Maroc : Coup de force au palais Royal ?

0
892
Maroc : Coup de force au palais Royal ?

Au moment où le média américain le Washington Post annonce l’imminence de la normalisation des relations diplomatiques entre le Maroc et l’entité sioniste dans le sillage de l’accord entre Tel Aviv et Abou Dhabi, des informations en provenance du Royaume indiquent que le monarque marocain Mohamed VI, s’apprête à céder son trône à son fils Moulay Hassan III, âgé seulement de 17 ans.
Mohamed VI,  gravement malade, aurait organisé une réunion au palais royal de Rabat regroupant son Conseiller principal du Roi André Azoulay, l’artisan numéro un de la normalisation avec l’entité sioniste, le chef du FAR, le patron des renseignements et le chef du gouvernement l’islamiste Saad Dine El Otmani, en l’absence de son frère Moulay Rachid qui serait en disgrâce et aurait été interdit d’assister à cette joute.

Dans l’ordre de succession, l’article 21 de la Constitution marocaine de 1996 dispose qu’« un Conseil de régence exerce les pouvoirs et les droits constitutionnels de la Couronne » au cas où le prince héritier n’a pas encore atteint l’âge de 16 ans. Cependant, cette dernière a été révisée et approuvée par référendum populaire le 1er juillet 2011. L’article 44 de la nouvelle constitution adoptée suite au référendum du 1er juillet 2011, stipule que « le Roi est mineur jusqu’à l’âge de 18 ans accomplis ». Sur ce registre, il faut noter que le futur monarque avait été placé sous haute sécurité par André Azoulay, jusqu’à ce qu’il atteindra l’âge légal pour son intronisation.

Cacophonie à l’intérieur du palais royal

Les évènements se sont accélérés ces derniers jours concernant des faits liés à la course au trône, ainsi, le chauffeur personnel du prince héritier, a été retrouvé mort dans son appartement, assassiné par deux balles, il y a deux semaines, au même titre que le colonel Youcef El Addadi, directeur du bureau du secrétariat central du palais royal, retrouvé mort assassiné dans son appartement.
Cela s’ajoute aux informations non confirmées de la destitution du frère du roi, survenue suite à une tentative d’assassinat du prince héritier.
Les marocains ont pu constater de visu le renforcement du dispositif de sécurité autour du palais royal par le déploiement dense de barrages par la gendarmerie royale. Il convient de rappeler, que le monarque opéré au cœur dans une clinique à Rabat, le 14 juin dernier, est réapparu très affaibli, le 29 juillet dernier à l’occasion de la fête du trône, où il trouvait beaucoup de difficultés pour lire son discours.
Dans le même contexte, il faut noter, que compte tenu d’une éventuelle explosion sociale liée à la situation économique et la crise sanitaire, le régime du Makhzen s’efforce à détourner l’opinion publique marocaine vers l’Algérie et l’Espagne. Cette situation fera certainement les affaires de l’entité sioniste qui s’efforcera à travers son serviteur et agent, le Conseiller du Roi, André Azoulay à normaliser ses relations avec le Maroc, tout en soutenant l’intronisation du futur roi, et préserver le statu-quo dans le dossier de la décolonisation du Sahara Occidental