Abbas Aroua (le chauve), un coiffeur « halal » pour Didier Lemaire (aux cheveux longs)

0
219

Par Boualem Snaoui

Par ces temps de pandémie au Corona virus, où nos gouvernants s’attachent surtout à contrôler le citoyen plutôt qu’à contrôler le virus, il y a des chroniques fort intéressantes, qu’on ne peut pas arrêter, qui déferlent sur toutes les ondes médiatiques surtout de France, et qu’il est impossible de rater même si tu proclames, comme le dit l’humoriste Pascal Légitimus et « les inconnus » : « ceci ne nous regarde pas ». C’est Didier Lemaire, justement un inconnu, qui vient déchirer le peuple de France à travers sa recherche d’un coiffeur « halal » à Trappes (dans le département des Yvelines), pour tondre sa longue chevelure qui pendouille jusqu’en dessous de ses épaules.

Il me rappelle un ami, soucieux des convictions de chacun, avec qui je milite pour donner à becqueter aux « sans dents » de F. Hollande, qui un jour m’interrogeait sur les « œufs halal », croyant qu’il y avait des « poules » voilées pour les pondre.

Si D. Lemaire voulait vraiment se faire tondre sa longue chevelure, et chercher des poux sur la tête d’un chauve, il pouvait s’adresser directement à un scientifique en la matière, « Labès à Lausane », ce physicien Aroua, mais surtout professionnel de ce type de coiffure qui vient de publier un album avec sur la page de garde l’image d’un mannequin estampillé du « label » made in « Kamis politique ». Didier Lemaire aurait eu sa coupe « halal », et par la même occasion aurait rendu service aux deux peuples de France et d’Algérie, tout en nous évitant cette flagellation et ce terrorisme médiatiques du « coiffeur de Trappes ». Ce qui est intéressant ici pour nous, c’est que cette « polarisation » entre le « coiffeur Labès » et son client D. Lemaire, va permettre d’épargner la guerre des « chocs de civilisations » qu’ils mènent par peuples interposés. Nous ne serons plus les acteurs de leurs idéologies de coiffure, mais les spectateurs heureux de voir un cheveu long et un chauve se crêper le chignon.

Comme le promet « l’h auteur »- physicien «Labès  à Lausane », avec son titre de « polarisation coloniale », D. Lemaire va être « dépolarisé idéologiquement ». Sur les 210 pages de l’album de sa coiffure lapidaire, réalisé exclusivement pour le peuple algérien, il aura beaucoup de pages « vierges » (comme celles promises aux « décapiteurs »), pour faire des coloriages, dans le cas où il s’ennuierait durant la séance de « coiffure halal ». Il commencera à lire le « Polar idéologique et son sentier démocratique», à partir de la page 11 ; c’est-à-dire après avoir peint quelques têtes des « Gentilés-  Trappistes » dans la salle d’attente

Pour lui dresser ses longs cheveux, dès les premières pages,  « Labès à Lausane» le physicien lui proposera  une  coiffure polarisée  annoncée comme « un impératif pour édifier un Etat de droit », et il doit trouver le mot caché  « islamique ». Le coiffeur ne peut pas tout dire, sinon, il n y a plus de place pour fatwas-surprises.

Et puis, l’avantage avec le chauve « Labès  à Lausane », c’est que là où il passe, le cheveu ne pousse plus, pas comme l’herbe à l’ouest. Notre « Labès à Lausane », est un expert pour dépolariser, d’où le titre de son album ; il connait la technique : lancer des lames de coiffeur empoisonnées dans les sociétés de paix et proposer les ciseaux de son institut Suisse « antidote » Cordoue, pour dépolariser. C’est comme le vulcanisateur qui arrose les routes de clous, pour voir grossir sa clientèle d’automobilistes aux pneumatiques troués.   Nous voilà en plein théorème des inversions des valeurs et des rôles.

Son catalogue de commerce politique de marque déposée made in « Kamis » est amorcé d’un clin d’œil politique à l’autre camp de lapidation du peuple algérien, regroupé au sein du « Coran berbériste ». Comme si les centaines de milliers de morts Algériens de la décennie noire des années 1990 ne suffisaient pas, cette main tendue au deuxième pôle de ce circuit électrique Haute Tension-de lapidation du peuple algérien, sonne comme un appel à se faire « la belle Nedjma de Kateb Yacine ». Et comme pour affirmer son professionnalisme dans « la coiffure politique », il annonce dès le départ que « : Toute nouvelle initiative devrait (se) bâtir sur ce socle…. ». Tu n’as pas intérêt à dévier d’un cheveu démocratique, ce mec tient les ciseaux. D’ailleurs si tu as des doutes, tu n’as qu’à faire un petit tour sur le site de son mouvement « Rachad », dans « la rubrique qui sont eux », pour te rendre compte par toi-même que ces gens-là veulent « bien-te-guider ». Une espèce d’auto-école de la politique, avec un circuit calibré en code de la route islamique quoi !

Et puis, ils te donnent la bonne définition de l’intitulé de leur parti politique « Rachad », coloré en mouvement, en arabe mais écrit en français : « …la droiture (puisque toi tu marches en crabe), le bon sens (celui qui est « terdit », en cas où tu prendrais un sens interdit), le sens commun (avec eux ?), la raison (parce que toi tu n’es pas raisonnable), la rationalité (nous on n’a pas de cerveau,  on est irrationnel, tiens) … Pleins de trucs comme ça, et la meilleure de toutes, c’est lorsque tu lis :« … étant la droiture sur le chemin de la vérité, avec fermeté. ». Franchement là, les mecs vous déconnez un max. Vous détenez donc la vérité avec fermeté ?

 

Pourvu que cela ne tombe pas sous les yeux Revolver d’E. Zemour (and co), qui les a toujours bizarrement épargnés, car il va faire la fête au peuple d’en bas, sur les ondes médiatiques sous contrôle. Remarque, ils savent bien que les uns travaillent avec les autres, et ils font simplement semblant d’être « contre », pour éviter le chômage politique. Tu imagines tous ces téléspectateurs, par millions assis devant leur petit écran et qui ne voient pas arriver leur « sujet » de divertissement sur les Musulmans ? Un « écran vide » qui risque de soulever les foules pour non-respect de la théorie des vases communicants.

Dans sa dissertation, pour faire diversion, « Labès à Lausane » cite cinq pays dans le collimateur : L’Algérie toujours number one, l’Egypte, la Libye, la Tunisie et la monarchie du Maroc qui est brossée dans le sens du poil, car tu sais qu’elle vient de « normaliser officiellement » ses relations avec le régime de Tel Aviv. Il partage le tableau en deux parties, pour les besoins de la nouvelle guerre d’Algérie. Une première tirée nous dit-il, des « traditions occidentale et islamique », pour que le client comprenne qu’il est bien resté sous «statut indigène ».  Et une seconde correspondant à des compilations des « fatwas politiques et démocratiques » de flagellation de l’Algérie et de son peuple, accompagnées de photos des lieux et des inventeurs des théorèmes : « la régression féconde » et du « Qui tu qui ?». Il n’a pas perdu le fil de guerre contre l’Algérie, celui qui écrit : «le peuple n’a pas pu voir réaliser les principes et tous les objectifs du 1 er novembre 1954 » et a vu s’éloigner progressivement tous les espoirs nés après « le coup du laser » de 1988.

On va se refaire une bonne guerre démocratique cette fois ci en Algérie, sous contrôle des monarchies démocratiques.  Il maîtrise aussi parfaitement le théorème des inversions des valeurs qu’il met en exergue, puisqu’il a inséré des photos des Révolutionnaires, des déclarations de la Révolution algérienne, la vraie, pour la noyer vivante dans celle bien colorée des multinationales des « Droits de l’Homme »..

Lemaire a compris qu’il faut bien se tenir à distance, et n’a pas le courage de s’adresser à « Labès à Lausane » pour sa « coiffure halal » : il sait le risque de voir sa coupe construite à l’envers, à l’instar des Musulmans que les « marchands de Dieu » veulent islamiser, et du « cloisonnement idéologique qui rend difficile, voire impossible, une transition démocratique » colorée à couleur de la banane. Tout est à l’envers dans son récit, où le coiffeur ne propose que des guet-apens politiques et ce, depuis longtemps ; sinon avec ses amis (de Rachad, d’El Karama, de l’institut Hoggar,etc)  pourquoi proposeraient ils des « conseils de transition voilés » pour brouiller les pistes ? C’est la surprise de « la coiffure halal » avec le mode d’emploi de « la charte de Médine » pour bien te renvoyer au 7 èmesiècle sur le tapis d’Aladin.

Il a osé écrire, à mourir de lire, qu’il nous présente là «un socle ripoublicain». Du coup, tu te demandes s’il n y a pas un lien de vases communicants entre la stigmatisation des citoyens de confession musulmane en Suisse, et les politiques qui sont allés jusqu’à organiser un référendum sur les minarets en 2009, pour éviter qu’il ne tonde les cheveux de tous les D. Lemaire du pays. En effet, les Musulmans vivaient tranquillement en Suisse, ils n’avaient pas de problèmes, on n’entendait pas parler de l’Islam, ni des Musulmans dans ce pays détendu ; puis tout d’un coup, après l’arrivée de cette machine démocratique de marque cachée au « Kamis », tous les projecteurs se sont allumés sur eux.  Les Suisses, contrairement à la France, ont coupé les cheveux sous les ciseaux des terroristes de la coiffure « halal » pour ne pas avoir des clients, comme D. Lemaire, à la recherche de ces « marchands de Dieu ». En revanche, ils les dorlotent (silencieusement) pour des besoins géostratégiques. « Labès à Lausane » le polarisé, pourquoi n’a-t-il pas proposé aux Suisses son « espace de médiation protégé » sur un sujet qui le concerne en premier lieu ? Il sait ce qu’ils vont en faire de son « espace de médiation en carton » où est exigé l’anonymat, comme ces sectes où les membres sont cagoulés, pour bâtir disent-ils « des relations de confiance ».

Sa « dépolarisation », qui n’a pas marché en Suisse, produit exactement en France l’effet contraire (comme tout ce qu’il dit et tout ce qu’il écrit) de ce qu’il annonce, notamment avec le projet de loi sur le séparatisme. C’est là où tu piges que les « Labès à Lausane » sont les outils d’un système diabolique conçus pour abattre le peuple algérien, comme les autres peuples, et canaliser les colères des citoyens d’ici et là-bas vers des embuscades de terrorisme social et politique.

Après le théorème de « la régression féconde », de celui qui n’a toujours pas traversé la rue à Lyon pour nous raconter l’histoire de ces Algériens condamnés à mort et exécutés à la prison de Montluc, voilà donc un autre théorème de la « dépolarisation » du cuir chevelu qui vient enrichir notre patrimoine expérimental de la guerre de 3ème et 4ème génération

Et si par hasard, D. Lemaire de Trappes n’est pas satisfait de la prestation, il peut toujours s’adresser à d’autres chauves de la même équipe, qu’il pourra trouver dans l’album photos à disposition dans la salle de tonte. Il a le choix entre le détenteur de « la tour démocratique », Mourad la tartine, dit Dhina, toujours sous le coup de la pétition des Algériens (au nom desquels il parle au moyen du théorème des inversions des valeurs) pour être jugé en Algérie, qui organise des prêches démocratiques « halal » en France.  D. Lemaire risque même la circoncision nucléaire de son cuir chevelu s’il cherche des poux sur la tête de ce compagnon chauve de « Labès à Lausane », celui qui avait déclaré que les intellectuels algériens de gauche assassinés «ont choisi la voie de la confrontation», qu’«ils [en] ont payé le prix» et qu’«ils en fassent des martyrs pour eux». Tu comprends « la stratégie de la régression féconde » ?  Comme il peut faire appel à l’autre compagnon chauve, Zitout,  le boulanger de Londres, qui vole dans les airs avec le colonel-(citoyen ?)- de l’armée de l’air pour exporter le savoir-faire de l’équipe des coiffeurs en Libye, comme  l’a révélé cet ancien responsable de leur organisation «Rachad» dans une vidéo postée le 28 décembre 2020 sur les réseaux sociaux.

Il a promis une pluie de gifles démocratiques au « boulanger » élevé au rang d’opposant démocratique en Europe. Du coup, tu te demandes pourquoi Mourad « la tartine », ce prix Nobel de la « coiffure halal»,   et sans que quiconque ne lui pose la question (de toutes façons il tient seul le crachoir sur scène), est venu déclarer lors de son prêche protégé à Lyon le 13 juin 2015 (11’17’’) que les« printemps arabes », qui au passage marchent, ne sont pas une manipulation sioniste.

Avait-il besoin de justifier ses « printemps des arabes », qui ne concernent que les Républiques, épargnant les monarchies, et leurs cortèges de désastres humanitaires applaudis par les colons ? Voilà donc un coiffeur scientifique et professionnel de marque déposée « halal » qui te fait des coupes à l’envers.  Remarque, lorsqu’ils t’expliquent leur engagement pour un « changement radical » en Algérie, tu piges de suite qu’ils maitrisent parfaitement la définition du qualificatif « radicalisme », sinon comment veux-tu comprendre que ce « Coran islamiste » veut islamiser des Musulmans ?  Ce sont des baromètres scientifiques de « la coiffure halal » qui jaugent le degré de religiosité, afin d’inoculer l’idéologie sous une appellation écologique (AB : agriculture biologique).  Même son éminence grise de la « régression féconde » de Lyon, avait désigné Mourad « La tartine » comme « un Erdogan algérien qui a de beaux chapitres de sa vie à donner à l’Algérie », et François Gèze, le supporter du détenteur du chemin de la vérité, avec fermeté, peut toujours chauffer les foules sur France 24.

 

Lemaire peut choisir à sa guise parmi les autres coiffeurs « halal » du groupe (chauves,   W roulant en BM, et même habillés en string démocratique que je ne peux citer en totalité),  chez ces policiers de la démocratie, qui prennent en otage la tour de contrôle démocratique, puisqu’ils ne sont pas un parti politique, mais un mouvement tectonique de changement radical. C’est exactement ce que décrivait Noamy Klein dans la « Stratégie du choc ».

Dans l’album  de « Labès à Lausane »,  D. Lemaire ne trouvera pas l’image de l’honorable dame, Madame Aklouch Samia, dont l’appel public de ces « féministes  en  kamis » aguerris, pour trouver sa photo sur les réseaux de Monsieur face book, est toujours d’actualité :

https://www.facebook.com/rachad.algeria/photos/a.402171263150725/3455364101164744/?type=3&theater.

Il faut dire qu’ils sont solidement protégés par les ONG et les multinationales des « Droits de l’Homme », pas comme cette femme « arabe » jetée en pâture aux « imposteurs de Rolland Garry ».

Et ne comptez surtout pas sur TV5 Monde et son  Slimane Zeghidour (que vous connaissez maintenant), média inféodé à la distribution de bananes, qui nous a transmis le film de Walid Nekiche en train de fêter, avec ses proches, les tortures dont il a été victime autour d’un gâteau plein de crème Chantilly et d’un nouveau drapeau de lapidation de l’Algérie et de son peuple.

Lemaire ne pourra pas être distrait dans la salle d’attente, par le Pokémon de la chaîne religieusement identifiée : il est occupé à chauffer les personnages de Walt Disney, sur le plateau de flagellation de l’Algérie et de son peuple. Rien que son nom te fait pisser de rire : « double canon ». Ils lui ont fait un lifting récemment, lui ont taillé une belle coupe « halal », l’ont orné d’une belle paire de lunettes sans essuie-glace et lui ont même dévissé sa casquette, qu’il arborait en mode gyrophare : il est beau le bobo.

 

Avec cet animateur de dessins animés, c’était tout les jours  Haloween, comme avec un l’autre pingouin de la politique qui loge dans une télé web appelée le zizi(le vrai, le faux, le laid, le dur, le mou,  beau, le dur, le mou, qui a un grand cou, le gros touffu, le touffu, le petite joufflu, le grand ridé, le mont pelé, …) de Pierre Perret.D. Lemaire ne trouvera pas  non plus les photos des fréquentations intéressantes et utiles de « Labès le coiffeur », pour comprendre la stratégie de la coiffure « halal », comme Rami Dalati ou encore ou Abou Hafs Almuritani, le mufti d’Alqaida en retraite anticipée, dévoilées par le vrai militant Rafaa 156.

Le plus drôle, et là, tu comprends pourquoi D. Lemaire ne veut pas se faire couper sa longue chevelure par ces coiffeurs « hallal », c’est lorsque tu visites leur page publique sur la toile, et qu’ils t’expliquent avec une décontraction déconcertante qu’un des leurs, le Dr Al Nuaimi, co-fondateur de leur multinationale ….des droits de l’Homme,  a été désigné Le 18 décembre 2013, expressément comme « terroriste international » par le Trésor américain.

Un monde de fous, vraiment de fous…. Finalement, qui n’a pas, dans son association ou sa fondation un adhérent classé « terroriste international » ? Et pour affirmer cela, « Mourad la tartine », prix Nobel je disais, a jeté un pavé dans la mare en écrivant :« Le monde arabe a besoin de jeter des ponts plutôt que de lister des terroristes ». Mais que bien sûr il ne faut pas lister les terroristes chez les Arabes, il faut plutôt en produire et surtout en masse, pour les besoins de la théorie des « vases communicants »,  de la guerre contre les peuples innocents, des peuples en trop et les destructions programmées. Ce mec vous dit que c’est un démocrate qui veut un « changement radical », que faut-il de plus pour comprendre ?

Après la démocratisation du ski, du golf, du théâtre, de la culture, …etc,  voilà donc la bonne trouvaille du « système » et de nos dirigeants: « la démocratisation du terrorisme » pour sauver les populations civiles. Tu peux même être décoiffé, par des « pas chauves » de cette galaxie bien polarisée,  qui appelleraient à publiquement à la guerre civile, sans qu’ils soient inquiétés. Une responsable de  ce mouvement détenteur du « chemin de la vérité, avec fermeté», qui se définit comme une islamo-berbériste, a publié une vidéo de défiance sur la toile, en appelant au « Hirak » (du prédicateur  Reda Boudrâa ?) sur la place de la République, au moment où les « Gilets-jaunes » sont confinés de force.

 

Le lecteur, qui a compris le principe physique du théorème des « vases communicants », comprendra l’inoculation du théorème de « l’islamo gauchisme » convié dans nos médias par nos dirigeants, et ne prêtera donc pas une oreille attentive  à Gérard Darmanin et à son manifeste pour la laïcité, intitulé :« Le séparatisme islamiste » fév.2021- Ed.l’observatoire. A moins que toute cette littérature, comme d’ailleurs sa « la loi sur le séparatisme »,  soit labellisée « halal », par le coiffeur « Labès à Lausane ».

Islamistes et islamophobes, battez-vous, sans nous ! Si vous vous ne savez pas pourquoi, nous on le sait.