Les américains, préparent-t-ils un autre “printemps arabe”?

0
137
Les américains, préparent-t-ils un autre "printemps arabe"?

Dans une déclaration à la chaîne américaine Al Hurra TV, le chargé d’affaires à l’ambassade des États-Unis en Algérie, Gautam Rana, a indiqué mercredi dernier, que son pays soutient le droit du peuple algérien à exprimer son opinion, et à manifester pacifiquement.

Une ingérence à peine voilée d’un diplomate, qui estimera que   « cette question concerne l’Algérie et il revient au peuple algérien de développer ses institutions et son gouvernement ».

Le diplomate américain se donne le droit de se prononcer sur les droits de l’homme, la liberté d’expression en Algérie, en donnant des leçons et j’en passe. Est-ce que les algériens ont le droit de critiquer la répression des manifestants ayant envahi le Capitole, en soutien au Président sortant Donald Trump ?

Est-ce que les algériens, ont le droit de critiquer les médias américains de la Mainstream, sélectifs et partiaux lorsqu’il s’agit de couvrir les activités des deux candidats à la dernière présidentielle de novembre 2020, et pire encore, manquant de professionnalisme et d’éthique, pour ce qui est de l’assassinat de Floyd?

Le mensonge à l’origine de l’envahissement de l’Irak

Pour résumer le respect des droits de l’homme et la liberté d’expression, il est impératif de donner la parole au journaliste engagé Maxime Vivas, qui révèlera les atrocités de l’armée américaine, et le rôle indigne de l’ONG ; Reporters Sans Frontières (Lire https://www.legrandsoir.info/reporters-sans-frontieres-ou-l-art-de-dedouaner-les-usa.html)

Et ce n’est pas Gautam Rana ,  conseiller politique auprès de l’équipe de Gouvernance de l’Autorité Provisoire de la Coalition à Mossoul, en Irak, de 2003 à 2004, qui pourrait démentir le mensonge de Colin Powell, devenu prétexte pour Bush Junior d’aller envahir un pays souverain, contre la volonté de la communauté internationale, qui s’y opposait à la destruction d’un État, ravagé depuis près de vingt ans par le terrorisme et la guer

L’ambassadeur Ford et le drame syrien       

 Il n’est pas toléré d’évoquer le drame du peuple syrien, sans sortir le nom de l’ancien ambassadeur des États Unis d’Amérique, Robert Ford, qui à peine nommé par Barack Obama,à Damas, après un passage à Alger, jouera un rôle déterminant dans le complot visant l’élimination du Président Bachar Al Assad.

Après cinq années de brouille, le Secrétaire d’État américain, Wiliam Burns, qualifiera la nomination de Ford d’un signe allant dans le réchauffement entre les USA et la Syrie, pour la consolidation des chances de la paix au Proche-Orient.

Une paix qui ne s’est jamais dessinée, entre les arabes et l’entité sioniste, spoliatrice des terres, pire encore, c’est la Syrie qui payera les frais pour ses positions constantes en faveur de la récupération des terres et la création d’un État palestinien indépendant dont la capitale est Al Qods.

Un an après son arrivée à Damas, Ford indiquera lors du début des manifestations, à ,la revue Foreign Policy “Je n’ai pas encore vu sur le terrain le moindre signe concret montrant que le gouvernement syrien serait prêt à engager des réformes à la vitesse exigée par les manifestants ».

Il s’offrira le droit de juger les actions du gouvernement syrien. Damas “doit engager une vraie transition et ne pas se contenter de paroles ou de promesses” souligne-t-il

Dix ans plus tard, il passera aux aveux pour dire « A l’époque où j’étais ambassadeur américain en Syrie, il y a plus dix ans, je me rendais à pied, après le travail, à un commerce local offrant des « laham bi-ajeen » pour en ramener à dîner dans ma résidence. Je passais devant des cafés et des magasins où les gens regardaient à la télévision les événements qui se déroulaient en Égypte et plus tard en Libye et au Yémen ».

Robert Ford, fera  savoir dans une interview accordée à The National publiée le lundi 28 août 2017 que le président syrien «Bachar el-Assad a gagné la guerre».

Les supplétifs otanisés, retiendront-t-ils la leçon?

 

Chez nous, en Algérie, les supplétifs otanisés, jouent avec le feu, en défendant les thèses et agendas étrangers, qui n’ont à aucun moment digéré l’indépendance de l’Algérie et ses positions en faveur des causes justes.
Les paillasses au service de ces agendas, devront réfléchir à ce concept de « Madania machi askaria » et bien voir comme l’armée américaine a évacué le capitole, pour se débarrasser des manifestants pro-Trump, qui ont  pris d’assaut le Congress. Un comportement que les USA avait soutenu à Hongkong, rappelons-le.

Il y a les pantins qui défilent sur l’estrade et il y a le fantôme caché dans le jeu de quilles.Rassurez-vous ses performances médiatiquement sont surfaites pour les besoins de la cause.Ils n’ont pas investi Hollywood pour rien. A bon entendeur.