Charlotte Dennett, fille d’un maître-espion américain, se confie

0
147
Charlotte Dennett, fille d’un maître-espion américain, se confie

L’accident du vol 3804 : Un espion perdu, la quête d’une fille, et la politique mortelle du Grand Jeu pour le pétrole. Votre livre fascinant, un livre qui explique les questions liées à la géopolitique et au contrôle du pétrole. À votre avis, quel est le poids réel du lobby pétrolier dans le processus de décision politique mondial ?

Le lobby pétrolier a eu une influence négative énorme sur la politique américaine, allant de la déformation des statistiques sur le changement climatique au versement de centaines de millions de dollars dans des campagnes politiques (plus de 70% aux républicains), en passant par l’influence sur les médias afin d’obscurcir le rôle du pétrole dans la promotion des interventions étrangères à l’étranger. Le peuple américain a le sentiment général que les guerres au Moyen-Orient ont quelque chose à voir avec le pétrole, mais il n’en connaît pas les détails – ce que j’ai essayé de redresser dans l’affaire du crash du vol 3804. Nous pouvons remercier Donald Trump d’avoir affirmé que les forces américaines étaient nécessaires en Syrie pour « protéger notre pétrole » dans l’est de la Syrie. Mais ce récit a été largement ignoré par la presse américaine après que le président Biden ait récemment ordonné une attaque militaire sur un prétendu avant-poste iranien en Syrie orientale. Une poignée de membres démocrates du Congrès ont condamné ces attaques, mais pendant ce temps, les géants des combustibles fossiles  comme ExxonMobil, Chevron, BP, Total – continuent de rivaliser dans le Grand Jeu pour le pétrole, notamment en Méditerranée et en Afrique, et sont inconnus de la plupart des gens.

Pourquoi les États-Unis ont-ils soutenu la guerre criminelle menée par l’Arabie saoudite et son allié émirati au Yémen ?

En guise de contexte historique, les États-Unis sont attachés à soutenir l’Arabie Saoudite depuis que la Standard Oil de Californie a découvert les vastes richesses pétrolières de ce pays en 1938. Au cours des sept décennies suivantes, les États-Unis, par l’intermédiaire de l’Arab American Oil Company (ARAMCO), ont détenu une concession exclusive sur le pétrole saoudien – un facteur qui a conduit à l’émergence des États-Unis en tant que grande puissance mondiale, au grand dam des anciennes puissances coloniales britanniques et françaises. Ce faisant, les États-Unis ont fermé les yeux sur les horribles violations des droits de l’homme commises par l’Arabie saoudite, pour autant que le royaume assure la sécurité nécessaire (avec Israël) dans la région pour la libre circulation du pétrole.

Les Etats-Unis et l’Arabie Saoudite  et maintenant Israël  craignent depuis longtemps l’Iran, car la plupart des Iraniens considèrent les Etats-Unis comme le Grand Satan pour leur rôle dans le coup d’Etat de la CIA de 1953 qui a renversé le Premier ministre Mossadegh (qui avait nationalisé l’industrie pétrolière iranienne) et le répressif et pro-américain Shah d’Iran, qui a été renversé par les Iraniens en 1979. Les Iraniens sont un peuple fier avec une longue mémoire… et l’Iran a beaucoup de pétrole, ce qui s’est traduit par le fait qu’il est devenu une puissance rivale au Moyen-Orient, même si l’Iran a été sanctionné pour avoir retenu des Américains en otage pendant 400 jours après la prise de l’ambassade américaine en 197. Aujourd’hui, l’Iran a de puissants bailleurs de fonds : la Russie et la Chine.

Les États-Unis ont soutenu la guerre saoudienne au Yémen pour plusieurs raisons, toutes liées au pétrole. Tout d’abord, les États-Unis partagent avec l’Arabie saoudite (et ses alliés de l’OTAN) une préoccupation concernant la « sécurité de la navigation » des cargaisons de pétrole en provenance d’Arabie saoudite dans la mer Rouge (qui borde la partie occidentale de la péninsule arabique) et dans le Golfe (qui borde la partie orientale et sépare l’Arabie saoudite de l’Iran). Si vous regardez une carte de l’Arabie, vous verrez clairement que les pétroliers à destination de l’Asie doivent descendre la mer Rouge.  Le Yémen, qui occupe le territoire le plus méridional de la péninsule, est adjacent à un étroit « point d’étranglement » appelé le détroit de Bab al Mandeb, où la mer Rouge se jette dans le golfe d’Aden et, de là, dans l’océan Indien. À l’opposé, du côté est, les pétroliers quittant le golfe doivent passer par l’étroit détroit d’Ormuz pour atteindre la mer d’Oman et l’océan Indien. Ces faits géographiques font du Yémen une région stratégique pour toutes les puissances pétrolières occidentales, qui souhaitent à tout prix contrôler le Yémen, comme d’autres régions stratégiques du Moyen-Orient.

Deuxièmement, le Yémen dispose d’importantes ressources pétrolières qui, si elles étaient développées sans intervention étrangère, renforceraient la puissance et l’influence du pays au Moyen-Orient et, avec l’Iran, en feraient une force formidable.  En 2015, après que les rebelles Houthis aient réussi à renverser un dictateur soutenu par l’Occident au Yémen, le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane a demandé aux États-Unis une énorme injection d’armes alors que les Houthis commençaient à avancer vers le sud, vers le territoire yéménite de Marib, riche en pétrole. (En fait, les Houthis ont récemment réussi à conquérir Marib) Les Houthis sont des chiites et sont accusés d’être alliés avec l’Iran, qui est également chiite. L’Arabie Saoudite est principalement un pays dirigé par les sunnites, mais la plus grande population de chiites se trouve autour des principales exploitations pétrolières

Enfin, une façon d’empêcher un blocus iranien très redouté du détroit d’Ormuz est de construire un pipeline de l’est de l’Arabie saoudite vers le sud, en passant par le Yémen. Les Yéménites locaux se sont opposés à ce pipeline, mais il est en cours de construction. Ce gazoduc apporterait une sécurité supplémentaire à la suite des attaques de missiles Houthi contre les pétroliers en mer Rouge. Les bombardements saoudiens et émiratis ont tenté a) de vaincre les Houthis et b) de sauvegarder le tracé de l’oléoduc trans-Yémen, qui a été protégé, ironiquement, par les forces d’Al-Qaida.es de l’est du pays.

Quelle est votre analyse de l’intervention criminelle française sous l’égide de l’OTAN en Libye ?

Grâce à la publication de courriels entre la secrétaire d’État Hillary Clinton et son confident, Sidney Blumenthal, le gouvernement Kadhafi détenait « 143 tonnes d’or… qui ont été accumulées avant la rébellion actuelle et ont été utilisées pour établir une monnaie panafricaine basée sur le dinar doré libyen ». Ce plan, a écrit Blumenthal, était destiné à fournir aux pays africains francophones une alternative au franc français ». L’or, et des quantités égales d’argent ont été « évalués à 7 milliards de dollars » et sont devenus « l’un des facteurs qui ont influencé la décision du président Nicolas Sarkozy d’engager la France dans les attaques contre la Libye ». Il va sans dire que Sarkozy voulait également « obtenir une plus grande part de la production pétrolière de la Libye », « accroître l’influence française en Afrique du Nord » et « donner à l’armée française l’occasion de réaffirmer sa position dans le monde ».

L’ancien président français Sarkozy et le premier ministre britannique Cameron ainsi que les responsables de l’OTAN ne devraient-ils pas être jugés pour crimes contre l’humanité et crimes de guerre en Libye ?

Oui, mais cela va-t-il se produire ? Au moment où j’écris ces lignes, Sarkozy a récemment été reconnu coupable de corruption et, par conséquent, condamné à la prison, un fait qui n’a pas échappé aux Américains qui attendent de voir si des accusations seront portées contre l’ex-président Trump pour corruption et évasion fiscale. Mais la condamnation d’un ancien président pour crimes de guerre, que ce soit en France, en Grande-Bretagne ou aux États-Unis, est moins probable. La France est au moins signataire de la Cour pénale internationale, ce qui n’est pas le cas des États-Unis. Aux États-Unis, les démocrates peuvent apporter certaines réformes démocratiques pour remédier aux inégalités, etc. mais en matière de politique étrangère, j’ai appris il y a longtemps que l’on ne badine pas avec Empire. L’administration Biden n’a même pas pu se résoudre à sanctionner le prince héritier Mohammed bin Salman pour son rôle avéré dans l’assassinat du chroniqueur du Washington Post Jamal Khashoggi.

Votre livre très intéressant. Le peuple contre Bush : La campagne d’une avocate pour traduire le président en justice et le mouvement national de base qu’elle a rencontré sur son chemin. Peut-on espérer voir un jour un président occidental comme George Bush jugé pour ces multiples crimes en Irak et ailleurs ?

La réponse est, malheureusement, non, du moins pas dans un avenir proche. Lorsque les procès de mise en accusation de Donald Trump étaient en cours, les experts des médias américains avaient depuis longtemps oublié les crimes de George W. Bush et le fait que la présidente de la Chambre Nancy Pelosi avait déclaré en 2008 que « la mise en accusation [de Bush] n’est plus possible » pendant la période précédant l’élection d’Obama. Lors de l’élection d’Obama, la poursuite de Bush était la question numéro un sur le site web d’Obama invitant les citoyens à exprimer leurs souhaits. Mais Obama a rapidement mis ces espoirs de côté en déclarant : « Nous devons regarder vers l’avant, pas vers l’arrière ».

Plus récemment, les Américains ont été à nouveau déçus que M. Trump n’ait pas été inculpé lors du deuxième procès pour mise en accusation ou empêché de se représenter… pratiquement parce que les républicains d’extrême droite du Sénat américain avaient suffisamment de voix pour acquitter M. Trump. Au moins, les raisons pour lesquelles un président américain en exercice ne pouvait pas être poursuivi (selon une règle simple du ministère de la justice, qui pouvait être annulée) ont fait l’objet d’un examen plus approfondi. Mais quel président – républicain ou démocrate – veut prendre le risque d’être poursuivi pendant son mandat ? Une fois hors de ses fonctions, un ancien président peut être poursuivi pour des crimes qu’il a commis pendant son mandat, à condition qu’il n’y ait pas prescription. Il n’y a pas de prescription pour la négligence criminelle ou le meurtre, donc peut-être qu’un jour, Bush et Trump pourraient être poursuivis si suffisamment de Les citoyens soucieux de leur bien-être sont élus au Congrès.

Que pouvez-vous nous dire sur l’occupation américaine des provinces orientales de la Syrie et la saisie de terres pour le pétrole ? Daech n’a-t-il pas servi les intérêts américains ? Ne pensez-vous pas que Daech et Al-Qaïda sont parmi les meilleurs alliés des États-Unis ?

L’une des rares choses dont nous pouvons remercier M. Trump est sa déclaration inarticulée selon laquelle les troupes américaines devaient rester en Syrie pour protéger « notre » pétrole. Et tout récemment, l’administration Biden a ordonné aux avions américains de bombarder cette même région orientale, ce qui constitue une violation complète de la souveraineté syrienne.

Le Pentagone a concocté le prétexte habituel pour cet incident, à savoir la lutte contre les terroristes, en l’occurrence : « Les milices soutenues par l’Iran ». Pourtant, les Iraniens ont combattu Daech, les prétendus ennemis de l’Amérique, en Syrie. En fait, ce que je révèle dans Crash, c’est que les États-Unis ont utilisé l’existence de Daech et des forces d’Al-Qaïda comme prétexte pour renvoyer des troupes en Irak et dans l’est de la Syrie. (De nombreux habitants de la région croient que Daech a en fait été créé par les États-Unis). De plus, Al Queda a servi les intérêts américains et saoudiens en défendant le tracé de l’oléoduc trans-Yémen au Yémen.

Vous êtes un grand journaliste, ainsi qu’un éminent juriste. Vous avez un parcours remarquable. Pourquoi pensez-vous que les médias n’informent pas les citoyens sur des questions aussi importantes que celles sur lesquelles vous écrivez ? Les médias ne sont-ils pas au service d’une oligarchie, d’une minorité de puissants ?

Comme le dit le vieux dicton, la liberté de la presse existe pour ceux qui la possèdent. Aux États-Unis, les médias contrôlés par les entreprises se contentent apparemment de supprimer le rôle du pétrole dans la définition de la politique étrangère américaine pour une raison simple : le pétrole, on leur a fait croire, est une question de sécurité nationale, car le pétrole est le carburant des militaires. C’est le cas depuis lors : le premier Lord de l’Amirauté Winston Churchill a décidé en 1911 de convertir la source de carburant de la marine britannique du charbon (dont la Grande-Bretagne disposait en abondance) en pétrole plus efficace (dont la Grande-Bretagne ne disposait pas). D’autres pays lui ont emboîté le pas. Churchill a prédit à juste titre que la Grande-Bretagne devrait se battre sur une mer de problèmes pour obtenir le pétrole. Le prix de la Première Guerre mondiale était, en fait, le pétrole de l’Irak. La plupart des gens ne savent pas qu’il existe un lien entre le pétrole irakien et la déclaration Balfour de 1917 qui a ouvert la voie à une patrie juive en Palestine. Ils ne savent pas non plus que le célèbre accord de San Remo de 1920 – qui a découpé l’ancien empire ottoman en mandats français et britannique avec des points de terminaux pour l’oléoduc de l’Iraq Petroleum Company en Palestine et au Liban – a été appelé autrefois l’accord de San Remo pour le pétrole. Ou encore que la doctrine Truman de 1947 (déclarée deux semaines avant le crash du vol 3804 qui a tué mon père) était en réalité conçue non pas tant pour lutter contre le communisme en général, mais pour combattre l’influence russe au Moyen-Orient. Pendant ce temps, le Grand Jeu se poursuit, largement à l’abri des regards du public, jusqu’à cette époque de guerres sans fin.

Peut-on parler de démocratie lorsque l’on voit les médias aux mains des puissants et que le pouvoir judiciaire est incapable de juger les voyous en col blanc, les politiciens corrompus et criminels ?

Il s’agit là d’un véritable problème, comme on le voit ailleurs.

Au cours de vos enquêtes, avez-vous eu des informations spécifiques sur la mort mystérieuse de votre père le maitre espion Dennett ?

Mon père a été le premier maître espion américain au Moyen-Orient, travaillant dans le contre-espionnage pour le Central Intelligence Group [CIG], prédécesseur immédiat de la CIA, au moment de sa mort en 1947.

Grâce à William Casey, un ancien officier de l’Office des services stratégiques (OSS) en temps de guerre et directeur de la CIA sous le président Reagan, des centaines de milliers de documents de l’OSS ont été déclassifiés et remis aux Archives nationales à College Park, Maryland. Casey estimait qu’ils étaient importants pour établir des aspects vitaux de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale tant qu’ils n’étaient pas considérés comme une menace pour la sécurité nationale. J’ai donc pu obtenir la plupart des rapports de mon père lorsqu’il travaillait pour l’OSS. J’ai également pu trouver le « rapport d’accident » sur le crash du vol 3804.  Les documents de l’ICG sont plus difficiles à obtenir. J’ai donc poursuivi la CIA en vertu de la loi sur la liberté de l’information et j’ai pu obtenir la déclassification de centaines de documents concernant mon père. La plupart d’entre eux concernaient des questions de personnel de routine – salaires, bons de voyage, etc. Mais il y avait quelques joyaux, dont l’un était l’ »Analyse du travail » de mon père écrite au début de 1944 comme une sorte de protocole d’accord sur ce qu’il devait affronter lorsqu’il serait affecté au Moyen-Orient plus tard au printemps.

Selon ce document, ses deux plus grandes préoccupations étaient 1) de protéger le pétrole de l’Arabie Saoudite « à tout prix » et 2) de protéger également les routes aériennes civiles américaines qui étaient devenues très compétitives après la guerre. D’après le rapport d’accident et les documents déclassifiés, j’ai appris qu’en mars 1947, mon père avait pris le vol 3804 à la suite d’une mission top secrète en Arabie Saoudite visant à déterminer la meilleure route pour transporter le pétrole saoudien par l’oléoduc transarabe vers un point terminal en Méditerranée : soit en Palestine, soit au Liban. Au départ de Jidda, en Arabie Saoudite. Le vol 3804 se dirige vers l’Éthiopie pour transporter du matériel radio top secret à Addis-Abeba afin qu’il soit utilisé par la nouvelle Ethiopian Airlines, propriété du gouvernement mais exploitée par TWA. Mon père et l’attaché américain au pétrole prévoyaient également de rencontrer à Addis les responsables de Sinclair Oil, qui avait obtenu une concession américaine exclusive pour explorer le pétrole et déterminer les itinéraires des oléoducs en Éthiopie. Comme pour l’Arabie Saoudite, les Britanniques étaient extrêmement en colère à ce sujet, mais les Soviétiques l’étaient aussi. Les deux pays ont essayé d’atténuer la montée en puissance des États-Unis dans la région. J’ai rassemblé toutes ces pièces géopolitiques – ainsi que les détails du « rapport d’accident » – pour conclure que le crash du vol 3804 avant qu’il n’atteigne Addis-Abeba n’était pas un accident. Quant au « whodunit », je me suis concentré sur le seul maître espion qui servait les intérêts britanniques et soviétiques à l’époque. Il était l’exact homologue de mon père dans le domaine du contre-espionnage pour le Moyen-Orient : Kim Philby, l’espion le plus célèbre du 20ème siècle, un agent double rusé qui travaillait pour les Britanniques mais dont la loyauté allait aux Soviétiques. Je dois encore prouver qu’il était personnellement impliqué dans le sabotage du vol 3804, mais je poursuis ma quête à la lumière d’une confession que m’a faite un des successeurs de mon père à la CIA : « Nous avons toujours pensé qu’il s’agissait de sabotage, mais nous n’avons pas pu le prouver. »

Interview réalisée par Mohsen Abdelmoumen

Qui est Charlotte Dennett ?

Charlotte Dennett est une ancienne journaliste du Moyen-Orient et une journaliste d’investigation et avocate. Elle est l’auteur de The Crash of Flight 3804 : A Lost Spy, A Daughter’s Quest, and the Deadly Politics of the Great Game for Oil (Chelsea Green, 2020), un récit personnel et une enquête historique sur les événements qui ont conduit à la mort de son père qui est un maître-espion, ce qui lui a permis de découvrir le rôle du pétrole et des oléoducs dans les guerres sans fin d’aujourd’hui. Son livre est commenté ici par Toward Freedom. Ce livre est à bien des égards l’histoire de sa course au poste de procureur général dans le Vermont en 2008, où elle s’est engagée à poursuivre George W. Bush pour sa guerre illégale en Irak, décrite dans The People v. Bush : One Lawyer’s Campaign to Bring the President to Justice (Chelsea Green, 2010) . Elle est également le co-auteur avec Gerard Colby de Thy Will Be Done. The Conquest of the Amazon : Nelson Rockefeller and Evangelism in the Age of Oil, (HarperCollins, 1995, mis à jour en 2017 par openroadmedia).

Published in American Herald Tribune March 9, 2021: https://ahtribune.ca/interview/4573-charlotte-denett.html

Published in https://www.algeriepatriotique.com/2021/03/09/interview-exclusive-charlotte-dennet-fille-dun-espion-americain-se-confie/