Un comité scientifique de suivi de l’épidémie du CoVid19 aux abois

0
195
Un comité scientifique de suivi de l’épidémie du CoVid19 à la dérive…

Par Dr. Abdeldjellil Boudemagh

L’incurie du comité scientifique de suivi de l’épidémie est à dénoncer. La population ne peut rester muette sous le prétexte de ne pas nuire à l‘image du pays dans cette situation de crise sanitaire si mal gérée.

Au contraire le Hirak a permis de nous débarrasser des prédateurs et des affairistes sans scrupules pour un meilleur vivre ensemble dans la transparence totale.

C‘est encore cette transparence qui fait défaut aux autorités sanitaires ainsi qu‘au comité scientifique de suivi de l’épidémie en gérant l’information dans l’opacité la plus totale voulant à tout pris communiquer les bilans quotidiens de manière très peu structurée , à la hussarde.

Prenons l’exemple des scanners thoraciques utilisés à tout va pour faire le diagnostic de la maladie contre toutes les recommandations de L’OMS et des pratiques médicales validées scientifiquement  dans le monde entier.

On estime qu‘aujourd‘hui 75% des cas déclarés positifs ont été validés uniquement sur la réalisation de cet examen !

Autre exemple : Des tests RT-PCR au nombre de 315.000 kits selon l‘APS non utilisés. Pourquoi? Aucune réponse à ce jour!

D‘un autre côté on fait faire une annonce par le chef de l‘Etat devant ses pairs africains et chinois au sommet Chine-Afrique que l‘Algerie fabrique 200.000 tests par semaine alors qu‘il s’agit de tests sérologiques non fiables et non homologués d‘une société privée jordano-algéro-canadienne „Vitalcare „ sans aucun savoir-faire sur ce domaine précis.

Aujourd’hui le 22.06.2020 les États Unis viennent d’annoncer l’octroi d‘un don de 4000 tests RT-PCR au pays qui se targuait il y a quelques jours par la voix de son Président d‘en fabriquer 200.000 tests par semaine.

C‘est tout simplement un pied de nez qui nous est adressé diplomatiquement!

Les couacs et les annonces hasardeuses sont légions de la part du comité scientifique de suivi de l’épidémie.

Il est temps d’arrêter cette incurie et donner les rennes à de vrais compétences algériennes.