Alliance manifeste avec l’entité sioniste: La provocation de trop du Maroc

0
142
Alliance manifeste avec l'entité sioniste: La provocation de trop du Maroc

Par Zakaria Habibi

Le président algérien Abdelmadjid Tebboune a mis l’accent lors de ses différentes entrevues accordées sur les médias algériens et à plusieurs reprises sur les desseins et activités suspectes de certaines parties de l’intérieur et de l’extérieur, d’entraîner l’Algérie dans des conflits de la région.
Le président Tebboune avait également révélé l’existence de certaines activités suspectes de détourner le Hirak béni de sa vocation pacifique et de son identité algérienne, pour servir des agendas étrangers. Le but préconisé est de porter atteinte à la souveraineté et l’unité de l’Algérie, comme l’indiquent les ragouts et propagandes ciblant la moelle épinière de l’Algérie, à savoir l’Anp digne héritière de l’ALN.
Dans ce contexte d’instabilité sécuritaire de toute la région, le Maroc annonce l’implantation d’une base militaire à quelques encablures de la frontière algérienne, comme signe de provocation.
Une base militaire réalisée par l’ennemi juré, l’entité sioniste et qui sera dotée d’équipements technologiques de dernière génération, en vue d’espionner l’Algérie, qui détient de son côté le droit de riposter à cette nouvelle provocation et hostilité manifeste d’un régime du Makhzen aux abois.
Le Maroc du Makhzen, qui craint une explosion sociale, soudoie les sionistes, dans le cadre de la feuille de route de la normalisation avec l’entité sioniste en compagnie des monarchies du Golfe, dans le cadre du deal du siècle, où le bradage de la Palestine, par un Mohamed VI (guide des croyants et président du Comité d’El Qods)

L’alliance maroco-sioniste, dont l’artisan et le sinistre conseiller du monarque André Azoulay, et certains politiques de l’entité sioniste d’origine marocaine qui viennent de rejoindre en force le Cabinet due Benjamin Netanyahou, vise à fragiliser l’Algérie et son ANP, dont la professionnalisation et l’expérience acquise en matière de lutte contre le terrorisme transnational et le crime transfrontalier, font peur aux services occidentaux, en particulier français, principaux alliés du regime du Makhzen.

Pour en faire face à cette nouvelle provocation, l’Algérie, sur instruction du président Tebboune a décidé d’user de son droit de réciprocité, en planifiant une base militaire au niveau de la frontière Ouest, comme réponse aux desseins hostiles d’un régime, dont le consul d’Oran, chassé  s’était bien exprimé sur cette hostilité, qui prend de plus en plus de l’ampleur avec le soutien indéfectible du Makhzen au groupuscule séparatiste du MAK et aux résidus terroriste du FIS dissous, et qui bénéficiaient des largesses propagandistes et financières, qui s’ajoute à cette guerre de la drogue pour déstabiliser l’Algérie