Mohamed Laagab répond à ses détracteurs

0
82
Mohamed Laagab répond à ses détracteurs

Dans une lettre publiée par plusieurs médias nationaux, l’ancien directeur de communication du candidat Tebboune et ancien chargé de mission à la présidence Mohamed Laagab sort de son silence pour fustiger ses détracteurs qui mènent une campagne d’hostilité à son égard.

« Quand il s’agit de mon honneur et de mon nationalisme, je me défendrai jusqu’au bout » lit-t-on dans sa lettre portant l’intitulé » ’Réponse et précisions quant à la sale campagne qui me vise’’

Mohamed Laagab ajoutera en outre  « je suis sorti aujourd’hui de mon silence par loyauté et engagement de ma part pour le programme de réformes multiples initié par le président de la république que je soutiens et que je soutiendrai en tout temps contre cette campagne qui me vise personnellement et qui vise, par-delà ma personne, le président de la république ».

Il fera préciser encore qu’une vile campagne est menée contre lui depuis quelque temps à travers les réseaux sociaux pour toucher à son honneur et à son nationalisme en publiant de fausses informations trompeuses, campagne par laquelle : « une association inconnue et sans accréditation qui voulait me bannir en m’accusant d’avoir dévié de la ligne nationaliste », affirme Laagab.

Dans ce cadre, il estimera que, malheureusement, le communiqué de cette association a trouvé des titres de la presse électroniques qui l’ont publié sans aucun professionnalisme. « Au début je me suis élevé au-dessus de cette vilenie et je n’ai pas voulu répondre mais quand cela est arrivé à faire douter de mon nationalisme, je me battrai jusqu’au bout », continue-t-il dans sa lettre.

Laagab déclara aussi que : « si les auteurs de cette campagne s’attendent à ce que je dise du mal de l’Etat algérien ou de ses institutions, ils pourront attendre longtemps, que ce soit contre l’Etat, ses symboles avec à leur tête le président de la république, alors là, ils se trompent de bout en bout.

Il termina sa lettre en assurant qu’il se réserve le droit de défendre son honneur et celui de sa famille en dénonçant tous ceux qui ont mené cette vile campagne dès que le président de la république rentrera au pays, guéri et : « je ferai porter à ces gens-là la responsabilité de tout ce qui pourrait m’arriver à moi-même ou à ma famille », a-t-il conclu.

PARTAGER