Vaste opération de reboisement pour répondre aux incendiaires de la Fitna

0
61
Vaste opération de reboisement pour répondre aux incendiaires de la Fitna

A l’instar de plusieurs wilayas du pays, la wilaya d’Oran a été le théâtre ce samedi 21 novembre d’une opération de reboisement au niveau de la forêt côtière de Madagh , en réponse aux ennemis de la nation, les incendiaires de la Fitna visant la stabilité du pays et la quiétude des citoyens.

Cette opération a été marquée par la mobilisation de tous les moyens humains et matériels, en présence des autorités civiles et militaires de la wilaya, du délégué de la wilaya d’Oran,du médiateur de la république, de la société civile et des organismes publics. Une opération de reboisement qui s’inscrit dans le cadre de la reforestation des zones sinistrées par l’incendie criminel au niveau de la forêt de Madagh et qui intervenait quelques jours après la campagne de nettoiement organisée dans ce même site sur les hauteurs d’Aïn El Kerma ; relevant de la daïra de Boutlélis), qui avait enregistré un incendie exponentiellement ravageur. Interrogé par nos soins à l’occasion de cette opération, Imad Mered, cadre de la CNAS d’Oran, estimera que cette louable action renforcera davantage le rôle de la société civile, pilier de la nouvelle Algérie, dans la prise en charge des problèmes des citoyens, dont ceux liés à l’environnement.

Pour ce qui est de la participation de la CNAS à cette opération, il notera que l’implication de cette dernière dans ce genre d’actions, est liée à la stratégie des pouvoirs publics d’être proches des doléances citoyennes, en vue de la concrétisation de la bonne gouvernance et la consolidation de la démocratie participative.

Plantation de près de 2,3 millions d’arbres résistants à la sécheresse à l’horizon 2023

Le ministère de l’Agriculture et du Développement rural prévoit la plantation de près de 2,3 millions d’arbres fruitiers résistants à la sécheresse à l’horizon 2023, parallèlement à l’opération de mise en terre de 31,5 millions de plants d’arbres durant la campagne 2020/2021.

Selon un document remis à la presse, en marge de la campagne nationale de reboisement, dont le coup d’envoi officiel a été donné samedi par le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, à partir de la wilaya de Tipasa, les services des forêts prévoient, au titre d’un programme de développement d’arbres fruitiers résistants à la sécheresse la “production de plus de 2,3 millions d’arbres fruitiers, dont un million de plants de caroubiers, à l’horizon 2023”. Un total de 500 000 plants de caroubiers, oliviers, pistachiers, amandiers et châtaigniers, seront produits d’ici le premier trimestre de l’année prochaine, selon le document.

Ce programme, inscrit au titre de la politique du secteur visant à développer, valoriser et protéger les espaces forestiers, a pour objectif d’”améliorer les conditions de vie des populations rurales”, à l’instar d’autres programmes dédiés à l’encouragement de la création d’unités de petit élevage et d’apiculture.

L’Algérie est dotée d’un couvert végétal riche et diversifié s’étendant sur une surface de plus de quatre millions d’hectares, dont 1,42 million d’hectares de forêts. Soixante-neuf pour cent (69 %) de cet espace forestier est occupé par le pin d’Alep et 21 % par le chêne-liège, alors que 280.000 ha ont été réservés à des essences nouvellement plantées. A cela s’ajoutent 2,41 millions d’hectares de maquis.

Le document du ministère de l’Agriculture et du Développement rural a fait cas d’une perte, cette année, de plus de 41.000 ha du couvert végétal national, suite aux incendies de forêts qui s’étaient déclarés dernièrement.

La ressource forestière a enregistré, en outre, selon la même source, une importante dégradation ces dernières années en raison du surpâturage, l’exploitation illégale, l’extension urbaine et les feux de forêts, qui ravagent annuellement près de 30.000 ha de végétations.

A cela s’ajoutent des facteurs naturels qui ont accentué cette dégradation, dont le changement climatique à l’origine de vagues de chaleur et de sécheresse récurrentes qui réduisent et/ou perturbent le rôle des écosystèmes, est-il déploré dans le même document.

Selon la même source, les services des forêts prévoient la plantation de plus de 30.000 ha à l’horizon 2024, dont 19.356 ha destinés au renouvellement des espaces forestiers dégradés suite aux incendies, et 11.000 ha au titre du programme d’aménagement des bassins-versants et de lutte contre la dégradation des terres dans les zones steppiques et sahariennes.

 

PARTAGER