Sabri Boukadoum à la RAI: l’Algérie souhaite exporter la paix et la stabilité

0
164
Boukadoum: l'Espagne a une responsabilité historique au Sahara Occidental

Le ministre des Affaires étrangères, M. Sabri Boukadoum a affirmé que l’Algérie « souhaite exporter la paix et la stabilité ». Dans un entretien accordé à la Radio Algérie internationale (RAI), le chef de file de la diplomatie algérienne est revenu longuement sur les principes défendus par l’Algérie et sur son action dans les pays de la région.    

Interrogé sur les attaques que subit le pays de la part du voisin marocain, M. Boukadoum a expliqué que « l’Algérie n’insulte pas ». Au sujet du dossier sahraoui, il réitère la position constante du pays qui « se base sur le droit international » et sur « des convictions profondes » pour soutenir le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination.

« Nous n’avons pas changé et nous ne changerons pas de position, parce qu’il ne s’agit pas seulement de droit international, mais de notre conviction profonde qu’il n’y aura pas de règlement sans une consultation libre et transparente du concerné qui est le peuple du Sahara occidental », a-t-il insisté.

Dans ce sillage, le ministre a souligné que l’Algérie n’a pas l’intention de se substituer au peuple sahraoui. « Je vous le dis de la manière la plus claire, nous appuierons ce que les sahraouis décideront, mais il est absolument hors de question que l’Algérie se substitut à qui que ce soit », assure-t-il en affirmant, toutefois, que l’Algérie « n’acceptera pas qu’on impose une solution contre le vœu des  populations concernées ».

Abordant, sans détours, l’instabilité et la prolifération des foyers de tension dans la région, le ministre a assuré que l’Algérie se protège efficacement avec l’unité de son peuple, la force de son armée, la conviction de sa diplomatie dont la politique est caractérisée par ses « actions réfléchies, claires et transparentes ». La médiation de l’Algérie dans les pays voisins en conflit a pour motivations le règlement pacifique des conflits et la sécurisation de nos frontières, explique le ministre qui rappelle, à l’occasion, le rôle de la diplomatie algérienne dans le règlement du conflit malien et libyen.

Interrogé au sujet des bases militaires en Afrique, M. Boukadoum a expliqué que l’Algérie « respecte les décisions des pays et des gouvernements », tout en indiquant que l’Algérie est convaincue que « la multiplication des bases militaires étrangères n’a jamais apporté du bien ».

Revenant sur le rôle de la diplomatie dans la promotion de l’économie nationale, M. Boukadoum a fait savoir que conformément aux instructions du président de la République, une Direction de promotion des échanges et une cellule d’assistance aux entreprises publiques et privées ont été récemment créées au niveau de son département pour promouvoir le produit  algérien en Afrique et attirer des investissements étrangers en Algérie.

PARTAGER