Pétrole: le Brut de l’OPEP au plus haut niveau depuis prés de 11 mois

0
168
Pétrole: le Brut de l'OPEP au plus haut niveau depuis prés de 11 mois

Le panier de l’OPEP, constitué de prix de référence de 13 pétroles bruts, dont le Sahara Blend algérien a atteint en cette seconde semaine de 2021, son plus haut niveau depuis prés de 11 mois, se rapprochant des 55 dollars le baril.

Selon les données de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) publiées mardi, “le panier de référence de l’OPEP de treize (13) bruts s’est élevé à 54,76 dollars le baril lundi, contre 54,39 dollars vendredi”.

Il avait baissé en début de la crise de la Covid-19 en mars dernier de 21,61 dollars, ou 38,9%, pour s’établir à 33,92 dollars le baril, ce qui représentait la plus forte baisse mensuelle depuis octobre 2008 et la valeur mensuelle la plus faible depuis septembre 2003.

La hausse des prix de brut de l’OPEP intervient dans un contexte de la tendance haussière que connaissent les cours de l’or noire. Lundi, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mars a cédé 0,59% ou 33 cents à Londres, à 55,66 dollars. Ce mardi matin, il a frôlé les 56 dollars en gagnant 25 cents ou 0,5 %, à 55,88 dollars.

La progression des cours de l’or noir reste soutenue par les engagements de l’OPEP+ à stabiliser le marché pétrolier en optant pour le maintient du niveau de la production actuelle pour les mois de février et mars.

Ces pays ont décidé en début de mois courant de reconduire la décision prise en décembre dernier en limitant leur hausse de production à 500.000 barils jours depuis le début de l’année en cours.

A cela s’ajoute l’annonce d’une importante baisse volontaire par l’Arabie Saoudite, grand producteur mondial et membre important de l’OPEP, de sa production pétrolière.

Le redressement des prix de brut a été entamé en novembre et en décembre avec l’espoir d’une reprise de la consommation mondiale, fortement plombée en 2020 par la pandémie Covid-19 et la réduction des transports internationaux.

Cet espoir se base par l’entame de compagnes de vaccination dans plusieurs pays du monde et en cas d’efficacité, les restrictions de déplacement seront probablement levées.

Cependant, les inquiétudes sur la demande mondiale pèsent toujours sur le marché pétrolier, avec notamment le nombre d’infections au coronavirus qui reste important.

Dans un récent entretien à l’APS, l’expert pétrolier international, Mourad Preure a cité plusieurs incertitudes qui pèsent sur une reprise durable des prix de pétrole, d’autant que l’évolution des fondamentaux pétroliers eux-mêmes sont déterminés par l’évolution de l’économie mondiale. Ainsi, une reprise durable de la demande dépendra d’un retour de la croissance et celle-ci dépendra pour sa part de l’efficacité du vaccin anti Covid-19.

A cela s’ajoute les incertitudes sur l’offre, lesquelles portent notamment sur le fait qu’une remontée des prix va faire revenir les pétroles de schiste américains sur le marché.

Elles concernent aussi la montée de la production libyenne à 1,4 Mbj au premier semestre et le retour très probable de la production iranienne au second semestre d’au moins 1 Mbj iranien au second semestre, du fait de la levée de l’embargo par la nouvelle administration américaine.

PARTAGER