Importation automobile: l’identité des concessionnaires retenus bientôt révélée

0
97
Importation automobile: l'identité des concessionnaires retenus bientôt révélée

 L’identité des concessionnaires ayant bénéficié d’une autorisation provisoire pour l’importation de véhicules neufs sera “bientôt” révélée à l’opinion publique, a indiqué le ministre de l’Industrie, Ferhat Ait Ali Braham.

Lors d’un entretien accordé à la revue “Indjazat”, le ministre a fait savoir que la liste des concessionnaires retenus dans le cadre de l’importation de véhicules neufs sera révélée “assez bientôt” à l’opinion publique, une liste qui inclura d’autres concessionnaires outres les sept ayant déjà reçu leurs autorisations provisoires.

Le ministre a expliqué également que les marques étrangères n’en étaient pas exclues “à condition qu’elles trouvent un algérien résidant comme concessionnaire et non pas associé”. Interrogé sur la polémique née récemment autour de la délivrance des agréments pour l’importation des véhicules neufs, le ministre a affirmé que les décisions du comité étaient “souveraines” et que les autorités supérieures étaient “mises au courant”.

S’agissant des conditions énoncées par le cahier des charges, M. Ait Ali Braham a nié tout aspect “contraignant” expliquant que ces exigences visaient à assurer un service de qualité.

“Nous avons décidé de limiter certaines dispositions à certains modèles seulement, notamment en ce qui concerne les quatre airbags qu’on a imposés pour les véhicules de haut de gamme seulement. Quant à la surface de 6.200 m², exigée pour les showrooms, pensez-vous que quelqu’un qui ne dispose pas de 800 m² pour la maintenance des véhicules, est un opérateur sérieux ?”, s’est-il interrogé.

Des discussions avec un constructeur asiatique et un autre européen

Selon lui, la concession exclusive à partir de la maison mère a été incluse dans le nouveau cahier des charges pour éviter que des concessionnaires revendeurs dans leur pays alimentent des revendeurs en Algérie. De plus, a-t-il dit, cette disposition permettra d’empêcher les concessionnaires nationaux de s’approvisionner sur des stocks “morts” des différents marchés du monde, “sans aucune garantie”.

A propos des projets industriels pour la construction automobile en Algérie, le ministre a indiqué que des discussions étaient en cours avec deux constructeurs automobiles, l’un asiatique et l’autre européen, qui ont affiché leur désir d’installer des usines de fabrication locale. “Nous avons même installé des groupes de travail qui étudient actuellement la consistance de ces projets (…) Au moment où je vous parle, les discussions avancent très bien avec nos partenaires”, a-t-il confié, ajoutant que le constructeur asiatique avait proposé également un projet de construction de bus électriques.

Par ailleurs, le premier responsable du secteur de l’Industrie a fait savoir que lors de son récent entretien avec l’Ambassadeur du Japon, ce dernier a fait part de la volonté des entreprises nipponnes d’investir en Algérie, “selon le nouveau canevas exigeant à l’investisseur de ramener son savoir-faire et son argent, sans qu’il soit obligé de le mettre à la merci d’un associé local”.

“Nous voulons lancer notre machine économique dans des créneaux où nous ne serons pas sujets à des soubresauts sécuritaires ou même sanitaires. (…) Si nous arrivons à un rythme d’attractivité qui ramènera 3 à 4 milliards de dollars par an d’investissements sérieux, le tissu industriel va remonter la pente”, a estimé le ministre.

Vers des textes de loi permettant d’investir dans les entreprises publiques

En outre, M. Ait Ali Braham a évoqué le financement de la relance industrielle du pays. Ainsi, en termes de ressources internes, “tous les capitaux dormants, sous forme d’épargne thésaurisée échappant à l’investissement public ou privé, vont être drainés avec des mesures incitatives à travers la Bourse ou les placements dans les entreprises notamment publiques”.

“Aussi, nous allons changer les textes de loi pour permettre à des investisseurs d’apporter leurs fonds, sans pour autant que cela soit une dette à échéance. Il faudrait également entreprendre une mise à niveau des investissements industriels existants, qui nécessitent des moyens de maintenance modeste”, a-t-il expliqué.  Concernant les entreprises publiques, le ministre a noté la nécessité de cesser “les nominations empiriques des dirigeants et des gestions encore plus empiriques”. Il a évoqué dans ce sens l’intérêt d’instaurer des contrats de performances établis sur un accord préalable autour de résultats à atteindre à court, moyen et long terme.

“Nous sommes en train de revoir, justement, le mode opératoire pour choisir des équipes dirigeantes devant correspondre à un profil donné afin d’opérer selon un contrat de performance. Une fois ces équipes identifiées, nous pourrons discuter avec les créanciers des voies et moyens de relancer les activités pour chaque groupe et chaque filiale”, a-t-il indiqué.