Le RCD risque la dissolution

0
354
Urgent:Levée de l'immunité parlementaire pour Mohsen Belabbes et Abdelkader Ouali

Dans un courrier destiné à la présidence du Rassemblement pour la Démocratie et la Culture RCD, la direction générale des libertés générales et des affaires juridiques du Ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales, adresse un avertissement et une mise en garde au parti dirigé par Mohsen Belabbes au sujet des violations répétées de la Constitution et de la legislation régissant les activités des partis politiques contenues dans l’article 67 de la loi organique du 12 janvier 2012 des partis politiques.

Le courrier révèle l’existence de violations flagrantes en matière de respect de la legislation en vigueur concernant des réunions et manifestations publiques destinées à porter atteinte à l’ordre public et la sécurité des citoyens.

Le courrier du ministère de l’Intérieur sur des atteintes à des symboles de l’Etat, l’ouverture d’espace à une organisation illégale dont l’activité est axée sur la violation de l’unité nationale, l’ouverture du siège du parti à des réunions organisées par une organisation non agréée,hébergement de personnes étrangères au parti, mobilisées pour des actions et activités d’atteinte à l’ordre public, les appels répétés à des réunions et attroupements non autorisés, obstruction des activités des entreprises publiques et incitation à leur fermeture par des élus du parti,ainsi que des appels d’attroupement non autorisés sur l’espace public en violation aux mesures de prévention liées à la lutte contre la pandémie du Covid-19 entraînant un risque pour la santé et la sécurité des citoyens. En conclusion, le ministère de l’Intérieur interpelle les dirigeants du RCD au respect des dispositions constitutionnelles et juridiques, en vue de mettre un terme aux violations sus-citées.

Pour beaucoup d’observateurs, et compte tenu de l’implication de certains membres du RCD , en compagnie d’activistes du MAK,dans des actions d’atteinte à l’ordre public et de désobéissance civile, il n’est pas exclu que le parti de Said Sadi, aura le même sort que celui du FIS dissous.