Maroc : vers l’inspiration du “modèle sioniste” pour autoriser le cannabis

0
173
Maroc : vers l’inspiration du "modèle sioniste" pour autoriser le cannabis

De nombreuses voix s’élèvent au Maroc pour que le royaume chérifien s’inspire du modèle de l’entité sioniste, pour autoriser la consommation du cannabis sous couvert des fins thérapeutiques.

Après des décennies que la culture de la feuille de cannabis dessine le paysage du nord du Maroc, le débat se fait plus en plus entendre au Maroc où cette culture reste illégale, mais elle fait réellement vivre des familles entières et se transmet entre générations.

Le journal Al Ahdath Al Maghribia assure même qu’il s’agit de la seule culture réellement adaptée au sol de ces régions chez l’un des premiers producteurs mondiaux en la matière. Les cultures de cannabis s’étendent sur 50 000 hectares et le Maroc bénéficie d’”un savoir-faire ancestral”.

En matière de cannabis, le magazine marocain indépendant “TelQuel” suggère au gouvernement de “s’inspirer du modèle israélien”  à ce propos. L’entité sioniste, pour rappel, a en effet autorisé le cannabis à des “fins” thérapeutiques depuis 2006.

L’hebdomadaire évalue les gains à 100 milliards de dirhams (soit près de 10 milliards d’euros). Depuis quelques années, l’idée fait son chemin au Maroc, mais le pays n’a jamais sauté le pas. “Des tâtonnements encore insuffisants, alors que le marché mondial est en pleine expansion”, souligne TelQuel.

Chez  l’entité sioniste, l’exploitation du cannabis rapporte 1 milliard de shekels (plus de 2,5 millions d’euros), 60 000 Israéliens bénéficient de traitements à base de cannabis et quelque 150 entreprises opèrent dans le domaine. Une manne à laquelle aspire une partie des Marocains. Entre 90 000 et 140 000 familles vivent déjà sur l’activité autour du kif, selon l’organisation Prohibition Partners citée par TelQuel.

Le représentant du Front Polisario aux Nations unies, Sidi Mohamed Amar, a affirmé, depuis quelques mois, que l’implication de l’armée marocaine dans le trafic de drogue et dans la traite humaine constituaient “une menace directe” pour la paix et la sécurité régionales et internationales, exhortant le Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations Unies à exercer une pression sur le Maroc afin de cesser ces pratiques qui attentent à la sécurité de ses voisins et de la région toute entière.

Cette déclaration est intervenue suite, à l’opération menée récemment par les unités de l’Armée de libération populaire sahraouie (ALPS) dans le cadre de la lutte contre le trafic de drogues et le crime organisé, qui s’était soldée par la saisie d’une quantité importante de drogues marocaines et d’armes.

Le représentant du Front Polisario a affirmé que “l’implication de l’armée marocaine dans le trafic de drogues et la traite d’êtres humains “constituaient” une menace directe à la paix et la sécurité régionale et internationale”.

“Le trafic de drogue est devenu, au cours de la dernière décennie, une principale source de financement pour les groupes terroristes et les bandes du crime organisé activant dans la région du Sahel et au Sahara”, a-t-il ajouté.

Sidi Mohamed Amar a rappelé, dans ce sens, que le Maroc occupait la première place sur la liste des pays producteurs et exportateurs du cannabis dans le monde, citant plusieurs rapports internationaux.

Mohamed Amar a fustigé “l’ouverture par le Maroc de plusieurs points de passage au niveau de la région d’El Guergarat, au sud du Sahara Occidental, pour faciliter le transit de marchandises prohibées y compris la drogue”, notant que des centaines de camions et de véhicules traversent quotidiennement cette zone tampon vers les frontières mauritaniennes et au delà, ce qui constitue une violation directe de l’accord de cessez-le-feu et de la convention militaire N°1.

Il a affirmé, à ce propos, que ‘la RASD, partant de ses engagements en tant qu’Etat membre de l’Union africaine (UA), œuvrait au renforcement des opérations de lutte contre le trafic de drogues, à travers l’ensemble des territoires sahraouis libérés, et à la consolidation de la coopération avec les pays voisins.

“Nous exhortons le Conseil de sécurité à faire pression sur le Maroc pour l’amener à assumer ses responsabilités régionale et internationale, et à cesser ces actes déstabilisants et menaçants pour la sécurité et la stabilité des pays voisins et de la région toute entière”, a écrit Sidi Mohamed Amar dans son message.