ANEP: Cette machine à fric au service d’El Isaba

0
144
Ounoughi dévoile l'ampleur de la pandémie de la corruption à l'ANEP

Dans un entretien accordé ce jeudi aux journaux El Watan et El Khabar, le PDG de l’ANEP, Larbi Ounoughi a révélé l’ampleur de la main basse d’El Isaba sur l’une des grandes entreprises publiques du pays, à travers les chiffres communiqués de milliers de milliards qui sont allés enrichir un groupuscule d’individus au détriment des professionnels du secteur à savoir les journalistes et aussi les employés de l’ANEP.

Dans cet entretien, le PDG de l’ANEP n’a pas caché ses mots et les maux de la gabegie, et de la corruption au sein de cette entreprise devenue une machine à fric pour la démocratisation de la corruption initiée par el Isaba et l’Etat profond

Les chiffres communiqués par Larbi Ounoughi révèlent l’omerta mafieuse, en avançant le pactole de 15.000 milliards de centimes, brassés ces dernières années, dont 4.300 milliards de créances impayées de l’ANEP et plus de 5.000 autres milliards tombés sous le coup de la prescription, volatilisés pour de bons.  Il citera sur ce plan les journaux connus et peu connus dont des patrons n’ont rien à voir avec la profession, et qui ont empoché des centaines de milliards de centimes pour construire des empires à l’étranger grâce à l’argent du contribuable. Larbi Ounoughi n’a pas raté l’opportunité de révéler la complaisance et la complicité de ses prédécesseurs dans la gestion chaotique de la machine à fric qu’est l’ANEP.
La sortie médiatique de Larbi Ounoughi,  devrait lever le voile sur l’implication aussi de d’autres ministres de la Communication, bien connus du milieu journalistique pour avoir bénéficié de la niche de la corruption et la générosité de certains éditeurs qui de leurs côtés,ne payaient ni leurs impôts , ni les cotisations de la couverture de la sécurité sociale, ni les salaires des journalistes, ni l’impression. A bon entendeur

PARTAGER