Brahim Merad : L’Etat entend, s’intéresser de plus près aux « Zones d’ombre »

0
73
Brahim Merad : L’Etat entend, s’intéresser de plus près aux « Zones d’ombre »

La prise en charge de zones isolées de certaines régions d’Algérie, confrontées à des retards aigus en matière de développement, a été, ce dimanche, au centre de l’émission L’Invité de la rédaction de la chaine 3 de la Radio Algérienne.

Installé au mois de février dernier pour cerner les problèmes auxquels sont confrontés les habitants de ces parties enclavées du territoire, « laissées pour compte et marginalisées », le conseiller auprès du Président de la République, chargé des Zones d’ombre, rappelle que parmi les priorités fixées figure en bonne place, l’idée d’y rétablir un équilibre, en y entamant une lutte « contre les disparités ».

De ces « zones d’ombre », au nombre 15 044, « isolées des centres de vie et démunies de toute infrastructure et commodités, comme l’eau, l’électricité, des centres de santé et des écoles », M. Brahim Merad signale qu’elles regroupent, dans leur ensemble, quelque 8 millions d’habitants, dont les « manques », dit-il, doivent être rattrapés le plus vite possible.

L’intervenant signale que des tentatives destinées à sortir ces zones des difficiles situations auxquelles elles ont été toujours confrontées, n’ont pas porté leurs fruits, parce que les programmes qui leur étaient destinés à l’origine, avaient été détournés vers d’autres régions toutes autant déshéritées des hauts plateaux, de l’extrême Sud ou bien situées à proximité de massifs forestiers dans le Nord de l’Algérie.

En s’intéressant à ces zones déshéritées et aux multiples difficultés qui sont les leurs depuis des décennies, l’idée, précise M. Mérad, tend à y fixer les populations qui y sont installées et qui, à la longue, ont fini par accepter leurs dures conditions d’existence.

Le programme projeté à l’intention de ces dernières vise, entre autres, à aménager des voies routières, à y installer le gaz et l’électricité, des centres de santé, mais également, à créer à l’intention des enfants, des centres de scolarité dotés de cantines.

Le problème, relève ce dernier, reste le financement des actions à entreprendre au bénéfice de ces zones, l’ensemble des programmes de développement inscrits dans la loi de Finances complémentaire de 2020 ayant déjà été pourvus.

Donc, faute d’une dotation spécifique, l’Invité déclare attendre des walis où ces zones ont été localisées, qu’ils soient « assez ingénieux » pour couvrir « les premiers besoins », en dégageant les moyens financiers indispensables pour y inaugurer les premiers chantiers.

Pour cela, l’invité fait part de la possibilité de tirer profit des financements pouvant être prélevés sur les programmes de restructuration communaux de développement et de la Caisse de garantie et de solidarité des collectivités locales, des opérations, précise-t-il, qui dans une première phase ont déjà permis de financer 12 831 projets au profit de ces zones d’ombre.