Beldjoud : “le développement des zones frontalières en tête des priorités du président Tebboune”

0
148
Beldjoud : "le développement des zones frontalières en tête des priorités du président Tebboune"

Le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Kamel Beldjoud a affirmé, jeudi à Nouakchott, que la signature d’un mémorandum d’entente entre l’Algérie et la Mauritanie pour la création d’une commission bilatérale frontalière algéro-mauritanienne “est un nouveau jalon dans notre coopération bilatérale”, ajoutant que le développement des zones frontalières est classé en tête “des priorités” du président de la République, Abdelmadjid Tebboune.

Dans son allocution lors de la cérémonie de signature du mémorandum d’entente au siège du ministère de l’Intérieur mauritanien, Beldjoud a indiqué que la signature d’un mémorandum d’entente “constitue un nouveau jalon dans notre coopération bilatérale”, ajoutant que “le développement des zones frontalières est classé en tête des priorités fixées dans le programme du président de la République qui accorde, depuis son élection, une attention particulière à la population de ces régions, à travers la programmation et la réalisation des différents projets économiques, éducatifs, sportifs et autres”.

Le ministre a salué, dans ce sens, “le rôle important et actif de l’Armée nationale populaire (ANP), digne héritière de l’Armée de libération nationale (ALN) dans la sécurisation et la protection de nos frontières contre toute menace étrangère, tels que le terrorisme et le crime organisé, sous toutes ses formes”.

La création de ce mécanisme frontalier “est un pas important louable, de par le rôle pionnier qu’il aura dans le développement et la sécurisation de la zone frontalière commune, au mieux des intérêts de leurs habitants”.

Beldjoud s’est dit convaincu que ce nouveau mécanisme aura un rôle important à jouer dans la réalisation du double défi, développement et sécurité, et la proposition de nouveaux moyens pour faire face aux défis actuels, d’autant qu’il regroupe l’ensemble des secteurs ministériels des deux pays et les services de sécurité et revêt un caractère local et en ce sens qu’il s’intéresse aux questions liées directement aux zones frontalières communes”.

Pour le ministre de l’Intérieur, évoquer la zone commune, son développement et sa sécurisation, “signifie aménager cette région et l’ériger en pôle socioéconomique par excellence”, relevant que “ceci ne saurait se réaliser, qu’en adoptant un plan d’action commun, en vue de tracer les objectifs, de mettre les moyens à même de mener à bien cette démarche, tout en œuvrant à sa concrétisation sur le terrain, en de véritables projets de développement mutuellement bénéfiques pour nos deux pays”.

Dans le même contexte, le ministre a invité les experts des deux pays à préparer la première réunion de la Commission bilatérale frontalière et proposé qu’elle ait lieu en Algérie “dans les meilleurs délais, si la situation sanitaire liée à la pandémie du coronavirus le permet”, les appelant à ” œuvrer ensemble au développement de cette Commission qui doit être à la hauteur des aspirations de nos peuples et au diapason des défis actuels”.

=Les opérateurs économiques appelés à relancer la dynamique dans le point de passage frontalier= Dans ce cadre, le ministre de l’Intérieur a affirmé que le point de passage frontalier algéro-mauritanien “revêt une importance capitale dans la relance d’une nouvelle dynamique économique et commerciale au service des ambitions socioéconomiques des deux peuples frères et se veut une passerelle, en vue de consolider les liens de fraternité et de solidarité entre les citoyens de la zone frontalière commune”.

“Pour préserver et développer cet acquis, il importe d’intensifier la coopération en la matière et d’aplanir les difficultés qui se dressent”, a ajouté le ministre avant d’appeler les opérateurs économiques “à contribuer et à participer à la concrétisation de cette démarche”.

“Nous devons travailler, côte à côte, au développement de ce poste frontalier qui ne doit pas être limité uniquement à la circulation des personnes, mais aussi à l’adoption de tout ce qui est à même de développer et de promouvoir les échanges commerciaux et économiques et de sécuriser la région contre tout risque ou crime transfrontalier”, a-t-il soutenu.

A cette occasion, le ministre a salué le niveau de la coopération entre les deux départements ministériels et les résultats “positifs” enregistrés dans ce cadre, indiquant que “30 agents de la police mauritanienne ont bénéficié, entre 2017 et 2019, d’une formation spécialisée dans les domaines de la police technique, l’enquête pénale, les archives, la documentation, la mécanique, l’électricité automobile, outre une formation de base à long terme au niveau des écoles de la police algérienne” .

Un programme de formation a été arrêté dans les domaines du crime cybernétique, de la criminalistique et la criminologie. En matière de protection civile, Beldjoud a salué la rencontre qui a réuni le directeur général de la Protection civile avec son homologue algérien durant la visite de travail effectuée en Algérie en 2018, appelant à “la tenue d’une autre rencontre entre les deux institutions, en intensifiant la coopération bilatérale à l’avenir”.

Indiquant que la coopération décentralisée figure, entre autres domaines auxquels les deux départements ministériels accordent un intérêt soutenu, il a salué la convention de coopération décentralisée entre la commune de Tindouf et Bir Moghreïn, signée entre les deux parties le 22 mars 2018, appelant à “parachever l’étude et la signature des autres conventions de coopération”.

Le ministre a réaffirmé sa disposition à organiser des sessions de formation dans les domaines de l’administration et du développement local au profit des cadres mauritaniens.

“Développer les relations algéro-mauritaniennes”

Le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Kamel Beldjoud a été reçu, jeudi à Nouakchott, au terme de sa visite en Mauritanie par le Premier ministre mauritanien, Mohamed Ould Bilal.

L’audience s’est déroulée au siège du Premier ministre mauritanien, en présence de l’ambassadeur d’Algérie en Mauritanie, Noureddine Khendoudi et de responsables mauritaniens.

Dans une déclaration à l’issue de la rencontre, Beldjoud a indiqué avoir “été honoré par l’audience que m’a accordée le Premier ministre, Mohamed Ould Bilal à qui j’ai transmis les salutations de son frère le Premier ministre, Abdelaziz Djerad”.

La rencontre a été une occasion d’évoquer les relations “historiques et exceptionnelles”, algéro-mauritaniennes, affirmant que sa présence en Mauritanie témoignait de la volonté de “les développer et de les hisser au niveau des aspirations des deux peuples frères”.

Le ministre de l’Intérieur est arrivé, jeudi matin, à Nouakchott dans le cadre d’une visite de travail d’une journée au cours de laquelle il a coprésidé avec son homologue mauritanien, la cérémonie de signature d’un mémorandum d’entente pour la création d’une commission bilatérale frontalière algéro-mauritanienne.

Dans son allocution lors de la cérémonie de signature, le ministre de l’Intérieur a souligné que la création d’une commission bilatérale “est un nouveau jalon dans la coopération bilatérale”, ajoutant que le développement des zones frontalières venaient en tête “des priorités” du président de la République.

Pour sa part, le ministre de l’Intérieur mauritanien, Mohamed Salem Ould Merzoug a souligné que la commission frontalière bilatérale constituait “un bond qualitatif” pour le renforcement de la coopération économique.

 

PARTAGER