Faisant l’objet d’une tentative de corruption : Une journaliste espagnole, soudoyée par le Makhzen

0
118
Faisant l'objet d’une tentative de corruption : Une journaliste espagnole, soudoyée par le Makhzen

La journaliste Sonia Moreno, correspondante de plusieurs médias espagnols au Maroc a fait savoir qu’elle avait fait l’objet d’une tentative de corruption de la part des autorités marocaines pour éviter d’écrire sur le journaliste marocain , détenu dans les geôles du Makhzen, Omar Radi.

« En Algérie ils ne m’ont pas appelé pour ne pas défendre mon collègue journaliste en prison » (en allusion au journaliste algérien Khaled Drareni), a écrit Mme Moreno dans un tweet publié lundi ; sur son compte officiel.

« Au Maroc, ils m’ont appelé pour me faire taire par rapport à Omar Radi », a-t-elle ajouté. « En Algérie, ils ne m’ont pas appelé pour me proposer de l’argent pour écrire certaines informations, au Maroc si », conclut Sonia Moreno

La militante des droits des migrants Helena Maleno, harcelée par le Makhzen

Dans le même sillage, la militante espagnole des droits des migrants, Helena Maleno, a accusé les autorités marocaines  de harcèlement et a révélé ce lundi avoir été “expulsée violemment” du Maroc.

Lors d’une conférence de presse à Madrid, la militante de 50 ans a affirmé que les autorités marocaines l’avaient empêchée de rentrer le 23 janvier dans le pays, où elle vit depuis près de 20 ans, et l’avaient fait monter dans un avion pour Barcelone depuis Tanger.

“J’ai été violemment expulsée, la police m’attendait à l’aéroport de Tanger, je ne savais pas ce qui se passait”, a-t-elle raconté à la presse, affirmant que ses papiers lui avaient été confisqués et qu’on l’avait empêchée de boire de l’eau ou de prendre ses médicaments dans le cadre d’un traitement “humiliant”.

Helena Maleno  fondera en larmes en racontant avoir dû être séparée de sa fille de 14 ans pendant plus d’un mois. Elle a affirmé que le ministère espagnol de l’Intérieur était au courant de l’expulsion mais pas le ministère des Affaires étrangères.

Mme Maleno est fondatrice de l’ONG espagnole Caminando Fronteras, qui vient en aide aux migrants en difficulté en permettant aux secours de les localiser au large des côtes espagnoles.