Entre la Barbouzerie Française et Radio M,  une histoire d’amour?

0
86
Entre la Barbouzerie Française et Radio M, une histoire d’amour?
Par Tarek Benaldjia
« Honoré de Balzac, écrivait dans son roman Les illusions perdues : il y a deux histoires : l’histoire officielle, mensongère, qui nous est enseignée, l’histoire « ad usum delphini » et l’histoire secrète, où se trouvent les causes véritables des événements, une histoire honteuse ».
Tout ce qui était caché hier, toutes les manigances passées secrètes dans le camp européen à travers son [Programme EBTICAR-MEDIA] d’arrière-scène et en agissant en douce pour saboter la démocratie en algérie. Un calendrier stratégique accordé par Canal France International (CFI) et l’Union européenne pour le développement des médias en ligne dans les pays du Maghreb et du Moyen-Orient, décroché par « Radio M ». Se font désormais au grand jour dans le dernier article enquête d’Ahmed Bensaada : «Hirak : la barbouzerie de Radio M ».
Le contenu de cette réponse enquête «Hirak : la barbouzerie de Radio M » est terriblement inquiétant mais sa lecture est indispensable pour prendre connaissance de diverses manipulations qui empoisonnent notre existence, et plus encore celle nos enfants, sans que nous y prêtions attention. ll est tout à fait clair, que les observations portées à notre connaissance par l’honorable Ahmed Bensaada , adressées à l’intéressé « Lequel des nous est vraiment le Barbouze » ? Ne sont nullement conçues comme un réquisitoire contre des personnes mais présentent des faits relatifs à la foultitude de moyens utilisés par les organismes européens afin de préparer une orientation des mouvements populaires algériens lorsqu’ils se déclenchent.
Mr Ahmed Bensaada ne compte pas s’arrêter là où il s’était arrêté, au contraire il nous livre dans sa nouvelle analyse, un autre type de financement effectué, par le ministère des Affaires étrangères français pour le compte d’un média algérien, dirigé par Al-Kadi Ihsene.
Une nouvelle lecture des évènements en présentant des résultats concrets que nous considérons tout à fait légitimement, s’accentuant principalement sur les moyens financiers des organismes français sur, comment sont répartis et de quelle façons sont attribués l’argent en Euros Européens au personnage médiatique algérienne controversée, telle que Al-Kadi Ihsen , engagé au profit des ces agences extérieures [gouvernementaux et non gouvernementaux] à des fins politique inconnus du grand public algérien.
Pendant que cela se passe, vous comprendrez de plus en plus, pourquoi il est employé et captif à rendre des jugements arrogants, à exploiter les faiblesses et les besoins de son pays et les transformer en un instrument stratégique pour promouvoir les priorités politiques européenne globales.
Ainsi, l’identité politique de l’intéressé n’est qu’une couverture! Au-dessus de tout soupçon cette identité est dans un bloc combiné sous un même toit et autour d’un concept commun pour un grand projet initié par les stratèges du renseignement français!
Ceci est loin de plaire à « Radio M » et ses défenseurs, qui agissent selon la logique de mener à bien la mission qui leur avait été assignée par le Quai d’Orsay « Le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères (MEAE), laquelle consiste à appliquer le principe du « conseil d’administration de CFI » et à se cacher derrière des slogans, aujourd’hui mises à nues devant l’opinion publique nationale par Ahmed Bensaada.
Bien sûr, les tenants du culte de l’argent européen et étasunien,vont hurler «au complotisme » à la lecturede l’article d’Ahmed Bensaada : «Hirak sur la barbouzerie de Radio M ».

C’est une technique désormais bien connue des gens qui perçoivent de l’argent et se présentent comme des chevaliers blancs, mais qui, en réalité, sont loin de donner l’exemple?

L’enquête d’Ahmed Bensaada sur le barbouze « Kadi Ihsene» est une contribution majeure pour la compréhension des jeux et enjeux qui se cachent derrière les postures nihilistes des puissances étrangères vis-à-vis de l’Algérie par le biais de pantins locaux. Des puissances qui prêchent aux autres ce qu’elles ne font pas chez elles. C’est aussi un appel à un sursaut national pour sauver le Hirak de ses démons et de ses fossoyeurs. Sa conclusion ne supporte aucune ambiguïté sur ce point : « Le Hirak, conclut-il, qui a été un évènement unique et grandiose dans l’histoire de l’Algérie, se doit d’être intrinsèquement « algéro-algérien » et de ne permettre aucune collusion avec des intérêts étrangers. Ce sont ces conditions qui garantissent l’épanouissement de l’Algérie de demain, démocratique, prospère et juste… »

On ne peut soupçonner Ahmed Bensaada, notre honorable auteur, d’être hostile au Hirak, qu’il avait appelé de tous ses vœux. Mais l’adhésion à un mouvement historique refondateur et salutaire ne peut se faire, pour un esprit critique et vigilant comme Ahmed Bensaada, en fermant les yeux devant les tentatives de certains agitateurs professionnels pour récupérer ce soulèvement populaire et patriotique en vue de le dévier de sa trajectoire et de le mettre au service d’un plan étranger inavoué car inavouable.

L’Histoire se rappellera des soutiens étasuniens et européens aux Hirakistes, groupes intellectuels, groupes de médias algériens ayant perdu leur âme au diable. Hélas, ils considèrent ce mouvement populaire béni comme un outil «d’investissements lucratifs» Oui beaucoup d’entre eux choisissent d’utiliser le Hirak comme un appui où se déroulent des «négociations bon marché» et outils «d’investissements lucratifs » aux termes desquels les entités corrompues fourniront services à leurs maîtres étasuniens.Je suis contre les règlements de comptes, mais je pense qu’il faut rendre des comptes. Que la justice fasse son travail d’une manière sereine, pas de complaisance avec qui que ce soit. Ceux dont la responsabilité a été prouvée doivent payer selon la loi qu’ils soient journalistes, hommes d’affaires ou hommes politiques corrompus. Que les choses se fassent d’une manière régulière et sérieuse. La bataille contre les barbouzes étasuniens et européens va être dure.

IL est temps que la vérité l’emporte, il est le temps de placer le droit à l’information, la démocratie et l’éthique au-dessus des intérêts privés. Ceci est la mission que l’axe du “Bien” que doit prendre en ce moment. Comme Il est d’une importance capitale pour la société civile de notre pays de pouvoir poser un mot sur ce danger, qui s’il n’est pas traité peut conduire à la mort.

Pour aller plus loin sur ce thème, cf, ce lien :https://www.ahmedbensaada.com/index.php?option=com_content&view=article&id=555%3Ahirak-la-barbouzerie-de-radio-m&catid=46%3Aqprintemps-arabeq&Itemid=119&fbclid=IwAR0nAabWDPTTrDt5e7XPAlLVv4XiSOgVypJKL93GLACPOkmKc6X7o01T11A