Erdogan, sous pression, risque l’escalade

0
98
Erdogan, sous pression, risque l’escalade

Au cours des dernières années, le président turc Tayyip Erdogan a réussi à s’aliéner tant de partenaires internationaux de son pays qu’il est difficile de les compter. Il l’a parfois fait exprès pour détourner l’attention de ses électeurs d’une économie en déclin et d’autres calamités locales. Mais il y a des signes qu’il a maintenant dépassé la patience des adversaires qu’il a créés. Il reçoit maintenant enfin les reproches qu’il semble rechercher.

 

Poutine-Erdogan : Si la Russie a mis l’accent sur ses relations amicales avec la Turquie, elle est en conflit avec elle en Syrie, en Libye et, plus récemment, dans la guerre du Haut-Karabakh. Sputnik

Par Moon of Alabama

Si la Russie a mis l’accent sur ses relations amicales avec la Turquie, elle est en conflit avec elle en Syrie, en Libye et, plus récemment, dans la guerre du Haut-Karabakh.

La Russie a parfois une manière peu subtile de faire savoir que sa patience est à bout. Jeudi dernier, des navires russes en Méditerranée orientale ont tiré des missiles sur un centre de contrebande de pétrole près de Jarablus, en Syrie :

Plus de 15 militants de l’opposition armée syrienne sous contrôle turc ont été tués et blessés lors d’une frappe par un missile inconnu sur un marché de contrebande de produits pétroliers dans la ville de Jarablus, à la frontière de la Turquie, dans le nord de la Syrie, ont rapporté des sources locales.

Il est à noter que des roquettes ont également été tirées sur deux camions-citernes, qui se déplaçaient le long de l’autoroute près du village de Kus en direction du marché. Des témoins oculaires ont rapporté qu’au moment des frappes, plusieurs explosions puissantes se sont produites dans la zone frontalière.

Le pétrole était passé en contrebande depuis l’est de la Syrie et était en route vers la Turquie.
Aujourd’hui, une attaque aérienne russe contre une cérémonie de remise de diplômes à des «rebelles syriens» financés par la Turquie a tué ou blessé plus de 200 d’entre eux.

Les membres du fan club d’Erdogan en ont pris note :
Ömer Özkizilcik @OmerOzkizilcik – 9:31 UTC · 26 oct.2020

La Russie a attaqué le QG de Faylaq al-Sham, le groupe armé préféré de la Turquie à Idlib, et la faction dirigeante du NLF de la SNA.
Faylaq al-Sham est également présent dans le processus d’Astana et le comité constitutionnel.
On affirme que jusqu’à 50 membres de Faylaq sont morts dans l’attaque.
Après la récente frappe aérienne sur la raffinerie de pétrole de Jarablus, cette nouvelle frappe n’est qu’une autre démonstration de la fracture croissante entre la Russie et la Turquie.
Il semble que beaucoup de monde à Moscou est en colère contre l’humiliation de l’industrie de défense russe par la Turquie.

La Russie a une véritable industrie de la défense alors que les « producteurs » d’armes turcs ne sont que des chaînes d’assemblage de pièces achetées à l’étranger :

301 @ 301_AD – 10h19 UTC · 26 oct.2020
Le drone turc “indigène” dont les Turcs se vantent jour et nuit comme le fleuron de leur industrie militaire n’est pas si indigène après tout. Il est assemblé avec des composants occidentaux de premier ordre.

La Turquie a utilisé avec succès les drones pour détruire les anciennes défenses aériennes de fabrication russe dans le Haut-Karabakh. Mais comme le Canada et l’Autriche ont cessé de fournir les composants nécessaires, la disponibilité de ces drones diminuera bientôt.

Les États-Unis ont également accru la pression sur les forces mandataires turques en Syrie :

L’armée américaine a déclaré jeudi avoir mené une frappe de drone contre des dirigeants d’Al-Qaïda dans le nord-ouest de la Syrie, près de la frontière turque, tuant 17 djihadistes, selon un observateur de guerre.

L’Observatoire syrien des droits de l’homme a déclaré que cinq civils figuraient également parmi les personnes tuées.

“Les forces américaines ont mené une frappe contre un groupe de hauts dirigeants d’Al-Qaïda en Syrie (AQ-S) réunis près d’Idlib, en Syrie”, a déclaré le major Beth Riordan, porte-parole du Commandement central des États-Unis (CENTCOM).

Il est maintenant probable que la Turquie ordonnera à ses mercenaires «rebelles syriens» d’intensifier la guerre à Idleb. La Russie et la Syrie attendaient cela et sont bien préparées.
Les relations de la Turquie avec la Grèce ont toujours été hostiles mais la Turquie fait actuellement de son mieux pour les empirer :

La Grèce a déclaré lundi que la Turquie prévoyait de mener un exercice militaire naval le 28 octobre, jour férié national grec, quelques heures à peine après que le secrétaire général de l’OTAN a déclaré que la Grèce et la Turquie avaient annulé les wargames les jours de fêtes nationales.

Erdogan s’est également efforcé d’ajouter d’autres pays de l’UE à la liste des ennemis de la Turquie :

La France a rappelé son ambassadeur en Turquie après que le président du pays, Recep Tayyip Erdoğan, a mis en doute la santé mentale de son homologue français Emmanuel Macron.
Erdoğan a remis en question l’état mental de Macron tout en critiquant l’attitude du président français envers l’islam et les musulmans.
Ses remarques lors d’un congrès local du parti étaient une réponse apparente aux déclarations faites par Macron plus tôt ce mois-ci au sujet des problèmes créés par les musulmans radicaux en France qui pratiquent ce que le dirigeant français a qualifié de “séparatisme islamiste”.

Les remarques de Macron sont intervenues après qu’un terroriste tchétchène ayant des liens avec des militants dans l’Idleb occupé par la Turquie ait décapité un professeur d’histoire français à Paris. Les remarques d’Erdogan ont été suivies de manifestations anti-françaises dans les zones occupées par la Turquie en Syrie au cours desquelles des drapeaux de l’État islamique ont été hissés.

Malgré les tentatives russes, françaises et américaines de mettre en place un cessez-le-feu au Haut-Karabakh, la Turquie fait pression sur l’Azerbaïdjan pour qu’il poursuive la guerre :

L’année dernière, la Turquie a violé la souveraineté israélienne, libyenne, irakienne, syrienne et grecque. La communauté internationale a condamné les empiétements territoriaux de la Turquie à de nombreuses reprises. Un scénario similaire se déroule aujourd’hui au Haut-Karabakh.

Le 21 octobre, le vice-président turc Fuat Oktay s’est engagé à fournir un soutien militaire total à l’Azerbaïdjan si nécessaire. Oktay a également dénoncé les efforts internationaux visant à réprimer l’escalade du conflit au Haut-Karabakh.
Le Groupe de Minsk de l’OSCE, composé des États-Unis, de la France et de la Russie, s’est formé pour aider à la médiation du conflit. Les responsables turcs, cependant, affirment que ce groupe soutient activement l’Arménie. Réprimandant la Turquie, le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a publié une déclaration soulignant l’implication maligne d’Ankara dans le conflit. Il a noté que les combattants soutenus par la Turquie «fournissent des ressources à l’Azerbaïdjan, augmentant le risque et la puissance de feu», ce qui ne fait que renforcer les combats.

Erdogan-Macron : l’alliance franco-turque contre la Syrie est bel et bien terminée. Photo DR

 

Un nouveau cessez-le-feu du Haut-Karabakh, négocié vendredi à Washington DC, a été immédiatement violé par de nouvelles attaques des forces azerbaïdjanaises.

En Libye, un nouvel accord de cessez-le-feu entre les forces des Frères musulmans soutenues par la Turquie qui détiennent la partie ouest du pays et les forces orientales du général Haftar, soutenues par les Émirats arabes unis et la Russie, stipule que toutes les forces étrangères devront quitter le pays dans les trois mois. L’ONU et tous les pays impliqués, sauf un, ont salué l’accord :

Mais le président turc Recep Tayyip Erdogan, qui soutient le gouvernement de Tripoli militairement, a remis en question la viabilité du cessez-le-feu.

“L’accord de cessez-le-feu d’aujourd’hui n’a en fait pas été conclu au plus haut niveau, mais à un niveau inférieur. Le temps nous dira s’il durera”, a déclaré Erdogan. “Il me semble donc que cela manque de crédibilité.”

La Turquie avait tenté de prendre le contrôle des champs pétrolifères de l’est de la Libye, mais n’y était pas parvenue après que la Russie l’a contrée. La production de pétrole en Libye a redémarré sans qu’aucun des bénéfices ne revienne à la Turquie. Elle devra maintenant quitter les nouvelles bases qu’elle a créées ou ré-intensifier cette guerre.

Emmerder les États-Unis, l’UE et la Russie tout en menant des guerres contre plusieurs pays a un coût économique important :

Depuis qu’il a atteint un sommet de 951 milliards de dollars en 2013, le produit intérieur brut de la Turquie a inversé sa tendance de croissance, tombant à 754 milliards de dollars en 2019 en termes nominaux, soit une baisse de 200 milliards de dollars, soit près de la taille du PIB de la Grèce, en six ans. Les performances médiocres de l’économie ont eu un impact politique sur la popularité de l’AKP dans le pays. Selon le sondeur Metropoll, le soutien à l’AKP était tombé à 31% en août 2020 – une baisse significative par rapport aux 43% des votes obtenus par le parti lors des élections législatives de 2018. …
Une politique étrangère qui donne la priorité à la rhétorique belliqueuse, au hard power et au dénigrement de l’Occident peut être politiquement utile à court terme, mais reste incompatible avec l’exigence à long terme de stabilisation de l’économie. Et pourtant, ce sont les performances économiques du pays qui détermineront en fin de compte le sort de la prochaine compétition politique nationale le moment venu.

Il y a un an, 5,75 livres turques équivalaient à 1 dollar américain. Aujourd’hui, il faut plus de 8 livres turques pour acheter un dollar.

Les entreprises turques ont contracté de nombreux prêts en devises étrangères. Ils devront rembourser les prêts une lire surévaluée de plus de 40% qu’ils ne l’avaient prévu. Beaucoup d’entre eux ne survivront pas au drainage.

L’Arabie saoudite et ses alliés ont lancé un boycott des produits turcs. Des casseroles et des légumes turcs ont été retirés des supermarchés saoudiens.

Au fil des ans, la Turquie avait réussi à jouer la carte des États-Unis contre la Russie, et celle de la Russie contre l’UE. Mais maintenant, ses relations avec toutes ces parties se détériorent en même temps. Ceci alors que son économie a de sérieux problèmes.

Pour améliorer sa position, Erdogan pourrait se retirer de certains des nombreux conflits qu’il a créés. Mais étant donné son comportement antérieur sous pression, il est plus susceptible d’aller dans la direction opposée. Je m’attends à ce qu’il intensifie bientôt un ou plusieurs fronts, la Syrie étant le plus probable.

Au cours de l’année dernière, de nombreux équipements turcs et de nombreux soldats turcs ont été transférés à Idleb. Mais seraient-ils capables de résister à l’assaut des attaques aériennes et des missiles russes ? La Russie lancerait-elle ces frappes provocatrices contre les forces mandataires turques si elle le devait ?

À mon avis, la Turquie a été trop loin. Elle devra reculer sur plusieurs de ses fronts actuels et se concentrer sur son économie. Elle est par ailleurs susceptible de subir une défaite militaire importante tandis que son économie se détériorera davantage. Ce serait la fin des rêves néo-ottomans d’Erdogan.
Moon of Alabama
Traduit par jj, relu par Wayan pour le Saker Francophone