Attaques obscènes contre le DR Ahmed Bensaada après la parution de son livre

0
293
Sadi avec Almi au Congrès Kabyle du Canada (CKC)

Le chercheur et auteur algérien Ahmed Bensaada fait l’objet, depuis la parution de son livre « Qui sont ces ténors autoproclamés du Hirak?», d’une campagne de dénigrement et d’attaques personnelles nauséabondes, menée par une poignée d’individus s’autoproclamant « démocrates », mais à sens unique.

Qu’est-ce que le livre «Qui sont ces ténors autoproclamés du Hirak? » a de particulier pour susciter cette virulente réaction de la part d’énergumènes non cités dans l’ouvrage, avant même de l’avoir lu?

Pour beaucoup de nos lectrices et lecteurs, Ahmed Bensaada a frappé dans le mille, en mettant la lumière sur des individus nuisibles à l’Algérie, qui tirent profit du pourrissement de la situation et qui ne cherchent nullement une sortie de crise qui épargnera aux Algériens le chaos constructif, cher à une certaine Condolezza Rice. L’auteur, Ahmed Bensaada, s’interrogeait sur cette collusion entre des personnalités connues du Hirak, comme Mustapha Bouchachi, Zoubida Assoul, Lahouari Addi et l’aile politico-médiatique de la nébuleuse terroriste du FIS dissous représentée par les Dhina, Zitout et Benhadj.

Dans son dernier livre « Qui sont ces ténors autoproclamés du Hirak ?» et avant lui « Arabesque américaine », Ahmed Bensaada a étudié, après de longues années d’investigation et de recherche, les liens entre des organisations américaines comme la NED, inféodées au département américain et à la CIA, et certaines organisations algériennes droitdelhommistes comme la LADDH, SOS Disparus ou le CFDA. 

Il est clair, que l’auteur Ahmed Bensaada a gagné le cœur de millions d’Algériens patriotes, jaloux de l’indépendance de leur pays, et à l’opposé, s’est fait des ennemis appartement à cette nébuleuse au service des officines étrangères.

Ainsi, après les attaques idiotes et débiles du sinistre Mourad Dhina, porte-voix du terrorisme, à l’instar de Zitout et d’El Magharibia, c’est autour des activistes du chaos et du pourrissement et non du Hirak, de se mettre en évidence, en organisant une campagne répugnante de dénigrement, à travers les médias sulfureux et subversifs comme Radio M et Radio Corona Internationale. Ainsi, après El Kadi Ihsene, et Abdallah Benadouda, c’est autour de Karim Almi de rejoindre la meute de l’insulte et de l’agression verbale infecte, justifiant son niveau d’éducation et la valeur de ses qualités morales.

Kamel Almi n’a pas trouvé mieux que de s’attaquer à Ahmed Bensaada avec des expressions obscènes, sans épargner deux ministres algériens, ceux de la Communication et de l’Industrie et des Mines, Amar Belhimer et Ferhat Ait Ali. Il les a traités de tous les noms, sachant que ces derniers, lorsqu’ils défilaient sur les plateaux de Radio M, étaient considérés comme « démocrates ». Ce qui incite à nous interroger sur le concept de « démocrate » prôné par ces individus.

Rappelons que Kamal Almi, issu d’un réseau de néocolonisés exilés au Canada, a participé au mois de juillet dernier à Montréal à ce qui est appelé le « Congrès Kabyle du Canada (CKC) » en présence de Said Sadi.

Au lieu de vomir des diarrhées verbales sur les ondes de cette minable radio qui l’a commandité, Kamal Almi est appelé à démontrer ses compétences via des publications sérieuses et non avec des jacasseries imbéciles qui mettent à nu le registre de commerce de la sulfureuse et subversive Radio Corona Internationale : la scatologie et l’obscénité.