Offenses  contre le Prophète Mohamed QSSL : Où sont passés les Zitout, Dhina et Rachad ?

0
281
Offenses  contre le Prophète Mohamed QSSL : Où sont passés les Zitout, Dhina et Rachad ?

Aucun signe de vie pour Larbi Zitout, Mourad Dhina et Rachad, dans le sillage de l’attaque, insultes et Blasphèmes proférées par le président Emmanuel Macron, bien soutenu par l’extrême droite française, et les milieux sionistes et néocolonialistes à l’égard de notre prophète Mohamed QSSL.

D’habitude, les propagandistes Larbi Zitout et Mourad Dhina envoient leurs acolytes chaque dimanche occuper la place de la république pour scander des slogans anti-algériens et anti, Armée Nationale Populaire ANP, digne héritière de l’ALN.
Les acolytes du FIS dissous, sous la solde de la nébuleuse terroriste ont même occupé cette enceinte le 5 juillet dernier, pour « dénoncer »l’indépendance de l’Algérie et exprimé leur totale adhésion aux thèses néocolonialistes.

 


D’habitude, Larbi Zitout ne rate aucune aubaine pour tirer sur l’Algérie et son ANP, et aujourd’hui, lorsqu’il s’agit de ce qui est sacré chez les musulmans et les algériens, à savoir le prophète Mohamed porté dans les cœurs de près de deux milliards de personnes, il s’est tu, révélant son statut d’agent au service de la DGSE, les services britanniques et l’OTAN. Larbi Zitout ne pourra, à l’instar de son compagnon Dhina, se positionner à, l’encontre de Macron, BHL et ses protecteurs occidentaux

L’Algérie réagit à la campagne haineuse

L’Algérie n’a pas tardé à réagir au tweet d’Emmanuel Macron, réitérant le maintien des caricatures offensantes au prophète (QSSSL) déjà publiées par le sulfureux et provocateur média français Charlie Hebdo.

Dans un communiqué diffusé, ce lundi, sur la page officielle de la présidence de la république, le Haut Conseil Islamique condamné fermement la campagne féroce et enragée à l’encontre de la personne du Prophète (QSSSL) et de la religion musulmane embrassée par des millions de fidèles dans tous les continents, » dit le HCI qui ajoute : « nous trouvons étrange l’apparition d’une catégorie dépravée et dénuée des valeurs de l’humanité qui se targue de la liberté de l’expression pour porter atteinte à l’Islam et son Prophète (QSSSL) et se moquer  des symboles religieux que la législation internationale réprime.  Et donc, cela est considéré comme une atteinte à l’humanité entière et un extrémisme, surtout émanant d’un responsable qui se considère comme garant des valeurs de fraternité, de liberté et d’égalité». Allusion à peine voilée à Macron.

En vue d’éviter l’instrumentalisation et la récupération intégriste, le HCI appelle, les musulmans à la sagesse et à l’usage de moyens civilisés à la hauteur des valeurs exprimées et appliquées du messager d’Allah, le prophète Mohamed QSSL, pour contrecarrer les desseins de ceux qui ternissent l’image de l’Islam et de ceux qui prônent la croisade.

Campagne de boycott des produits français et panique à Paris

Plusieurs personnalités politiques, religieuses du monde musulman, au même titre que des dizaines de milliers d’internautes appellent au boycott des produits français, en représailles aux déclarations du président français qui n’aurait pas mesuré le sens, en s’attaquant au symbole sacré des musulmans. Pour limiter les dégâts, et tenter d’apaiser la tension, le quai d’Orsay a publié ce dimanche un communiqué en réaction aux appels de boycott.
Une réaction qui témoigne l’entêtement de l’Establishement français à considérer les musulmans comme quantité négligeable, pour plaire au CRIF, BHL, Zemmour et consorts connus pour leur hostilité aux musulmans, sachant que cet Establishement a nourri, hébergé, surmédiatisé et financé la nébuleuse terroriste, dont l’un des acteurs s’appelle Larbi Zitout.

Ce dernier au même titre que ses compagnons Mourad Dhina, Abbes Aroua,Mohamed Sifaoui, Houari Addi, ou l’ongiste et ancien président tunisien Moncef Al Marzougui n’osent jamais se mettre contre les Macron, BHL, ou le CRIF, même si certains d’entre-eux sont inféodés à la confrérie des Frères Musulmans et les plans d’hégémonie sur le monde musulman du néo-ottoman, le président turc Recep Tayep Erdogan