Le concept de la guerre de 4e génération ne concerne pas seulement l’Algérie

0
212
Le concept de la guerre de 4e génération ne concerne pas seulement l'Algérie

Le Directeur général (DG) de l’Institut national des études de stratégie globale (INESG), Abdelaziz Medjahed a affirmé lundi à Alger que le concept de la 4e génération ne concernait pas seulement l’Algérie, mais s’inscrivait dans le cadre des orientations stratégiques de l’impérialisme mondial.

En réaction à la conférence placée sous le thème “La guerre de 4e génération cible l’Algérie de manière directe”, animée par l’expert militaire américain, Max G. Manwaring, M. Medjahed a précisé que “la théorie de l’impérialisme mondial vise, depuis 3 ou 4 décennies déjà, la formation de sociétés sans Etats afin de pouvoir les dominer facilement, c’est d’ailleurs le cas de l’Irak, la Syrie, le Yémen et le Soudan”. Commentant les propos de l’expert américain lors de cette conférence organisée en Israël en 2018, et relayée récemment par les médias, le DG de l’INSEG a expliqué, dans une déclaration à l’APS, qu”‘ils (colonisateurs occidentaux) recouraient traditionnellement à l’envoi des troupes militaires, cependant ils emploient aujourd’hui le terrorisme, l’invasion intellectuelle et l’immixtion au sein même des communautés moyennant ses membres, l’exemple de l’Europe occidental et même d’autres pays est là”.

Et de relever que “l’impérialisme a exploité plusieurs moyens pour secouer l’Algérie, dont les nouveaux médias (notamment satellitaires), ou encore en se servant du Parlement européen au cœur duquel le sionisme a commencé à s’immiscer depuis 2012, en érigeant en son sein un Parlement dominé par quelque 120 députés outillés par des sionistes, pour ne citer que Bernard-Henri Lévy et Raphaël Glucksmann”.Aux yeux du Général-major à la retraite, “l’impérialisme occidental, c’est-à-dire le nouveau visage de la colonisation classique, vise également l’Algérie, et la normalisation des relations avec l’entité sioniste n’est qu’une phase de ses stratégies”.

Quant à la manière de faire face aux incidences de la guerre de 4e génération, M. Medjahed réplique “chaque pays devra unifier ses rangs pour y faire face et affronter à la fois les convoitises et les convoiteurs (…)”, estimant, à ce propos, que “cette démarche ne saura se réaliser sans une pleine conscience nationaliste et humanitaire et un engagement sans faille à défendre les principes, les intérêts et les visions patriotiques”.