J’accuse les rédactions bloquantes !

0
90
J'accuse les rédactions bloquantes !
Tarek Benaldjia
Des rédactions ont contacté certaines rédactions pour leur dire d’éviter de publier les articles qui critiquent ou attaquent des journalistes au nom d’une « confrérie » et d’une « déontologie » du métier. Le « bouche à oreille » quoi ! D’après le billet de Mr Djerrad Amar, paru sur les colonnes d’Algérie54 le 24.03.202
À quoi servira-t-il d’accuser l’ange déchu d’être la source des péchés. Je ne vous apprendrai rien si je vous dis que le mal vient de l’esprit malin et je ne vous apprendrai encore moins que rien si j’accuse cette rédaction d’être la cause de cette dérive à la déontologie et aux principes de la liberté d’expression et de penser dont se targuent ces mêmes rédactions ! , d’avoir falsifié l’histoire, d’avoir assassiné tout espoir et d’avoir fait de la patrie un mouroir.
Tout cela n’a nul sens, car c’est une évidence. J’accuse ces rédactions qui veulent la censure de leurs contradicteurs qui n’arrivent pas à mettre de côté leurs brouilleries, leurs fâcheries et leurs zizanies pour l’intérêt de l’Algérie.
Je sais que c’est facile à dire, mais difficile à faire dans ce monde d’affaires dans lequel se taire, c’est gagner et préserver les places chères.de “non-respect de la déontologie journalistique ayant pour conséquence l’atteinte à la sûreté de l’Etat et incitation à la violence et à la rébellion”. J’accuse cette rédaction qui a laissée les révoltés abandonnés à la rue sans aucun encadrement, alors qu’ils pouvaient les organiser pour qu’ils expriment leur ras-le-bol de l’injustice et des torts des Minotaures sans ouvrir la boîte de pandore qu’adorent les hommes forts, sans remord qui vivent dans le confort.J’accuse les rédactions bloquantes, mais guère les militants, les adhérents et les sympathisants qui rêvent d’ouvrir les horizons, mais qui se heurtent au langage des luxueux salons et aux discours creux dans des lieux clos qui tournent le dos au volcan bouillant de la nation.J’accuse la propagande journalistique qui a fait perdre confiance aux Algériens. Ces citoyens qui ne croient plus en personne et en rien. Ils constatent que le mensonge est le pain quotidien de tous ceux qui viennent pour soi-disant prendre leurs revendications en main. Rares ceux qui ne les ont pas trahis, qui ne les ont pas trompés, qui ne les ont pas troqués contre un poste alléchant ou un avantage attirant.
Nos comptes aujourd’hui, les tentatives de coup d’État consécutives, les menaces de guerre ouvertes, les plans d’assiégèments venant de nos frontières, les efforts pour nous étouffer de l’intérieur par le terrorisme, les mouvements contestataires , la radicalisation de journalistes , d’hommes d’affaires et de lobbys puissants que d’intérêts.
PARTAGER