Le label « Kabyle AOC » : Une Appellation d’Origine Contrôlée

0
169
Le label « Kabyle AOC » : Une Appellation d’Origine Contrôlée

Par Boualem Snaoui

Initialement, je ne savais pas si j’allais intituler cette contribution : « Comment le peuple Kabyle fut inventé », avec le risque de plagiat du titre du livre de Shlomo Sand (Ed. Fayard-2008); et puis j’ai finalement opté pour  la voie du commerce des épiciers issus de l’élevage idéologique intensif, qu’on peut catégoriser en AOC Appellation d’Origine Contrôlée.

Comme tout le monde le sait, il s’agit d’un label permettant d’identifier un produit dont les étapes de fabrication (production et transformation) sont réalisées dans une même zone géographique et selon le savoir-faire de   Nicolas Bibesco qui a conclu: « Est-ce trop présumer de la cause kabyle que d’y voir une cause féconde et juste ? A ceux sans doute qui ont la haute expérience et le maniement pratique des affaires de tracer, dans ce projet de kabyliser l’Algérie, les limites du possible.

Pour notre part, nous croyons fermement qu’il n’y a pas là seulement une idée spéculative ; il y a une vérité applicable qui mérite de faire son chemin,  et qui le fera. » Comme dirait Elie Kakou, après j’t’explique.

Assis au coin de la table, en train de siroter ma « gnôle », mot non valide au jeu de scrabble, qu’un ami breton (lui qui est Français)  m’avait offert avant le confinement sanitaire et politique,   pour faire passer « le conte » qui n’est pas bon de Benjamin Stora, je m’apprêtais à feuilleter, pour la deuxième fois,  le nouvel « album photos » de flagellation du peuple algérien d’un  des « guides démocratiques » du « Coran islamique ». On aurait pu faire d’une pierre deux coups, sur ces deux bras (islamiste et berbériste) de « la régression féconde » des « savons » algériens qui veulent abattre l’Algérie et son peuple et, par la même occasion, battre des records de tragédies ; mais ce serait trop long pour le lecteur qui risque de se perdre dans le labyrinthe de ces spéléologues politiques des « Corans islamiste et berbériste ». C’est ainsi que j’ai fait le choix de reporter la dissertation sur l’album photos (dont j’ai gardé une copie) sur cet autre expert démocrate,  avant que « l’h auteur » ne fasse les corrections après publication dans sa maison d’édition en carton.

Pas le temps de finir ma douceur en cette soirée du 27 janvier 2021, qu’un ami m’alerte à 22h58, du saut par le  petit écran médiatique de France 5 (émission C ce soir, le débat), de celui qui a bondi par la fenêtre, alors qu’on l’attendait par la porte, pour la grande fête de la réconciliation entre les peuples d’Algérie et de France.

On ne peut plus le retenir, Benjamin Stora, cet expert de l’histoire de la guerre d’Algérie, lui qui s’est s’est engouffré dans l’expertise des « sauts» par les fenêtres surtout médiatiques, par ces temps de pandémie, pour, nous dit-il : « apaiser le passé pour restaurer l’unité nationale ».

Je ne crois pas qu’il œuvre pour l’unité nationale en Algérie, bien au contraire, puisqu’il a sorti l’Appellation d’Origine Contrôlé (AOC) de Nicolas Bibesco sur « le Kabyle » et le régionalisme nourri et entretenu par les colons.

Du coup, tu as l’impression que cet expert de l’histoire passée de la guerre d’Algérie veut écrire à l’avance une nouvelle page de la prochaine guerre d’Algérie de troisième et de quatrième génération. Fait-il de la politique « identitaire » ou de l’Histoire ?

J’avais déjà relevé le jeu « trouble » auquel se livre notre historien,  notamment en écrivant en page 3 de son rapport : « Au moment où la rédaction de ce rapport touchait à sa fin, des attentats meurtriers ont frappé la France, la décapitation du Professeur d’histoire Samuel Paty, et l’assassinat à Nice de trois fidèles dans une Eglise, victimes du terrorisme islamiste… ».

Quel est le lien entre la mémoire, l’histoire de la guerre d’Algérie et la décapitation barbare de Samuel Paty ?  S’il y a,  dans ce rapport, un chapeau trop gros à faire porter au peuple algérien, qui m’a marqué et  me marquera ad vitam æternam, c’est bien cette « reptation politique » dans un rapport qui se veut être l’histoire de la guerre d’Algérie.

Comme dirait Elie Kakou, après j’t’explique.

Durant cette séance de sauts par la fenêtre médiatique sur France 5 (émission C ce soir, le débat), on fera appel à « la distribution de bananes » dans les rues de la ville de Tizi Ouzou (tiens, par hasard !), pour pratiquer le théorème de l’inversion des rôles et des valeurs à volonté.

C’est ainsi qu’on nous « dés »informera que Abane Ramdane, l’un des architectes de la Révolution algérienne (la vraie, pas celle du fruit exotique appartenant à la guerre de 4ème génération),  n’est pas brandi par les manifestants qui scandaient « ouled frança- arew n’frança- descendants des colons » pour demander des comptes à la « France coloniale » mais pour critiquer le pouvoir en place.

Tu comprends bien le théorème de « l’inversion des valeurs et des rôles ou pas? : « Les Algériens appelleraient donc au retour du colon ». Et naturellement, il ne sera jamais question du le fait que Abane Ramdane avait ordonné la liquidation des berbéristes .

Bien joué, surtout que l’informateur sur le plateau nous apprend que c’est ce qu’il a vu sur les réseaux sociaux. Un peu comme les délibérations du Parlement Européen, votées sur la base des manifestations observées dans les réseaux sociaux par tous les députés de l’arc en ciel politique (de la gauche, en passant par la droite, les verts et jusqu’à l’extrême droite).

Comme dirait Elie Kakou, après j’t’explique.

Comme si l’assignation à résidence ethnique du tribalisme « berbère »,  dont il nous a flagellés dans son rapport sur la « réconciliation des mémoires » remis au commandeur Macron le 20 janvier 2021, ne suffisait pas, il vient enfoncer le clou avec le  « sujet kabyle AOC » de Nicolas Bibesco, alors que nous,  nous croyons être des citoyens.

Du coup, tu comprends que le mec qui bondit par les fenêtres, pour venir te renvoyer à l’employeur, vient de nous  badigeonner d’une lecture ethnique et tribaliste « Kabyle AOC» qui nous exclut de notre citoyenneté.

C’est drôle de voir celui qui prétend vouloir construire la « réconciliation » des mémoires d’ici et là bas, battre le briquet du  tribalisme et du régionalisme en Algérie.

On est renvoyés donc au « mythe berbère », décliné principalement en « mythe kabyle » sur les bases coloniales « racialistes » que les militaires coloniaux (dawla askaria-régime militaire), premiers Français à flirter avec les « indigènes », ont inventé dans leurs laboratoires de guerre pour étouffer toute forme de résistance à la domination des populations.

Yassine Temlali, dans « La genèse de la Kabylie. Aux origines de l’affirmation berbère en Algérie (1830-1962) » 2015- Editions Barzakh (Alger), dans le chapitre « La politique berbère (kabyle) de la France en Algérie : mythes et réalités », dans l’Orient XXI, évoque les écrits du colonel Daumas et du capitaine Fabre (1847) sur la « race kabyle », du capitaine Ernest Carette (1848) ; d’Henri Aucapitaine, plus connu sous le nom du « baron Aucapitaine » (1857) ; du général Édmond Pélissier de Reynaud qui professait la fusion entre Européens et « Barbares kabyles », et de l’amiral Louis-Henri de Gueydon pour qui l’avenir était dans « l’assimilation du peuple kabyle» et qui, auprès de ses supérieurs, a défendu avec conviction le projet d’une entité administrative purement kabyle dans laquelle serait appliquée la justice française.

Il n’est pas compliqué, du coup, de se connecter directement aux questions sur les « Kabyles AOC »  ((ici 1) et (là 2))  déposées à l’Assemblée Nationale au gouvernement français, en  défense de cette mouvance extrémiste, par Valérie Boyer, députée LR et peut être nostalgique de l’Algérie française.

Valérie Boyer, c’est celle qui s’est opposée avec fracas au droit du sol, qui a fait beaucoup parler d’elle avec son tweet emprunté à JM Le Pen : « Le droit du sol est l’absurdité qui consiste à dire qu’un cheval est une vache parce qu’il est né dans une étable ». Voilà le retour à l’employeur colonial, où les affaires algériennes étaient traitées en métropole.

Comme dirait Elie Kakou, après j’t’explique.

Dans ce « Conte » qui n’est pas toujours pas bon, il n’est pas possible d’échapper au piège du moine  Ferhat Mendel Mhenni (FM2), roi de la tribu des « kabyles AOC », qui sélectionne « les petits pois kabyles lisses » et « les petits pois kabyles ridés ». Il célèbre même son adversaire d’hier à la barre, Matoub Lounès,  notamment grâce à la bénédiction de la municipalité de Saint-Etienne, pour nous faire oublier le procès en diffamation, et l’ordonnance du 11 septembre 1997 de  la 11 ème chambre du tribunal de Paris. Alors Matoub a-t-il organisé son rapt ou pas ?

Cet expert des spectacles (musicaux, politiques, judiciaires, mais aussi des réseaux sociaux) qui fabrique des « fosses » cartes d’identité, comme je l’avais indiqué dans le « Coran berbériste », s’est octroyé les droits de l’AOC sur « le sujet kabyle ». Le commerce de ce label « kabyle » du régime militaire colonial  rapporte gros, puisque même Idir Djouder, l’ancien détenteur des « bourses » du moine généticien Mendel, parle de 250 000 €/mois qui tomberaient du ciel monarchique de l’Ouest.

A ce prix, tu peux même faire le « pangolin » dans cette épidémie identitaire du régime militaire de la France coloniale, reprise par l’historien B. Stora dans l’émission (C ce soir, le débat) de France 5 du 27 janvier 2021.

Après la formule d’Hegel « l’Homme africain est insuffisamment entré dans l’Histoire » reprise par N. Sarkozy le 26 juillet 2007, à l’université de Dakar, voilà que le moine généticien Mendel s’est permis de traiter « les pays africains de déchets » (vidéo à la 2’34’’) à Quimperlé le 8 novembre 2015. Imbibé par « la matraque coloniale- Le Code de l’Indigénat en Algérie » de Samira Benhaddou (qui a consacré de nombreuses années de recherches dans les archives nationales, contrairement à Rachida El-Azzouzi du site  Mediapart qui se consacre au directeur des Archives en Algérie) – Ed. Albouraq-2020, Mendel n’hésite pas à  menacer publiquement en France les Kabyles qui ne veulent pas de son « label AOC de camelotes ».

Il a été reçu mardi 19 janvier 2021 à 17h, au salon Victor Hugo du Sénat pendant 1heure, par Richard Yung, sénateur des Français de l’étranger. Tout un symbole, n’est ce pas ? Et puis, à regarder de près, notre sénateur, qu’il ne faut pas confondre avec l’autre sénateur romain, Salluste, qui disait de nous « …rudes, grossiers, nourris de la chair des fauves, mangeant de l’herbe comme des bêtes…», aurait pu repérer ce commerçant clandestin du « Kabyle AOC », puisqu’il est expert de la « contre façon » (le Sénat avait adopté sa proposition de loi sur la « contrefaçon » en 2014) et a été même directeur de l’administration générale de l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI) à Genève.

Si l’on en croit le compte rendu du mouvement de notre moine Mendel, Richard Yung, le sénateur des Français de l’étranger et des « Kabyles AOC », a promis d’en parler autour de lui. On dirait qu’il a une  voix qui porte.

Il faut dire que le sénateur R. Yung est entre autre membre de la commission de la défense (ou de l’attaque ?) et des forces armées françaises qui avaient publié sur Twitter une photo « pour garder le cap ».

En effet, sur la photo, on voit un soldat en train de clouer des panneaux directionnels, portant le nom de villes et de pays, dont l’un mentionne « DZ »-Algérie- et Tizi-Ouzou-Bylka (Kabyle en verlan), sur lequel ont été inséré le drapeau algérien et le drapeau de Jacques Bénet, appelé communément « la Fourcheta » par les Algériens.

Du côté de nombreux promoteurs israéliens, on trouve notamment Jacques Kupfer, ex-Président du Likoud Mondial,  auteur de   « La place de la République remplie de « Nuit Debout » est la parfaite illustration de cette inculture et d’un antisémitisme socialiste avéré par l’abyssale imbécilité des propos tenus », qui avait organisé la visite « officielle » de notre moine généticien en Israël et  qui a dévoilé son  « rêve d’un état Kabyle face aux Arabes ».  Salah Guemriche, dans sa lettre ouverte à notre moine  Mendel, exprime publiquement ce que beaucoup d’observateurs attentifs de ce mouvement « Kabyle AOC » déduisaient implicitement : «…. il y aura une base militaire israélienne en Kabylie, si jamais cette région arrivait à obtenir son détachement de l’Algérie…».

Du coup, tu te poses la question de l’attribution du portefeuille d’ambassadeur, délégué interministériel à la Méditerranée, à Karim Amellal, celui qui serait donc proche de l’extrême droite du MAK,  détentrice du sujet « Kabyle AOC », et qui lui aussi a été consulté par Benjamin Stora pour l’élaboration de son rapport.

Il n’est pas inutile de rappeler ici les propos de Bernard Emié, ancien ambassadeur de France en Algérie, aujourd’hui à la tête de la DGSE (Direction Générale de la Sécurité Extérieure), accusé de discrimination en 2016, sur les visas octroyés principalement aux « Kabyles AOC ».

Comme dirait Elie Kakou, après j’t’explique

Comme la langue s’écrit avec Tarwiht (l’âme en kabyle), selon notre Hugo Daoud à nous,  alors Kamel, celui qui loge dans un média génétiquement identifié, s’est mis à la recherche des « petits pois kabyles lisses de type AOC ». Il ne rencontre pas d’êtres humains, non, non ; il rencontre des « Kabyles AOC » à Philadelphie, à Times Square et il nous  a même trouvé un shérif « Kabyle-AOC » en Californie. Son collègue de chaîne, Mohand Kacioui, a trouvé lui aussi  en 2016 un premier maire « Kabyle AOC » en France. En revanche  Azzedine Taïbi, maire de la ville de Stains depuis 2014, n’est pas un « maire Kabyle AOC ». Tu vois ou pas le truc de l’information? On veut même te faire croire que 2014 vient après 2016, au moyen du théorème de l’inversion des valeurs et des dates, ce qui a facilité la compréhension de notre avance (souterraine) sur l’humanité ,on est en 2971. Azzedine Taïbi, ce maire citoyen, engagé contre le racisme et les discriminations, défendant les établissements scolaires de sa ville, des chômeurs, des sans logis; des sans culottes, est victime d’injures racistes (on doit tous vous assassiner et vous déloger, vous jeter à la mer et retour en Afrique (…), on doit vous trancher la gorge au katana (sabre japonais),bougnoules, profiteurs, sale race, parasite, terroriste, « retourne au bled, de menaces de mort (regarde bien sur les côtés, en haut et en bas, car on va venir te crever quand tu ne t’y attendras pas, espèce d’enculé de ta race). Il est même poursuivi par l’Etat, patrie des « Droits de l’Homme », comme un délinquant,  pour son soutien indéfectible affiché en faveur justement du « Droit et de la Justice » aux côtés du peuple palestinien. Par conséquent, on peut en déduire qu’Azzedine Taïbi  n’est pas une « Tuil », comme la Karine qui siégeait à côté de B. Stora à l’émission C ce soir, le débat, puisqu’il a eu le courage de rendre hommage au grand militant Fernand en inaugurant un square dans sa ville portant son nom en 2015.

Comme dirait Elie Kakou, après j’t’explique

Il y a aussi Slimane Zeghidour, ce Kabyle d’Elie Barnavi (ambassadeur d’Israël en France de 2000 à 2002), « son ami de plus de trente ans », qui loge à TV5 monde, et qui  est aussi de la partie; il est sorti, la route l’attend (Editions des Arènes, 2017), comme je le disais précédemment, et comme il l’écrit :« Géographie équivoque s’il en est, puisque, aujourd’hui encore, je ne peux m’empêcher d’éprouver un moment d’hésitation chaque fois que je dois remplir la case “pays de naissance” d’un formulaire. Si j’indique “Algérie”, c’est vrai mais inexact ; si j’opte pour “France”, c’est exact mais caduc ; et si je mentionne “Algérie française”, c’est plus précis mais un peu ringard… ». Il n’est pas beau son poème ?

Comme dirait Elie Kakou, après j’t’explique.

A voir les titres et les décorations de François-Aïssa Touzi, ce « Kabyle AOC » de l’Echo Républicain, tu peux en déduire que ce mec peut faire voler même les poissons. Avec ce titulaire de la Légion d’honneur, qui est régulièrement consulté par l’Élysée et Bercy, il y a l’interdit à dire et il y a le « terdit » à dire. Ce qui est « terdit » : « Co-fondateur du think tank CAPmena et du MENA Economic Forum, conseiller du fonds d’investissement Ardian (ex-AXA Private Equity -société d’investissement privé mondiale avec 110 milliards de dollars d’actifs) et ancien conseiller Afrique du Nord – Moyen-Orient au Ministère des Affaires étrangères, vice-président du conseil France-Pays du Golfe du Medef international et spécialiste des pétromonarchies ». Ce qui est interdit de dire,  c’est son appartenance au cœur de la filière « France-Algérie » ; Marc ENDEWELD parle d’un « parrain Kabyle à la manœuvre » dans son livre « Le Grand manipulateur » Ed. Stock-2019,

https://books.google.fr/books/about/Le_grand_manipulateur.html?id=GeyUDwAAQBAJ&printsec=frontcover&source=kp_read_button&redir_esc=y#v=onepage&q&f=false

et cite entre autres nommément son ami Issad Rebrab, l’une des plus grande fortune d’Afrique, qui aurait bénéficié selon le regretté Belaid Abdeslam (ancien premier Ministre) de privilèges « grâce au zèle interventionniste dans les ministères tenus par « Saïd Samedi ». Tiens, « Said Samedi », après que j’eus rendu publique sa « génétique familiale (non Kabyle) » originaire de Biskra, le 16 septembre 2019,  cette mention s’est volatilisée comme par miracle de sa biographie, sur sa page Wikipedia,  le 17  septembre 2019 à 3h20 du matin. C’est pour dire l’importance du label « Kabyle AOC » dans la construction politique du berbérisme.

Même dans la galaxie de la diplomatie du « Quai d’Orsay », on te fait tourner le film du label « Kabyle AOC ». sinon comment  peux-tu comprendre l’attelage d’un moteur à hydrogène pour la carrière fulgurante de François-Aïssa Touzi, le « Kabyle AOC » de l’Echo Républicain, et  “le stéréotype de classe ‘Pas d’arabe au Quai'” porté par Zaïr Kédadouche  ce Franco-algérien, ambassadeur de France à Andorre, dans sa lettre du 18 juin 2013 (adressée à Laurent Fabius, son ministre de tutelle, au Président F. Hollande, au Président du Sénat, au Président de l’Assemblée Nationale et à la Présidente de la commission des affaires étrangères de l’AN) ?  Il faut dire que cet ambassadeur de France qui pointe le « racisme » et déclare à la barre : «Il n’y a pas un jour où je n’ai pas souffert, où on ne m’a pas fait sentir le poids de mes origines. C’était une violence permanente, qui passait par les silences, une humiliation que je n’avais jamais ressentie ailleurs»,  n’était pas porteur du label « Kabyle AOC ».  Xavier Driencourt était dans le coup, et accèdera au poste d’ambassadeur de France à Alger entre 2008-2012 et 2017-2020 , avec un cortège inégalé de tensions entre les deux rives, des embuscades politiques, des croche-pieds, des distributions de « bananes » et des affaires d’espionnages. Du bon boulot quoi !  Avec les honneurs d’un canard connu pour être proche de  François-Aïssa Touzi.

Ah ! J’oubliais : Elie Kakou, qui n’est plus là pour t’expliquer que ce « coran berbériste »  t’a déjà identifié génétiquement comme un nazi, car il te fait porter le même code génétique qu’Hitler (http://www.slate.fr/story/26491/adn-hitler-juif-berbere-science). Et moi, qui suis un citoyen, je ne suis pas mécontent, bien au contraire, que le moine généticien Mendel m’ait excommunié  de son label « Kabyle AOC » le 1er novembre 2017, par la voix en burka, dans le canard des ténèbres (appelé « Le Matin DZ»).