Abdou Semmar, portrait d’un barbouze

0
96
Abdou Semmar, portrait d'un barbouze

A chaque fois qu’il apparaît sur une image tel un dog bombant le torse, Abdou Semmar n’arrête jamais de sortir sa cage thoracique , et il ne sait plus quoi inventer comme nouvelles pour alimenter ses « diarrhées ».

Dans un lieu qui apparaît bien « agencé»,on ne sait par quel moyen , lui qui n’arrête pas de vilipender les personnes prospères , on le voit barbu et rébarbatif  , beugler tel un dog à la recherche d’une victime « Khwati , khwatati … Salam Alaykoum! »

C’est son leitmotiv avant de s’adonner à ses informations étranges , habituelles et, souvent consacrées à des sournoiseries.

Il est de tous bords, de la politique, de l’économie, de la finance, de la santé , de l’ANP et même du domaine de l’espionnage.

Il est devenu par la force de son « bannissement » un expert pour avoir tout simplement fréquenté l’école du discours satirique, acquis auprès des ennemis de l’Algérie

Sa voix dans ses vidéos raisonne comme le bruit du ventilateur, est de tout temps dirigée pour ternir l’image de l’Algérie.

Quand le Président Tebboune , n’est pas un malade «bientôt  condamné à la mort par la Covid 19 » , le premier Ministre un inactif , des ministres incompétents  , les PDG d’entreprises nationales de voleurs ,et , de corrompus, personne n’échappe à ses sentences et procès, y compris les cadres nationaux établis à l’étranger auxquels, il voue une répulsion et une haine profonde.

Ainsi, dans plusieurs de ses écrits superflus, surtout lassants, il profère des accusations imaginaires à l’égard des personnes s qu’il ne connaît même pas , leurs noms ont été écorchés et égratignés par ses employeurs et mentors

En mai dernier, Abdou Semmar , s’est attaqué à la revue de l’ANP ;El Deich avec une virulence inouïe, l’accusant «  d’utiliser un style ordurier pour insulter  les opposants»

Il répondra à un article publié sur El Djeich, qui dénoncera ses agissements entrepris, depuis son trou de fugitif en France .

Abdou Semmar devient le prototype du barbouze et profil du néocolonisé ,capable de brader sa citoyenneté et identité pour  plaire à ses maîtres et colonisateurs .

Comme le disait si bien Jean Le Rond D’Alembert  dans sa lettre  du 13 mai 1773 à Voltaire : « … je suis navré que vous soyez dupe à ce point ,et que vous le soyez d’un homme si vil.. »