Qui s’acharne sur Mohsen Abdelmoumen ?

0
83
Qui s’acharne sur Mohsen Abdelmoumen ?

Par Mohsen Abdelmoumen

Ô toi qui déjeunes avec le mensonge, avec quoi vas-tu dîner ? Cet adage algérien résume à lui seul la situation rocambolesque dans laquelle je me suis retrouvé cette semaine.

J’ai attendu plusieurs mois pour enfin obtenir la preuve d’une machination contre moi, notamment au niveau des services sociaux, au moment où je me bats contre Rachad sur le plan juridique.

L’imbroglio surréaliste dans lequel je me débats depuis des mois, les problèmes s’enchevêtrant dans un magma dont j’ai bien du mal à m’extirper, un souci s’ajoutant au précédent et l’amplifiant, m’incitent à penser que je suis la cible d’une organisation bien huilée. Et mes ennemis sont connus.

Fin octobre 2020, j’ai introduit un dossier pour obtenir une aide auprès des services sociaux belges et jamais ceux-ci n’ont répondu à mes appels téléphoniques ni à mes courriels successifs.

J’ai fourni les documents demandés mais n’ai reçu aucune réponse depuis. Quelle ne fut pas ma surprise quand j’ai découvert ce lundi 12 avril 2021 un courrier daté du 25 novembre 2020 m’informant de la décision de ces mêmes services sociaux ! Mon courrier a été détourné et soustrait pendant près de cinq mois, et la lettre qui m’était destinée est réapparue dans une enveloppe tachée et ouverte. J’ai donc vécu cinq mois de souffrance, d’angoisses et d’incertitude quant à mon avenir. À ce jour, je ne sais pas combien de lettres ont été détournées, car plusieurs missives issues d’organismes officiels ont subi le même destin et ont échoué dans ma boîte aux lettres plusieurs mois après leur envoi. Mes ennemis connaissent mon adresse et ne se gênent pas pour me porter préjudice. Je suis allé directement à la police pour porter plainte contre X et j’ai porté réclamation auprès des services de la poste.

Qui est derrière cette machination ? Qui a intérêt à me voir privé de tous mes droits pour que je me retrouve dans la rue, démuni et surtout silencieux ? Qui, sinon le Makhzen marocain allié à mes ennemis de toujours, les terroristes de Rachad ?

Le Makhzen a failli réussir son coup, sauf que j’ai les preuves de ma nombreuse correspondance auprès des services sociaux restée sans réponse, ainsi que toutes les démarches que j’ai effectuées auprès d’une association de planning familial qui a servi d’intermédiaire à propos de l’avancement de mon dossier et qui était impuissant à faire bouger les choses.

J’ai des témoins et des preuves, et je peux certifier que j’ai subi le racisme marocain. Car cette affaire ubuesque porte la signature du Makhzen marocain habitué à ce genre de pratiques sales comme est sale leur monarchie moyenâgeuse et leur roitelet d’opérette. Pensent-ils vraiment me faire taire et m’impressionner, eux et les pantins de Rachad, en manipulant mon courrier et en cherchant à me priver de mes droits : droit au logement, droit à un encadrement social, droit à un travail, etc.? Eh bien non ! Je resterai debout et je me battrai pour mes droits malgré ces méthodes fascistes et les manigances de Rachad qui n’arrête pas de pleurnicher sur les droits de l’homme en Algérie, alors qu’il s’agit d’une organisation terroriste qui s’est transformée en un astre scintillant dans un ciel brumeux et rouge sang, le sang des innocents qui a été versé partout dans le monde.

Le Makhzen et ses janissaires de Rachad, eunuques au service d’un agenda sioniste, pensaient me faire plier.

Ils rêvent de me jeter dans la rue, ils ont voulu me priver de ma mutualité et donc de soins. Mais ils ont été démasqués par leur amateurisme, même si je continue à dire que Rachad est une organisation très dangereuse qui a réussi à me causer des dommages terribles à tous les niveaux, même personnel.

Dans leur folie furieuse parce que se sachant acculés, ils n’ont pas hésité à s’en prendre au site médiatique American Herald Tribune dans lequel je publie des interviews et des articles en anglais.

Le site est fermé suite à une attaque et le rédacteur en chef essaie de trouver un endroit sûr pour héberger le nom de domaine. Voilà à quoi en est réduite la vraie presse indépendante : SDF au moment où les chiens de garde aboient matin, midi et soir pour nous vendre les bienfaits de l’impérialisme et du sionisme. Où sont les défenseurs de la liberté d’expression ? Quand il s’agit de nous, la persécution et l’oppression sont admises, tous les moyens sont bons pour nous réduire au silence, jusqu’à la privation de nos droits légitimes. Voilà le vrai visage de ce système pourri jusqu’à l’os.

Cela dit, malgré l’acharnement du Makhzen et de Rachad contre moi, malgré leurs machinations diaboliques, je continue mon combat et je les défie en leur disant qu’ils sont des crapules et des traîtres qui obéissent à leurs maîtres impérialistes et sionistes. Des larbins, en somme.

Quant à moi, je suis un homme libre. Ils pensaient m’impressionner après tout le temps que j’ai passé à les combattre ? Ils ont placé leur foi dans l’argent et les jouissances terrestres alors que mon combat contre eux est pour l’honneur et la dignité, mots dont ils ne saisiront jamais le sens, un océan de traitrise et d’argent sale nous séparant.

Regardez-vous ! Je vous ai tous démasqués, vous êtes ridicules et je vous combattrai jusqu’à mon dernier soupir. Vous répondrez de vos actes, soyez-en sûrs.

Le Makhzen marocain au service d’un monarque décadent veut me priver de mes droits ? La belle affaire ! Il n’obtiendra pas gain de cause. Quant aux terroristes de Rachad, ils se livrent à toutes sortes de manipulations pour sauver leur peau par peur d’un procès qui va les enterrer définitivement ici en Europe.

Ils ont sorti les grands moyens pour échapper à une condamnation devant les tribunaux belges mais je peux les assurer que je ne lâcherai pas l’affaire. C’est un combat pour l’Algérie et pour l’honneur. Je détiens les preuves des méthodes que Rachad utilise pour essayer d’échapper à la plainte que je vais déposer contre eux pour tout le mal qu’ils m’ont causé. Que ceux qui ne sont pas concernés par mon combat ferment ce qui leur sert de bouche et ne se mêlent pas de ce qui ne les regarde pas. Qu’ils s’occupent de leurs petites boutiques ! Bien sûr, je reviendrai ultérieurement dans les détails sur l’affaire qui m’oppose à Rachad.

Qu’ils se le tiennent pour dit : toutes ces manœuvres n’arriveront pas à me faire taire. Ils ont essayé de m’assassiner administrativement mais, hélas pour eux, j’ai dévoilé leur jeu pervers. Je ne me tairai jamais, ils m’ont créé de nombreux problèmes, certes, mais ils ne pourront jamais atteindre ma volonté de me battre pour les causes justes. Oui, tous mes déboires proviennent de mes prises de position dans mes écrits mais je ne regrette pas une seule ligne, une seule virgule, quel que soit le prix à payer. Ils ont cassé ma vie conjugale, mais je suis toujours debout.

L’administration belge qui est infiltrée par le Makhzen marocain porte une grande part de responsabilité dans la gestion de mon dossier.  Si quelque chose de néfaste arrive, que ce soit contre ma personne ou contre mes proches, tous en porteront la responsabilité : administration belge, Makhzen marocain et bien sûr les terroristes de Rachad.

Je n’ai rien à prouver à qui que ce soit, j’ai fait des grèves de la faim pour obtenir mes papiers ici en Europe, personne ne m’a donné quoi que ce soit, j’ai connu la pauvreté comme tous les enfants du peuple, j’ai manifesté et soutenu la cause palestinienne, la cause sahraouie, et toutes les causes justes de la planète.

Donc, vous pouvez continuer votre cirque qui ne me fera pas plier, au contraire il donne raison à ma lutte. Je ne prétends pas être Zorro, ni un héros, ni Spiderman, nous sommes tous mortels, mais au moins j’ai lutté dans le terrain  pour mes convictions. Et j’en paie le prix fort.

Je n’arrêterai pas de dénoncer les coups fourrés de vos maîtres marionnettistes ni les vôtres, bande de pantins sans foi ni loi ! Votre perfidie sans limite ne me fait pas peur !

Oui, je me battrai toujours pour la souveraineté de mon pays !

Oui, je me battrai pour la cause palestinienne !

Oui, je me battrai pour la cause du peuple du Sahara occidental !

Oui, je me battrai pour toutes les causes justes de la Terre !

Oui, malgré les trahisons, les lâchetés et les mensonges, je continuerai ce noble combat !

Oui, je résisterai avec les braves de cette terre contre l’impérialisme et le sionisme !

Le chemin fut long et la traversée était semée d’embûches. C’est dur d’être un patriote loin de son pays. Ce n’est pas facile de traverser les contrées étrangères le cœur débordant d’amour pour sa patrie.

Seul sur la route, on rêve à ces magnifiques paysages qui ont illuminé la vie là-bas, jadis. On pense à ces visages amis qu’on a laissés et qu’on ne reverra plus. On se remémore les odeurs, les saveurs, les couleurs, les sons. Oui, le patriotisme est une braise dans la main du patriote. Et sa souffrance est silencieuse. Qui pourrait le comprendre ? Il porte sa verte vallée au plus profond de son âme, et il se bat contre les ennemis de la terre de ses ancêtres. Parce qu’il lui appartient. Définitivement.

Par Mohsen Abdelmoumen