Mustapha Hedam : l’Algérie a besoin d’institutions vertueuses et légitimes

0
69
l’Algérie a besoin d’institutions vertueuses et légitimes

Le Président de la République,  Abdelmadjid Tebboune, a été fidèle à ses engagements de compagne, d’abord par la mise en place d’une nouvelle constitution puis la dissolution de l’Assemblée Populaire Nationale, estime Mustapha Hedam , analyste politique qui était, dimanche matin, l’invité de la rédaction de la Chaine 3 de la Radio Algérienne.

«Tout le monde sait dans quelles conditions cette assemblée a été élu et comment l’argent sale est rentré en ligne de cause», indique M. Hedam en précisant que l’Algérie a d’abord besoin d’institutions vertueuses et légitimes.

Selon l’invité le Président de la république a déjà commencé à œuvrer dans cette optique, et ce, en  ouvrant la porte du débat avec l’ensemble de la composante de la classe politique, qui est nécessaire pour la refondation des institutions de notre pays. « Quand on parle de retour de la légitimité cela veut dire l’adhésion du peuple à une démarche et c’est ce que notre président fait actuellement », ajoute t-il.

Evoquant le remaniement ministériel, qui est imminent selon la dernière déclaration du Président de la République,  l’orateur estime que cela ne changera pas grand choses. «Ce n’est pas parce que vous changez de ministres, au sein de départements ministériels, que d’une minute à l’autre, la situation s’améliorera », ajoute t-il.

L’invité explique que cette décision a été prise par le Président de Tebboune suite aux nombreuses bourdes, commises par des ministres, dans la gestion de la crise sanitaire. « Un gouvernement qui ne réagis pas, qui n’est pas réactif et  qui est incapable d’imaginer ne peut pas gouverner », dit t-il, en ajoutant qu’il nous manque cette capacité de prospectif  pour mener les décisions à leurs fins.

«Les Algériens savent que le Président a pris un certains nombre de décisions pour atténuer l’impact de la Covid-19 sur la vie de la population. Cependant la mise en œuvre de ces décisions n’a pas été totale, pour différents raisons », regrette-il.