Le terroriste Mourad Dhina continue sa croisade contre l’ANP

0
124
Le terroriste Mourad Dhina continue sa croisade contre l’ANP

Par Mohsen Abdelmoumen

Un ami m’a récemment envoyé la vidéo d’un débat sur AlternaTV animé par des trotskistes algériens établis au Canada, l’un d’entre eux ayant travaillé jadis dans le même journal que moi à Alger. Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir que l’invité de l’émission n’était autre que le VIP du terrorisme, Mister Mourad Dhina himself, qui nous a fait une grande démonstration de taqiya du début jusqu’à la fin de la vidéo.

Il se prenait pour Socrate devant Hippias dans une agora et jouait les vertueux. Il est à noter que dès les toutes premières phrases, hormis un lapsus révélateur où il annonçait un « dégât » au lieu de « débat » en se présentant, Dhina a d’emblée tapé sur l’ANP et nos services de renseignement, cibles privilégiées des islamistes de Rachad. Le discours ne change pas depuis des années et le « qui tue qui » est encore utilisé avec ferveur. Dites-moi, Dhina, est-ce le DRS qui a massacré en Syrie, en Irak, en Libye, à Berlin, Madrid, Londres, Bruxelles, Paris, Kaboul, Le Caire, etc.? Est-ce le DRS ou la politique qui a commis ces attentats ? Répondez et arrêtez d’esquiver les questions !

Au cours de cette diarrhée verbale sans aucun contradicteur, le « professeur Dhina » a campé avec suffisance le personnage de l’intellectuel éclairé devant des élèves déférents et obséquieux, des gauchistes « démocratisés » à coups de dollars canadiens et shootés au sirop d’érable. Je dis à ces tristes sires, à ces eunuques sans rigueur politique à défaut de rigueur morale, que débattre avec des terroristes ne sert qu’à donner à ces derniers une légitimité qu’ils ne méritent pas et participe à propager le poison du fascisme islamiste, et j’ajoute que cela revient à cautionner les attentats et les assassinats qu’ils ont commis. C’est d’une indécence crasse. Bref, cet échange infect était un marché de dupes, une véritable escroquerie. Honte à ces bobos dégénérés qui ont donné une tribune à un criminel.

Lénine avait bien raison quand il disait que le gauchisme est la maladie infantile du communisme, nous en avons la preuve en voyant l’extrême-gauche flirter sans retenue avec le terrorisme islamiste. C’en était dégoûtant. Dans son discours lénifiant, ce vil serpent à sonnette islamiste qu’est Dhina draguait ouvertement la Kabylie et les séparatistes en oubliant qu’il a brûlé l’Algérie dans les années 90 avec son « frère » Anouar Haddam, le chef du Fida. J’invite d’ailleurs les lecteurs à lire les mémoires de Graham E. Fuller, agent de la CIA, qui avoue qu’il était l’agent traitant d’Anouar Haddam. Ce sont des faits avérés puisque révélés par Fuller lui-même.

Quand un chef terroriste nous parle de démocratie et de droits de l’homme, on peut dire sans se tromper que le monde marche sur la tête. J’aimerais informer le sieur Dhina que ses cours sur le pacifisme sonnent faux car nous n’avons pas oublié que ses mains sont maculées du sang de nos frères et sœurs. Qui est-il donc pour avoir la prétention d’exiger une période de transition en Algérie ? Qu’est-ce que Rachad ? Ce Dhina pourrait-il se définir politiquement ? Il dit qu’il n’a pas de programme. Rachad serait-il devenu un think thank apte à nous faire des propositions ? Et nous devrions avaler les couleuvres de ces terroristes ? Allons donc ! Qu’il nous explique plutôt quels sont ses liens avec Moutamar el Oumma (Congrès de la Nation) du terroriste Hakem el Matiri ? Quel a été son rôle dans les attentats commis en Algérie ? Et enfin, qu’il nous précise la nature de ses relations avec le Makhzen marocain. Mourad Dhina est le seul physicien de la Terre qui n’a aucun brevet excepté celui du terrorisme. Il a étudié aux USA avec l’argent du peuple algérien et, pour le remercier, lui a ramené les bombes et les attentats. Pour nous, la seule question fondamentale est celle-ci : Mourad Dhina et son mouvement Rachad sont étroitement liés au terrorisme. Le reste est subsidiaire.

Ce dégât – pardon, débat – ressemblait à un échange entre un loup déguisé en mère-grand face à de vieux chaperons rouges attardés. Tout était biaisé dès le départ. Et on a décidément tout entendu au cours de cet entretien acrobatique. D’un ton docte, Dhina s’est décrit démocrate, pacifiste, et même marxiste puisqu’il prétend rejoindre certaines idées marxistes. Pauvre Marx… Cet islamiste bon teint se revendique aussi féministe, car oui, d’après lui, on peut être féministe islamiste. Quelle indécence. Je me rappelle le visage de toutes ces jeunes Algériennes, nos sœurs, dont l’avenir a été tranché net par le couteau islamiste… Féministe, communiste, berbériste, trotskiste, Mourad Dhina endossera tous les « ismes » possibles et imaginables pourvu que l’Algérie brûle. Dans sa longue logorrhée sur cette chaîne boboesque – financée par qui ? -, ce contorsionniste s’est mis à prêcher le « changement pacifique « , nous vantant les charmes de la « modernité » et du « fédéralisme » (un appel du pied aux partisans de la partition de l’Algérie et autres makistes). On a pourtant bien entendu le même Dhina, quelques semaines plus tôt, appeler les Algériens à l’insurrection lors d’un enregistrement fuité… Dhina est un manipulateur dangereux pour les cerveaux anesthésiés et autres ratés politiques, et il a réussi son coup en rendant Rachad fréquentable alors que c’est une organisation terroriste. Quand il ose dire « nos frères démocrates », je pense à tous ceux qui sont morts pendant la décennie noire et je crache à la face de ce serpent venimeux.

Taisez-vous, Monsieur Dhina ! Seul un juge peut débattre convenablement avec vous, et vos histoires de pacifisme théorisé par Gene Sharp, nous n’en voulons pas ! J’ai évoqué votre cas et celui de votre organisation terroriste à travers un article que j’ai envoyé par mail à Noam Chomsky, qui m’a remercié en retour pour l’avoir informé. Si vous avez réussi à le berner pendant un bon moment, maintenant, il sait qui vous êtes. Et si vous voulez vous exprimer devant le peuple algérien, débattez donc avec moi et essayez de me convaincre que Rachad est une blanche colombe. Vous ne tiendrez pas deux minutes.

Il faut que ces assassins rendent des comptes pour leurs innombrables actes criminels, point barre. Il n’y a pas à leur offrir de tribune. Le seul endroit où l’on devrait leur permettre de s’exprimer est une salle de tribunal, sur le banc des accusés. On ne peut qu’être écœuré de voir cette alliance nauséabonde entre l’extrême-gauche et les terroristes de Rachad, et donner la parole à un chef terroriste et lui demander son programme politique, c’est du surréalisme algéro-canadien. Ces intellos du canapé, ces penseurs à deux balles (même pas quatre) n’ont rien retenu de l’histoire. Ils semblent ignorer ce que génère l’islam politique quand il est au pouvoir. On a vu les islamistes à l’œuvre avec el Numeiri et el Tourabi au Soudan, ou en Iran avec Khomeini, avec Soeharto en Indonésie, etc. Ce furent des massacres à ciel ouvert avec des millions de morts. Enfin, cette apparition de Dhina dans la boutique d’une certaine gauche algérienne qui a oublié le sang des martyrs de la plume, tous ces journalistes assassinés, est particulièrement révoltante. Essayer de laver les crimes de ces terroristes est nauséabond et relève du révisionnisme criminel.

Et quand Rachad et Mourad Dhina nous parlent de droits de l’homme, de démocratie, et des conventions internationales, on ne peut s’empêcher de penser à ces innombrables victimes du terrorisme à travers le monde. Je maintiens que le mouvement Rachad n’est qu’un ramassis des résidus du FIS et qu’ils doivent tous répondre de leurs actes plutôt que de baratiner le peuple algérien en faisant de la politique politicienne. Cessez de nous prendre pour des imbéciles, Monsieur Dhina, votre double discours et vos exercices verbaux ne feront jamais de vous un Mandela ! On vous connaît très bien. Tout ce que vous dites n’est que de la taqiya et de la dissimulation. Rachad n’a rien à voir avec la liberté, ni avec la justice sociale, ni avec les droits de l’homme, ni avec la liberté d’expression. Quand vous nous parlez de « l’Algérie nouvelle », la main sur le cœur et la bouche en cul de poule, nous savons que vous misez sur notre amnésie et sur les lâchetés et les trahisons des uns et des autres, comme ces abrutis qui vous ont donné la parole, dans le but inavoué de servir un agenda sioniste et impérialiste.

Car je maintiens que Rachad, les séparatistes et les oligarques ainsi que d’autres groupes, qui tous ciblent l’État algérien et sa colonne vertébrale, l’Armée Nationale Populaire, inscrivent leur action dans un agenda élaboré dans des laboratoires liés à des cercles occultes qui n’ont jamais admis les positions de l’Algérie pour les causes justes qui sont celles de la Palestine et du Sahara occidental, et pour son refus de normalisation avec l’entité sioniste d’Israël. Pour ces traîtres, toutes les alliances sont possibles, l’important étant de faire tomber l’État algérien et de casser l’armée algérienne, d’où ce slogan « madani machi asskariab » (État civil et pas militaire). La trahison historique dont se rendent coupables Rachad et ses alliés est impardonnable.

En tous cas, cette sortie de Dhina n’est pas innocente et elle nous montre à quel point le mouvement terroriste Rachad et ses chefs sont devenus maîtres dans l’art de la manipulation et de la propagande. L’important pour eux est de règler leurs comptes et de jouer un rôle politique dans le futur en misant sur le chaos créatif imaginé par leurs maîtres marionnettistes impérialistes et sionistes. Et, bien sûr, le Makhzen maroccain n’est jamais bien loin quand il s’agit de démanteler l’Algérie et notre armée. Remballez votre salade de bonimenteur, Dhina, vous ne réussirez pas à tromper le peuple algérien dont vous et vos acolytes de Rachad prétendez être les représentants. Vous avez perdu dans les années 90 et votre projet d’installer un califat en Algérie a échoué. Vous voulez votre revanche et vous continuez à pratiquer la politique de la terre brûlée en manipulant des gosses. Mais comme jadis, nous serons là pour vous contrer, comptez sur nous. Nous vous avons vaincus une fois, nous vous vaincrons à nouveau.

La moralité de cette histoire, c’est que si les Algériens veulent se mobiliser, ils doivent faire très attention à ces manipulations qui me font penser à la fabrique du consentement expliquée par Hermann et Chomsky, où un consensus autour de Rachad permet à ce mouvement terroriste de devenir un interlocuteur valable et le représentant d’un Hirak récupéré et détourné à des fins néfastes pour l’Algérie. Les manœuvres de Rachad et ses alliances contre nature représentent un danger mortel pour le pays. La situation est grave et ces groupes subversifs nous montrent à quel point on doit consolider le front intérieur qui subit un assaut inouï des forces réactionnaires qui provoquent des grèves, des émeutes, brûlent des mosquées, etc. Il n’y a pas place au hasard dans les événements qui secouent l’Algérie en ce moment, c’est un processus qui a fait ses preuves dans d’autres États, comme au Chili, à Cuba, au Venezuela, en Syrie, et dans bien d’autres pays que les forces impérialistes voulaient voir s’écrouler. Tout est calculé pour dépecer l’Algérie et la faire sombrer. Notre patrie est encore une fois au croisement des chemins et le devoir de résistance s’impose à tous les patriotes, il faut déjouer le complot des forces antinationales. Il en va de la survie de notre pays.

Pour nos martyrs, unissons-nous pour déjouer les plans démoniaques qui ciblent notre pays et notre armée. Car aujourd’hui, il y a deux voies et non pas trois. Soit nous résistons au plan machiavélique de l’empire, soit nous fermons les yeux et nous nous rendons complices des terroristes et de l’agenda qui cible notre pays.

En ce qui nous concerne, nous, les patriotes, nous continuons à assumer nos convictions et à honorer nos martyrs que les terroristes islamistes ont massacrés.

L’Algérie des martyrs résistera et vaincra !

Mohsen Abdelmoumen