Le Maroc, de mal en pis

0
200
Le Maroc, de mal en pis

Le Maroc n’oserait jamais entrepris une agression militaire sur le peuple sahraoui, s’il n’avait pas l’aval de la France, les monarchies du Golfe et le soutien de l’Entité sioniste.

Ce n’est pas une pure coïncidence, si l’armée du Makhzen optera pour agression militaire visant la brèche de Guerguerat, après la visite du Chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian, au Maroc, et avant lui son confrère du ministère français de l’Intérieur Gérarld Darmanin.

A l’instar de la France qui tentera de détourner l’opinion publique française sur la gestion de la crise sanitaire et son impact sur l’économie française se dirigeant vers la récession, et l’indignation généralisée suite aux caricatures offensantes du Prophète Mohamed QSSL, approuvées par le locataire du Palais de l’Elysée, le Maroc procédera de la même manière en détournant l’opinion publique marocaine sur la crise socioéconomique et surtout sur la guerre de succession du monarque malade et affaibli , déclarée au niveau du palais royal.
Les deux pays n’avaient d’alternative que d’opérer une agression militaire contre les civils sahraouis, soutenue par les Emirats Arabes Unis, déçus par la position de l’Algérie opposée à toute normalisation avec l’entité sioniste.
Sur ce registre, nous avons évoqué le 15 avril 2018 sur notre ancien journal électronique Algérietouyteheure.com, citant le média marocain , Essabah , que  la France ne s’opposerait pas à une intervention militaire du Maroc, dans la zone tampon, au Sahara Occidental.

Agression militaire contre des civils sahraouis, validée par la France

Lors de cette période, l’ancien chef de la diplomatie algérienne, Abdelkader Messahel aurait été informé de cette éventualité, lors de sa rencontre à Paris avec son homologue français Jean-Yves Le Drian, une rencontre qualifiée de tendue, par certains observateurs. La position constante exprimée par Messahel, connu pour sa maîtrise des dossiers de la région. Les déclarations d’Abdelkader Messahel avaient à l’époque réveillée les démons des médias affidés au Makhzen, qui entreprirent une campagne médiatique calomnieuse à son encontre. La réponse sèche de Messahel, au sujet du refuge d’AG Aghali « Posez la question aux français et aux maliens » n’avait pas été appréciée par l’Establishment français. L’Algérie refusait de s’impliquer dans les bourbiers malien et libyen, et refusait par voie de conséquence toute intervention militaire au Mali et Libye, préférant les solutions politiques chapeautées par l’ONU, ou l’Union Africaine

L’implication à outrance de la France de Macron dans les conflits régionaux, est un signe avant-coureur de la stratégie de la girouette et locataire du Palais de l’Elysée, d’ouvrir une tension au Maghreb entre l’Algérie et le Maroc, incitant l’inexpérimenté monarque ouvrir un conflit armé avec son voisin de l’Est, pour détourner l’opinion publique marocaine sur la crise socioéconomique qui secoue son pays et qui menace son fragile trône. La campagne haineuse menée par les réseaux sociaux à l’égard de l’ANP, , s’inscrit dans cette logique aventurière et suicidaire.

C’est le même scénario qui se répète cette fois-ci, où la France continue de perdre de l’influence après l’élection du président Tebboune et sa détermination à repositionner la diplomatie algérienne à la place qu’elle lui sied

Les FAR, et la doctrine hostile à l’Algérie

Pour éliminer les thèses inféodées à l’expansionnisme du Makhzen qui ne cessait de revendiquer des territoires algériens, et sahraouis, en violation au droit et à légitimité internationaux délimitant les frontières des Etats, sur la base de l’héritage colonial, Algérie54.com, invite ses lectrices et lecteurs à consulter la doctrine des forces armées royales FAR, et son hostilité à l’Algérie datant de l’avant-indépendance de l’Algérie (file:///C:/Users/hp/Downloads/Pour_une_nouvelle_strategie_de_defense%20integr%20(2).pdf)

 Guerre fratricide de succession

La guerre de succession du monarque Mohamed VI, affaibli, a atteint un haut niveau d’hostilité et même de confrontation. L’actuel monarque tente bien que mal d’introniser son fils Moulay El Hassan, 17 ans, actuel prince héritier du Maroc, sous la protection et la parapluie du puissant conseiller André Azoulay avant même l’âge de sa majorité , au détriment de son frère Moulay Rachid.

Guerre de succession et assassinats politiques

Des informations avaient même circulé, il y a plusieurs semaines sur une action orchestrée par Moulay Rachid éliminer son neveu, Moulay El Hassan,  Son chauffeur personnel aurait été d’ailleurs « retrouvé » dans ses appartements, mort  de deux balles dans la tête. Le même sort a été réservé au Colonel Youcef El Adadi, directeur du secrétariat principal au palais royal de Rabat. Cette « guerre de succession » qui ne dit pas son nom, constitue un « tsunami » politique au Maroc,dans la mesure où le fils cadet de Hassan II, en l’occurrence  Rachid ben El-Hassan, avait été écarté de « tout poste de responsabilités officielle » au sein du Royaume, selon des médias espagnols affirmant d’autre part que le Maroc aurait saisi officiellement l’Espagne pour « l’extradition » du politologue journaliste Abdelhalim El Merabet, qui serait selon la thèse marocaine, derrière la divulgation de ces graves évènements ficelles du complot.

Mort suspecte du Consul de France à Tanger et prétendue relation avec l’ancien épouse du Roi

La mort du Consul de France à Tanger, liée à sa relation avec Lalla Selma?

Aujourd’hui, le jeudi 19 novembre 2020, le Consul de France à Tanger, François Denis fraîchement installé dans ses fonctions, a été retrouvé mort dans la résidence du Consulat.
S’agit-t-il d’un assassinat ou d’un suicide ? les spéculations vont bon train, notamment concernant les liens »intimes’ du Consul François Denis avec l’ancienne épouse du Roi Mohamed VI, la princesse Lalla Selma

Pour rappel ; le roi Mohammed VI avait confirmé, en été 2019, son divorce avec la princesse Lalla Selma, après près de deux ans de silence ponctués de polémique et de rumeurs les plus folles au sujet du couple royal.

Bruits sur un éventuel coup d’état militaire

Tentative de coup d’état militaire n’est pas à exclure

Les nouvelles données qui marquent la situation politique dans la monarchie, incitent plusieurs analystes et experts fin connaisseurs de le politique du Maroc, à évoquer un éventuel coup d’état militaire orchestré par des militaires qui ne supportent plus la situation de corruption à l’intérieur du Makhzen et la gestion chaotique du pays par un monarque malade et affaibli, devenu une girouette de la France, André Azoulay et les dirigeants du Golfe comme Mohamed Bin Zayed MBZ des EAU, et Mohamed Bin Salmane MBS ; l’homme fort de Ryad.

Le retour de la guerre au Sahara Occidental, jumelé à l’état de frustration des jeunes officiers et militaires marocains, incite le retraité officier marocain Mahdjoub Tobji, auteur du livre « Les officiers de sa Majesté » à ne pas exclure un sursaut de la jeune garde militaire marocaine de se rebeller contre leurs richissimes   généraux, à la tête des réseaux de trafic de drogue et de contrebande, et qui pourraient d’un moment à l’autre destituer « le Guide des Croyants »

L’embrasement pour servir les intérêts sionistes

Le Consulat émirati à Layoune occupée

Poussé à fond par Abou Dhabi, le président du Comité d’El Qods, et Guide des Croyants ,le monarque marocain, affaibli physiquement et politiquement, ne tardera pas à se plier au diktat d’André Azoulay et normaliser avec l’entité sioniste et opter pour la normalisation avec l’entité sioniste, en vue de sauver ce qui reste de son trône et permettre à son fils et prince héritier, mineur d’accéder au pouvoir, contre le bon gré du peuple marocain qui ne digérera ni l’estocade à la cause palestinienne, ni de voir le pays diriger par un « mineur » inexpérimenté,sous tutelle du sioniste André Azoulay