Incarcéré au nom de la liberté d’expression: Imad Hajjaj, le  caricaturiste jordanien, libéré

0
90
Incarcéré au nom de la liberté d'expression: Imad Hajjaj, le  caricaturiste jordanien, libéré

Par Tarek Benaldjia

Les autorités jordaniennes ont annoncé, dimanche, la libération du caricaturiste Imad Hajjaj, arrêté pour avoir dessiné une caricature raillant le récent accord de normalisation des relations entre les Emirats arabes unis (EAU) et Israël.

Figurant parmi les caricaturistes les plus en vue en Jordanie, M. Hajjaj a été arrêté mercredi soir, quelques heures après la publication de sa caricature sur son compte Facebook et son site officiel.

 Intitulé « Israël demande à l’Amérique de ne pas vendre les F-35 aux Emirats arabes unis », le dessin représente le prince héritier d’Abou Dhabi, Mohammed ben Zayed, portant une colombe, frappée du drapeau israélien, qui lui crache au visage. Sur les crachats est écrit « F-35 ». 

Le dessin a ridiculisé la position du prince héritier d’Abou Dhabi Mohammed ben Zayed, après que Tel Aviv ait refusé de vendre des chasseurs F-35 aux Émirats arabes unis, deux semaines seulement après la normalisation des relations entre les Émirats arabes unis et Israël.

Le jeudi 27 août, Hajjaj a été présenté au procureur général d’Amman, qui a signifié au dessinateur qu’il était accusé d’avoir « perturbé des relations avec un pays ami , selon les lois antiterroristes en vigueur. D’après les charges qui pèsent contre lui, Emad Hajjaj risquerait entre 5 et 10 années de prison ou de travaux forcés.

Dimanche, les autorités jordaniennes ont décidé de libérer le caricaturiste Imad Hajjaj, après avoir été arrêté sur fond de dessins jugés offensants pour les pays du Golfe.

Cette arrestation laisse penser que « les autorités jordaniennes préfèrent violer les droits de ses propres citoyens plutôt que d’offenser » les Emirats arabes unis ou encore Israel.

Plusieurs organisations de défense et de protection des journalistes dénoncent l’arrestation, en Jordanie, du caricaturiste Emad Hajjaj, après la publication d’un de ses dessins sur le site Al-Araby al-Jadeed. La caricature d’Hajjaj visait la vente d’avions F-35 aux Émirats arabes unis par les États-Unis, et la position d’Israël à l’égard de cette transaction.

Vendredi, l’organisation internationale « Human Rights Watch » a exigé que la Jordanie libère Hajjaj et abandonne les accusations « arbitraires » portées contre lui.

Le 13 août, le président américain Donald Trump a annoncé que les Émirats arabes unis et Israël étaient parvenus à un accord pour normaliser les relations entre eux, le qualifiant d’historique.

L’accord a été largement condamné par les Palestiniens, car les factions et les dirigeants palestiniens le considéraient comme une « trahison » de la part des Emirats et un coup de couteau dans le dos du peuple palestinien.

L’annonce de l’accord de normalisation entre Tel Aviv et Abu Dhabi est l’aboutissement d’une longue série de coopération, coordination, communication et échange de visites entre les deux pays.

L’arrestation de M. Hajjaj a été dénoncée par plusieurs groupes de défense des droits humains et associations, dont le Comité de protection des journalistes, qui ont tous réclamé sa libération.

Hajjaj, 52 ans, est un dessinateur populaire en Jordanie et dans la région arabe. Ses dessins ont été publiés dans plusieurs journaux jordaniens mais aussi dans des journaux arabes à l’étranger et portent principalement sur des questions politiques, économiques et sociales.

La résistance implacable du caricaturiste jordanien se poursuit. C’est une responsabilité, chargée d’histoire, de géographie et d’identité.