Djerad au Conseil de la nation : « le projet de révision constitutionnelle, “une rupture totale” avec les pratiques du passé »

0
137
Djerad : l'amendement constitutionnel marque la réconciliation de l'Algérie avec elle-même et avec son histoire

Le Premier ministre, Abdelaziz Djerad a affirmé, vendredi au Conseil de la nation, que le texte de loi portant révision constitutionnelle constituait “une rupture totale” avec les pratiques du passé, tant en termes d’élaboration que de contenu, et venait en réponse aux aspirations du peuple à l’édification d’un “véritable” Etat démocratique.

“Le projet de loi portant révision constitutionnelle constitue une rupture totale avec les pratiques du passé tant en termes d’élaboration que de contenu”, a précisé le Premier ministre qui présentait ce projet de loi devant la Commission des affaires juridiques et administratives, des droits de l’Homme, de l’organisation locale, de l’aménagement du territoire et du découpage territorial, en présence du président du Conseil de la nation par intérim, Salah Goudjil, du ministre de la Justice, Garde des sceaux, Belkacem Zeghmati, du questeur parlementaire, des chefs et représentants des groupes parlementaires et des membres du Conseil n’appartenant pas aux groupes parlementaires.

M. Djerad a indiqué que ce projet de loi vient en réponse “aux aspirations du peuple à édifier un véritable Etat démocratique qui mettra l’Algérie à l’abri des dérives autoritaires et despotiques qu’elle a connues”.

A l’issue de cette présentation, un débat sera ouvert sur ce texte qui sera soumis, samedi, lors d’une séance plénière, au vote et ce, dans le cadre du mécanisme du débat restreint.

Pour rappel, les membres de l’Assemblée populaire nationale (APN) avaient adopté jeudi le projet de loi portant révision constitutionnelle.