La gestion des établissements pénitentiaires en Algérie, conforme aux standards internationaux

0
101
Visant les comploteurs contre l'Algérie: une loi de retrait de nationalité en préparation

Le ministre de la Justice, Garde des sceaux, Belkacem Zeghmati a affirmé, jeudi, que la gestion des établissements pénitentiaires en Algérie était conforme aux standards internationaux, dénonçant “les voix malveillantes” qui remettent en cause la prise en charge en leur sein.

Présidant la cérémonie d’installation de M. Essaid Zerb dans les fonctions de nouveau directeur général de l’Administration pénitentiaire et de réinsertion, M. Zeghmati a déclaré: “En dépit des efforts considérables consentis par le personnel de l’administration pénitentiaire et le soutien de l’Etat pour l’humanisation des conditions carcérales, des voix malveillantes s’élèvent de temps à autre pour remettre en cause les conditions de prise en charge à l’intérieur des établissements pénitentiaires”.

Le ministre a souligné que d’autres parties “accusent les mêmes établissements pénitentiaires de faire office d’hôtels 5 étoiles, comme si elles veulent les contraindre à limiter la qualité des services prodigués”.

En réponse à ces sceptiques, le premier responsable du secteur a indiqué que les établissements pénitentiaires en Algérie “assurent tous un niveau de services conforme aux standards internationaux”, citant les rapports établis par plusieurs instances et institutions nationales et internationales, dont des Organisations non gouvernementales (ONG), après des constats sur le terrain qui se sont déroulés “en toute transparence”.

“Seuls les ingrats peuvent nier les exploits de nos établissements pénitentiaires en termes de prise en charge aux côtés de l’insertion sociale à travers l’action pénitentiaire, et dont certains sont devenus des ateliers ouverts pour l’éclosion de différents talents”.

Il a, également, évoqué la question du passage par de nombreux détenus des épreuves du baccalauréat et des examens universitaires, dont les résultats “prouvent, chaque année, que la réalité de nos établissements pénitentiaires est contraire à ce qu’ils prétendent”.

Et dans ce cadre, il a souligné que l’Algérie entend faire “de l’environnement clos dans la vie du détenu, une exception, et de l’action pénitentiaire et de l’éducation, tous paliers confondus, une règle”.

Par ailleurs, le ministre a précisé qu’il s’agissait de la première fois qu’un directeur général de l’administration pénitentiaire soit nommé parmi les cadres qui ont évalué dans ce corps, considérant ce pas comme “un message que le Président de la République veut adresser à ce corps, en lui exprimant toute sa confiance et son plein encouragement pour ses cadres et employés”.

Dans le même contexte, il a indiqué que le Président de la République a voulu, avec cette nomination, “donner un nouveau souffle au secteur pénitentiaire”, saluant la compétence et la discipline de cette catégorie dans la gestion des établissements pénitentiaires durant les différentes périodes, dont la dernière fut la pandémie du coronavirus.

A noter que, M. Essaid Zerb est un diplômé de l’Ecole nationale des personnels de l’administration pénitentiaire de Sidi Bel Abbes/promotion 1994. Il a occupé plusieurs postes, dont le dernier était directeur de l’établissement pénitentiaire d’El Harrach, où il “a fait preuve d’une grande compétence, outre ses hautes capacités de gestion malgré toutes les circonstances que traverse le pays”.

En 2016, M. Zarb a accédé au grade d’officier Commissaire divisionnaire, plus haut grade dans ce corps.