Ahmed Bensaada met à nu El Kadi Ihsene

0
294
Ahmed Bensaada met à nu El Kadi Ihsene

L’auteur et chercheur algérien Ahmed Bensaada n’a pas attendu beaucoup pour répondre au patron de Radio.M, El Kadi Ihsene, qui l’avait traité dans une de ses émissions de « barbouze »

Comme à son accoutumée de scientifique versé dans l’argumentation et la présentation de documents comme démonstration à ce qu’il avance, Ahmed Bensaada n’a pas mâché ses mots en qualifiant la Radio.M que dirige El Kadi Ihsene, de média relais au ministère français des affaires étrangères, le Quai d’Orsay.
Pour Ahmed Bensaada, Radio.M fait partie des médias financés par l’Union Européenne, en 2014, d’un montant de 2,7 millions d’euros, dans le cadre du programme EBTICAR-MEDIA, attribué à Canal France International CFI

Le programme EBTICAR-MEDIA, est scindé en deux contrats, le premier est dédié à l’accompagnement et le développement de médias syriens indépendants, opposés au gouvernement de Bachar Al Assad, dont ceux roulant pour les groupes terroristes comme le front d’Al Nosra, lié à Al Qaida.

Le second contrat du programme EBTICAR-MEDIA, est destiné au financement des médias servant les intérêts des officines étrangères.
Sur ce plan, on relève la présence de la Radio.M, qui à l’instar de dix autres médias arabes, de la région MENA, bénéficiaires de « la générosité financière » des officines étrangères, dans le but de déstabiliser les Etats, voire leur destruction comme c’est le cas pour la Libye et la Syrie

Ainsi, il s’avère que ces médias, dont Radio.M, servaient les intérêts du Quai d’Orsay et de la France, à l’instar des médias de la mainstream, comme CFI qui est une filiale du groupe France Médias Monde et qui regroupe  France 24, RFI et Monte Carlo Doualiya.

Il convient de souligner que France Médias Monde est la société mère de CFI, l’agence française de coopération médias, et l’un des actionnaires de la chaîne francophone généraliste TV5 Monde ; ce qui nous explique le nombre important lot désinformation distillé par ses médias à l’égard de l’Algérie.
Cela confirme l’existence de liens entre certains médias algériens et les ambassadeurs français en poste à Alger, et qui sont devenus des rédacteurs en Chef, et les révélations et déclarations de certains acteurs politiques, médiatiques et même officielles sur les agissements suspects de certains diplomates français en poste à Alger, dénotent l’ingérence française dans les affaires internes de l’Algérie.

En conclusion, il est certain que les révélations d’Ahmed Bensaada dans son article Hirak : la barbouzerie de Radio M ,(https://www.ahmedbensaada.com/index.php?option=com_content&view=article&id=555%3Ahirak-la-barbouzerie-de-radio-m&catid=46%3Aqprintemps-arabeq&Itemid=119&fbclid=IwAR0AIwZeIOadWWAWEf9kQkyKDX8QHlbnFdhAIrWRB6ddnqou9qZJHa_3wYc)

ouvriront le débat sur le financement de certains médias algériens par certaines officines, pour servir leurs agendas et lèveront le voile sur les agissements de certains journalistes devenus activistes