haleine, indispensable à tout véritable chercheur de la vérité des faits. Et qu’il ait possible été masqué par les médias parallèles dans le but de nous empêcher de nous en servir contre nos ennemis.

Le temps des fakes news sur l’auteur et chercheur Ahmed Bensaada arrive. Soyez vigilant, ne croyez pas n’importe quoi, vérifier les sources plutôt deux fois qu’une (pas de source anonyme ou douteuse) de cette nouvelle vague de néo-colonialiste, dans lequel nous avons été enfermé par cette caste parasitaire «d’intellectualistes Frankenstein algérien » profitant de la mise de nos faiblesses et de notre système politique dissolu d’avant le 22 Février 2019, sous tutelle des organisations en charge des mouvements populaires.

S’il y a quelqu’un parmi nous qui a suffisamment d’expérience de la vie politique, c’est bien lui Ahmed Bensaada. J’en suis certain que la lecture de ce précieux livre, nous permet une bonne connaissance des milieux médiatiques nationale et internationale. Permet, là encore, de gagner du temps puisque nous avons, en ce moment, un débat sur cette question du Hirak. Dans le cas présent, ça me fait plaisir également que ce soit des professionnels, des gens qui suivent et observent ce que l’auteur Ahmed Bensaada a fait pour nous éclaircir sur “Qui sont ces ténors autoproclamés du Hirak algérien” ?

Merci Docteur Ahmed Bensaada, pour tout ce que vous faites pour nous éclaircir ce terrible mystère, nous vous serions très reconnaissants et nous serions heureux de vous rembourser en achetant vos livres et à lire vos enquêtes. C’est pourquoi, j’exhorte de mes vœux les magistrats, députés, policiers, ceux intéressés et surtout les plus curieux d’entre nous à aller chercher cet ouvrage à la bibliothèque et à le lire. Merci vivement de votre contribution efficace et sans cesse consistante.