Crimes coloniaux français en Algérie : ni repentance ni excuses” selon l’Elysée

0
100
Crimes coloniaux français en Algérie : ni repentance ni excuses" selon l’Elysée

Comme attendu, la France n’a nullement l’intention de se réconcilier avec son histoire de colonisateur barbare. Ce mercredi le Palais de l’Elysée a annoncé qu’il y aura “ni repentance ni excuses”.
Cette annonce a été faite à la suite de la remise d’un rapport, sur la colonisation et la guerre d’Algérie par l’historien Benjamin Stora à Emmanuel Macron

À quelques heures d’un entretien prévu ce mercredi à 17 h avec Benjamin Stora,l’Élysée a déjà indiqué que des “actes symboliques” sont envisagés mais il n’y aura “ni repentance ni excuses”.

Benjamin Stora, et absence de sincérité et crédibilité

Dès sa désignation par le président français Emmanuel Macron, Benjamin Stora n’inspirait nullement confiance au sein d’une grande majorité des algériens, dans la mesure où l’historien français demeure obstiné depuis des années à défendre l’option de la reconnaissance des crimes coloniaux français en Algérie, au lien de l’option des excuses des crimes, la repentance et l’indemnisation des victimes dont celles des essais nucléaires, comme c’est le cas de ce qui est appelé l’Holocauste ou le shoah pour les juifs, dont Benjamin Stora défend bec et ongle « l’authenticité »

Pire encore, Benjamin Stora prête au jeu d’égaler la victime au bourreau, si comme les algériens avaient inviter la France à la coloniser en 1830 pour lui exporter la civilisation comme c’est le cas de la loi de Février 2005 de glorification de la colonisation.
Ce même Stora nous livre des chiffres erronés sur 400000 victimes algériennes de 1954-1962, au lieu d’un million et demi de martyrs, ce qui dénote la mauvaise foi et les préjugés de l’historien français qui ne peut en aucun cas sortir du bourbier imposé par les nostalgisues du « Paradis Perdu »

 

Télécharger Ici: Rapport-stora

 

PARTAGER